FFS: Un «changement de système par une approche consensuelle et pacifique»    Appel à la dissolution de l'APN    Mort de Khashoggi: Ryad avoue mais ne dit pas tout    Sahara occidental: Six plaintes contre des groupes français    Révoltant    Ligue 2: L'USMB, l'USMH et le RCK dans de beaux draps    Equipe nationale: Le match amical contre le Qatar fixé au 23 décembre    USM Bel-Abbès: Un point inespéré    Tlemcen: Plus de 2.000 unités de boissons alcoolisées interceptées    Selon un récent bilan de l'OPGI: Près de 60.000 logements sociaux attribués en deux décennies    Non exploités par leurs bénéficiaires depuis plus de 10 ans: Une vingtaine de locaux commerciaux à l'abandon à Oued Tlélat     Destitution du président de l'APN : Le PLD dénonce un «coup de force»    Une exposition entièrement dédiée à l'importation de produits et services : Seules 14 entreprises représenteront l'Algérie à Shanghai    Bomare Company (Stream System) : Des performances à l'export malgré les entraves    Sale temps pour les Al Saoud    Elections législatives en Afghanistan : Sous la menace des talibans    Après 9 mois : Nestlé tient le cap et confirme ses objectifs annuels    Englué par Wall Street : Le pétrole finit au plus bas depuis un mois    Conseil d'Affaires algéro-britannique: L'excellence des relations bilatérales réaffirmée    Bilan des JOJ 2018 : Belle moisson de 5 médailles pour l'Algérie    Coupe de la Confédération 2019: L'USM Bel Abbès dépose son dossier d'engagement au dernier moment    La chimie a toujours raison    L'exclusion de Salima Ghezali du FFS est un déni absolu des règles et valeurs démocratiques    General Electric Algeria Turbines (GEAT) : Un programme de formation unique en Afrique    Tizi-Ouzou : Signature d'une convention entre l'UMMTO et une unité de montage de tracteurs    17 Octobre 1961 à Paris : «Ici, on noie les Algériens»    Palais de la culture Moufdi Zakaria de Kouba : Un hommage à Ouazib Mohand Ameziane    Festival international de théâtre de Béjaïa : Histoire d'un petit boucher indésirable    Siha-DZ", l'application localisant les pharmacies de garde et les hôpitaux    La traduction en temps réel avec Google Assistant    "L'APN ne sera pas dissoute"    Le front social en ébullition    Des cours de mise à niveau pour les élèves "déficients"    5 ans de prison pour le chef de service !    Expulsion de l'ambassadrice vénézuélienne    Les Canaris toujours invincibles    Le journaliste emprisonné, en danger de mort    Banksy révèle comment aurait dû se dérouler la destruction de son oeuvre    Six plaintes déposées par le Front Polisario contre des groupes français    Pluies à Boumerdès: Risques d'inondation dans plusieurs communes    Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite    La JS Saoura accrochée par le Paradou AC    Défilé de mode algérien, maghrébin et palestinien    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Briser le silence ; libérer la parole    US Biskra : Benaïssa suspendu 6 mois    La vacance de la présidence constatée: Qui sera le nouveau président de l'APN ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zakia Kara Terki (Chanteuse de musique andalouse)
« L'enregistrement des noubas, un devoir de mémoire collective... »
Publié dans El Watan le 05 - 05 - 2007

Zakia Kara Terki est une interprète et instrumentiste de musique andalouse et hawzie. Elle œuvre à la préservation de cette musique « en faisant la nouba ! »
Zakia Kara Terki, vous venez de sillonner l'Algérie à travers une longue tournée. Une bonne saison 2006-2007...
Oui, absolument ! Une tournée qui m'a menée à Biskra, Hassi Messaoud, Aïn Amenas, Oran, Constantine, Mostaganem, Laghouat, Chlef, Skikda, Ouargla... Au Sahara, j'ai été agréablement surprise. Les spectacles affichaient toujours complets. La présence d'un tel public était la preuve et l'évidence de sa mélomanie andalouse. Les gens du Sud apprécient vraiment la musique andalouse et le hawzi. Le public est hospitalier et généreux.
Vous prenez tout votre temps pour la réalisation d'un album. Vous êtes perfectionniste ?
