Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le cèdre dépérit dans le silence et l'indifférence
Flore à Batna et Khenchela
Publié dans El Watan le 25 - 06 - 2007

Féerique, majestueux, noble, la cédraie des Aurès représente 66% de la superficie de celle de l'ensemble du pays, soit 11 794 ha, mais elle est en voie d'extinction.
Le cèdre des Aurès se dresse, l'un à l'ouest, près de Batna, au niveau de la forêt domaniale de Belezma, l'autre à l'est de Khenchela dans le massif du mont Chelia ; entre ces deux ensembles, soit au niveau de Segag, Djebel Lazreg, Ichemou et Djebel Getiane, se trouvent des cédraies beaucoup moins importantes. Aussi bien au sommet culminant du Chelia (Ras Keltoum) qui est à 2328m d'altitude, qu'au pied du même mont, le cèdre, depuis plus d'une décennie, souffre « en silence » d'un mal étrange, qui le ronge, telle une gangrène, sans parler de la main sauvage de l'homme qui ne l'épargne point par des coupes illicites. Conscients du danger et de cette catastrophe écologique dont le cèdre (agdhel en chaoui) semble être la première victime, les jeunes membres de l'association Les amis du cèdre, installée dans les deux agglomérations Bouhmama et Lamsara, c'est-à-dire au chevet du « malade », réclament et préconisent les grands moyens. « Ce ne sont surtout pas les quelques dépliants ou prospectus distribués à différentes occasions, où l'on exhibe de beaux spécimens séculaires, qui vont éradiquer le mal ou le faire disparaître », nous dit ironiquement le président de cette association, M. Smaïl. Au niveau de la conservation des Forêts de la wilaya de Batna, « l'heure est grave et la menace est prise très au sérieux », selon M. Briki, chef de service de la protection de la faune et de la flore, pour qui la cédraie aurésienne constitue un dernier rempart face au fléau de la désertification. M. Briki avait fait, lors de la journée de lutte contre la désertification, une intervention qui plaide pour la protection du cèdre dans les plus laconiques délais. A ce sujet, il nous dira : « L'étude du phénomène du dépérissement est activement menée depuis plusieurs années déjà. Nous devons insister sur le fait que l'explication des phénomènes constatés reste pour le moment assez hypothétique et que, si l'on parle le plus souvent du changement climatique et d'effet de sécheresse, il n'existe toujours pas de preuves formelles que ces phénomènes soient déterminants. » Il ajoutera : « D'autres causes peuvent être avancées, les attaques parasitaires, les agents cryptogamiques, mais pour chaque explication nous devons avancer des arguments ou des observations, pour ou contre. Aucune hypothèse ne peut résister totalement à toutes les critiques. Pour conclure, le plus probable et peut-être le plus plausible, on se trouve en présence d'interaction entre divers facteurs d'origines anthropiques et naturelles. » La liste des ennemis de cet arbre endémique semble ne pas avoir de fin et, pour cause, le remède tarde à venir. Dans les Aurès, le milieu naturel est trop hostile pour que les arbres âgés de 300 ou 400 ans se régénèrent normalement. Aussi, l'abattage clandestin de cet arbre à des fins commerciales a pris ces derniers temps une tournure dangereuse et risque à moyen terme de provoquer un désastre écologique. La conclusion de notre interlocuteur n'est pas sans une touche d'optimisme. Il nous dira pour la circonstance : « Il s'agit d'un phénomène que le forestier ne peut maîtriser seul, même si des mesures préventives ou curatives sont à même d'atténuer les effets. La sauvegarde d'un tel patrimoine traduit la conscience d'un intérêt commun. C'est une œuvre difficile, mais magnifique qui est à entreprendre d'urgence, si l'on ne veut pas voir disparaître totalement une essence endémique, qui est non seulement un arbre symbolique, un bastion à l'avancée du désert, mais également une source extrêmement précieuse de produit ligneux de très haute qualité. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.