Sorties d'Ould-Abbès et situation inquiétante du pays    Une direction collégiale pour le FLN    La start-up chinoise qui devance Samsung dans la course aux smartphones pliables    Donald Trump remercie l'Arabie Saoudite pour la baisse du prix    VOTRE WEEK-END SPORTIF    «Abid-Charef est prêt à aller jusqu'au bout pour se défendre et être blanchi»    Les applications mobiles «boudées» par une majorité de médias algériens    Plus de 50 000 enfants victimes de maltraitance annuellement    Journée de contestation du personnel de l'éducation    Brioche salée    La prochaine édition sera maghrébine    Tiaret : L'université abrite un colloque sur le développement durable    Emigration clandestine : 413 harraga secourus et 1478 autres interceptés à l'Ouest depuis janvier    Boufatis : Affichage de la liste de 300 bénéficiaires de logements    20 blessés par les pétards    Le club El Assil gagne son pari    Violence coupable    FAF: Boualem Charef claque la porte    Ligue 1 : NAHD 1 MCO 0: Le Nasria en toute logique    Pourquoi l'Arabie Saoudite baisse sa production pétrolière    Recherché pour un accident mortel ayant coûté la vie à un policier: Un individu en fuite arrêté à Bethioua    Macron et les Gilets jaunes: La bataille de l'ancien monde    De la servitude à la soumission politique    Les Algériens sont-ils fatalistes ?    «La crise migratoire en Afrique, état des lieux, défis, enjeux et perspectives»    52 enfants palestiniens tués et plus de 900 arrêtés en 2018    Une tentative de transfert illégal de 25.700 euros déjouée à l'aéroport    Au moins 43 morts dans un attentat-suicide pendant un rassemblement religieux à Kaboul    La taxe d'habitation sur les factures d'électricité et gaz fait défault    Les élus du RND, Taj et PLJ rallient le FLN    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Une mosquée du début du XIe siècle    Parachèvement de l'étude de restauration    Algérie - Niger : Examen des opportunités de coopération dans le secteur des transports et des travaux publics    Migration clandestine : La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte "efficace"    La situation se complique pour les Algériens    Présidence d'Interpol : Face à la polémique, un général russe cède la place à un Sud-Coréen    Cacophonie au FLN    Guitouni annonce: "Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars en 2018-2022"    Renault : Le conseil va discuter du remplacement temporaire de Ghosn    CS Constantine : Vers le recrutement de deux joueurs congolais    Budget 2019 en France : Large vote à l'Assemblée mais la bataille du pouvoir d'achat se poursuit    En l'absence d'Ali Bongo : L'Union africaine préoccupée par la crise politique au Gabon    85.000 enfants morts de faim oude maladie    Constantine : Le savant et penseur Mohamed Salah Essedik distingué    La 9e édition du du 22 au 26 novembre    La déclaration de politique du gouvernement présentée à la mi-décembre: Ouyahia à nouveau devant les députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une localité perdue dans la montagne
Tassadane Haddada (Mila)
Publié dans El Watan le 18 - 07 - 2007

En arrivant à Tassadane Haddada, chef-lieu de commune et de daïra, par ce que la raison humaine qualifie de route nationale, en l'occurrence, la RN77A reliant Ferdjioua à Jijel, le visiteur est tout de go subjugué par le calme saisissant de la région, la magnificence de la nature et l'hospitalité des riverains.
Au bout d'une ascension éprouvante de 18 km de parcours sinueux à partir de Ferdjioua, l'on découvre cette commune qui s'étend sur 103,8 km2 juchée sur le flanc de la montagne, dont le point culminant, Tamezguida, est situé à 1 600 m d'altitude. Bref, avec ses 17 664 habitants et ses 28 mechtas, Tassadane Haddada vit le parfait enclavement, dont seules en ont le secret les zones montagneuses pauvres de l'extrême nord de la wilaya.
Assainissement, routes et AEP : la grande équation
La particularité de cette commune, à l'opposé des agglomérations semi-urbaines, réside dans le fait que les noyaux et les îlots d'habitation sont éparpillés d'une façon disproportionnée, donc nécessitant des budgets faramineux pour l'implantation de réseaux, tels celui du gaz de ville (inconnu dans le lexique local) et d'AEP qui demeure au stade de la profession de foi. Sur ce dernier point, l'APC, affirment nos interlocuteurs, a lancé une étude géophysique pour la réalisation de forages sur les hauteurs de Tassadane (à Stah et Tizimene exactement) pour pallier aux énormes déficits en eau potable. Le précieux liquide puisé sur les berges de Oued El Kebir par les 4 puits actuellement en service, alimente à peine 1600 foyers, générant de ce fait une surexploitation électrique par l'usage de pompes immergées, facturée entre 200 et 220 millions de centimes/an. Qu'à cela ne tienne, le P/APC, Rabah Bouladjoul, entouré de ses deux adjoints Ayad et Makhlouf, est persuadé que « la rupture avec le désenclavement est tributaire de la réhabilitation de la RN77A, principal accès au village, ainsi que la réalisation de ponts et d'ouvrages d'art sur cet itinéraire. La remise en état des 10 km de la RN77 (Jijel-Sétif) qui passent par le territoire de la commune, et la proposition de promotion au rang de chemin de wilaya des 15 km de l'axe Tassadane-centre-Dhar-Chouarfa, sont susceptibles de sortir la localité de sa torpeur ».
Les séquelles de la décennie noire
Prise dans les fourches caudines des hordes obscurantistes activant dans la région, Tassadane Haddada s'est vidée presque du quart de sa population, qui est passée de 24 000 habitants en 1990, à près de 18 000 vers la fin de l'année 1998. « Pas moins de 6 000 habitants ont tenté l'aventure de l'exode rural, abandonnant terres et maisons pour aller se réfugier ailleurs », nous dit le maire qui, visiblement gêné, a pris soin d'éluder notre question sur l'ampleur chiffrée des victimes du terrorisme et des dégâts qui en ont découlé. Il s'est toutefois limité à indiquer qu' « il y a eu effectivement des morts, des blessés, ainsi que 2 écoles à douar Lemmar, l'antenne administrative de Chouarfa et le parc communal, complètement incendiés ou détruits ». A la faveur de la paix retrouvée, une certaine stabilité est enregistrée dans l'ensemble de la région, qui s'extirpe peu à peu de sa torpeur socioéconomique. L'on peut citer l'habitat rural comme étant l'élément clé qui contribue à la fixation des montagnards dans leurs mechtas. A ce juste propos, les élus locaux souhaitent l'augmentation du quota car, sur 1000 demandeurs de logements, l'offre demeure toute relative quand bien même 270 dossiers ont été satisfaits, et 350 autres sont en voie de validation. Avec 12 écoles primaires, 2 CEM et un troisième en voie de réalisation, plus un lycée de 1300 places pédagogiques dont l'étude vient d'être achevée, l'éducation est l'un des rares secteurs à donner satisfaction. Contrairement à l'insoluble équation du chômage endémique, du manque d'infrastructures sportives, de loisirs et de détente et…tutti quanti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.