Oui ! Je sors un album tous les deux, trois ans. Je donne le temps aux mélomanes d'apprécier le disque. Ce rythme me convient parfaitement. Bien que j'aie les capacités de faire là, tout de suite, un album. Quand j'enregistre une nouba, il faut qu'elle soit de bonne qualité, et à la hauteur des espérances des amateurs de musique andalouse.
Vous venez de publier un nouvel album, une nouba Ghrib. Quelle est la différence avec les autres noubas Ghrib enregistrées ?
Vous savez, j'enregistre l'andalou, l'aroubi et le hawzi. Je fais dans le patrimoine national andalou. J'ai déjà enregistré déjà des noubas Rasd, Ghrib, Raml... Et la nouvelle est une nouba Ghrib n°2 avec des chghallate. La différence ? Cette nouba Ghrib a été enregistrée avec l'orchestre de la Radio nationale. Et puis, j'étais aux manettes pour le mixage avec un technicien. (Rires). L'enregistrement s'est fait en deux jours. Le 3e jour, c'était le mixage. Je suis quelqu'un qui se prépare pour les enregistrements en studio.
L'enregistrement des noubas chez vous fait office d'acte pédagogique, voire de devoir de mémoire musicale...
J'ai grandi dans la musique du terroir andalou. J'ai fréquenté l'école de Tlemcen et d'Alger. C'est un labeur pédagogique, mélomane et lyrique. C'est un partage avec et à l'endroit du public. C'est une musique savante. Un devoir de mémoire collective. En tant qu'interprète et instrumentiste, je me plais dans les deux styles ainsi qu'au sein de l'école de Constantine, celle du mahdjouz.
Vous venez de rendre hommage à une diva du hawzi, maâlma Yamna...
Oui, c'est dans le cadre de la manifestation, « Alger, capitale de la culture arabe ». On m'a sollicitée pour rendre hommage à cette grande dame, maâlma Yamna. J'ai enregistré un album avec l'orchestre de la Radio nationale. C'est un immense honneur que de saluer musicalement la mémoire de maâlma Yamna, sous les auspices de la Radio nationale. Une diva du hawzi. Elle avait enregistré 500 titres. C'est énorme ! J'ai été ravie et heureuse de réaliser ce disque qui sortira bientôt.
Les duos avec les autres artistes...
J'ai fait un duo avec Nacereddine Chaouli avec la chanson Zaâbli T'mili. Cependant, inchallah, un album avec le maître du malouf El Hadj Tahar Fergani. Par ailleurs, j'ai fait des duos scéniques avec le groupe espagnol Cervantès, et une formation turque avec laquelle j'ai interprété une chanson Youk Babagi en turc. Mais le moment inoubliable fut celui avec Mustapha Skandrani à Tlemcen. Lui au piano et moi avec la kouitra (violon traditionnel). On a joué en bonne intelligence et dans une telle harmonie comme un orchestre. Sa confiance en moi était la plus belle caution de cheikh Skandrani.
Justement, vous êtes instrumentiste...
Oui, c'est mon père qui m'a appris le luth. Je joue de la kouitra, rebab, mandoline, demi-mandoline, guitare et de la percus (derbouka), le mizan quoi. J'ai été à la grande école de la Mosselia où j'ai tenu le mizan (rythme). A la salle Ibn Khaldoun, je m'y suis produite toute seule sans orchestre. Une voix et la kouitra. C'était la première fois qu'on voyait une chanteuse évoluer d'une manière dépouillée.
Qu'écoute comme musique la chanteuse Zakia Kara Terki ?
J'aime la musique classique, Bethoveen, Wadiaâ Essafi, Aznavour, Adamo et la musique country américaine, le banjo y est caractéristique. Et Ahmed Wahby depuis que j'étais petite. C'est un grand monsieur du wahrani. Je garde un très bon souvenir de lui. Ahmed Wahby était venu à Tlemcen voir mon père qui était luthier. Et c'est moi qui lui ai ouvert la porte, j'avais treize ans.
Des projets...
Je prépare la nouba H'cine du M'ceder au Khlass inédits. Ainsi que des dates de concerts à Montréal, Blida, Carthage...
Vous allez voter... Oui, c'est un devoir civique. Il faut aimer son pays.
Zakia Kara Terki, Nouba Ghrib 1 CD (2007), Belda Diffusion


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.