Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première foire du miel et ses dérivés
Filière de l'apiculture à Tipaza
Publié dans El Watan le 25 - 08 - 2007

Vingt-trois apiculteurs ont pris la peine de venir au centre sportif et culturel du chef-lieu de la wilaya de Tipaza afin d'exposer, du 22 au 24 août courant, leur production de miel et ses dérivés.
Cette manifestation a été initiée par la Chambre de l'agriculture de la wilaya de Tipaza, qui a agi en partenariat avec la direction des services agricoles et l'association des apiculteurs de la wilaya de Tipaza. Cette rencontre des professionnels de cette filière avait trois objectifs : la préservation de l'investissement réalisé dans le cadre du PNDA, une exposition pour la vente des différents types de miel et enfin, sensibiliser les apiculteurs sur la traçabilité de leur production de miel. Selon les statistiques officielles de la wilaya de Tipaza, le nombre global de ruches existantes s'élève à 12 700, représentant un investissement de 130 267 89 DA, alors que 10 148 ruches d'une valeur totale de 51 363 102 DA ont été acquises dans le cadre du FNDRA. La production de miel officiellement déclarée s'élève à 1000 quintaux, sachant que de nombreux apiculteurs continuent à dissimuler leur production. 3000 ruches viennent d'être affectées au niveau des zones rurales de la partie ouest de la wilaya, dans le cadre du Ppdri. La wilaya de Tipaza compte 150 apiculteurs selon l'association des apiculteurs de cette wilaya. Le président de cette association s'enorgueillit d'une production de plus de 10 variétés de miel dans la wilaya ; néanmoins, il dévoile les difficultés rencontrées par ses pairs dans l'exercice de leur métier. Il s'agit notamment, de l'absence des médicaments dans le marché national pour le traitement des ruches durant les étapes de production, l'indisponibilité des ruches, la multiplication des vols des récoltes de miel, l'utilisation des pesticides sans le respect des règles par les agriculteurs, les incendies de forêt et, enfin, la difficulté dans l'écoulement du miel « made in bled » et ses dérivés. Le rendement moyen d'une ruche est estimé à 11,05 kg de miel. Le représentant de l'Institut des techniques d'élevage de Baba Ali a mis l'accent sur la labellisation du miel des apiculteurs nationaux, annonçant la création d'un laboratoire d'analyse physico-chimique et polennique des miels. « L'Etat s'attend maintenant à un bond qualitatif de la part des apiculteurs, dit-il ; certes, pour la certification du miel, le problème juridique persiste, mais ce miel produit à l'échelle nationale appartient à l'économie souterraine ; d'où la nécessité de la création d'un marché du miel, d'autant plus que le miel importé a investi les étals », conclut-il. L'orateur a mis en garde les apiculteurs contre l'existence sur le marché de miel frelaté. En matière de formation, 80 apiculteurs ont bénéficié d'une formation. Un intervenant a souligné que la majorité des apiculteurs algériens ignorent l'essaimage artificiel, une technique qui permet non seulement de renouveler l'élevage, mais également de choisir la bonne race des abeilles. La transhumance a été évoquée dans les interventions des spécialistes. Il y a lieu de préciser qu'en plus des problèmes vécus par les apiculteurs, les spécialistes s'inquiètent aussi de la diminution dramatique de la flore mellifère, à cause des incendies criminels des forêts, la reconversion des vergers et le vieillissement des arbres. Enfin, il y a lieu de noter l'exposition des dérivés du miel de la part d'une biologiste qui travaille avec les chirurgiens et les salons d'esthétique. Un nouveau créneau qui favorise les traitement « bio ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.