PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première foire du miel et ses dérivés
Filière de l'apiculture à Tipaza
Publié dans El Watan le 25 - 08 - 2007

Vingt-trois apiculteurs ont pris la peine de venir au centre sportif et culturel du chef-lieu de la wilaya de Tipaza afin d'exposer, du 22 au 24 août courant, leur production de miel et ses dérivés.
Cette manifestation a été initiée par la Chambre de l'agriculture de la wilaya de Tipaza, qui a agi en partenariat avec la direction des services agricoles et l'association des apiculteurs de la wilaya de Tipaza. Cette rencontre des professionnels de cette filière avait trois objectifs : la préservation de l'investissement réalisé dans le cadre du PNDA, une exposition pour la vente des différents types de miel et enfin, sensibiliser les apiculteurs sur la traçabilité de leur production de miel. Selon les statistiques officielles de la wilaya de Tipaza, le nombre global de ruches existantes s'élève à 12 700, représentant un investissement de 130 267 89 DA, alors que 10 148 ruches d'une valeur totale de 51 363 102 DA ont été acquises dans le cadre du FNDRA. La production de miel officiellement déclarée s'élève à 1000 quintaux, sachant que de nombreux apiculteurs continuent à dissimuler leur production. 3000 ruches viennent d'être affectées au niveau des zones rurales de la partie ouest de la wilaya, dans le cadre du Ppdri. La wilaya de Tipaza compte 150 apiculteurs selon l'association des apiculteurs de cette wilaya. Le président de cette association s'enorgueillit d'une production de plus de 10 variétés de miel dans la wilaya ; néanmoins, il dévoile les difficultés rencontrées par ses pairs dans l'exercice de leur métier. Il s'agit notamment, de l'absence des médicaments dans le marché national pour le traitement des ruches durant les étapes de production, l'indisponibilité des ruches, la multiplication des vols des récoltes de miel, l'utilisation des pesticides sans le respect des règles par les agriculteurs, les incendies de forêt et, enfin, la difficulté dans l'écoulement du miel « made in bled » et ses dérivés. Le rendement moyen d'une ruche est estimé à 11,05 kg de miel. Le représentant de l'Institut des techniques d'élevage de Baba Ali a mis l'accent sur la labellisation du miel des apiculteurs nationaux, annonçant la création d'un laboratoire d'analyse physico-chimique et polennique des miels. « L'Etat s'attend maintenant à un bond qualitatif de la part des apiculteurs, dit-il ; certes, pour la certification du miel, le problème juridique persiste, mais ce miel produit à l'échelle nationale appartient à l'économie souterraine ; d'où la nécessité de la création d'un marché du miel, d'autant plus que le miel importé a investi les étals », conclut-il. L'orateur a mis en garde les apiculteurs contre l'existence sur le marché de miel frelaté. En matière de formation, 80 apiculteurs ont bénéficié d'une formation. Un intervenant a souligné que la majorité des apiculteurs algériens ignorent l'essaimage artificiel, une technique qui permet non seulement de renouveler l'élevage, mais également de choisir la bonne race des abeilles. La transhumance a été évoquée dans les interventions des spécialistes. Il y a lieu de préciser qu'en plus des problèmes vécus par les apiculteurs, les spécialistes s'inquiètent aussi de la diminution dramatique de la flore mellifère, à cause des incendies criminels des forêts, la reconversion des vergers et le vieillissement des arbres. Enfin, il y a lieu de noter l'exposition des dérivés du miel de la part d'une biologiste qui travaille avec les chirurgiens et les salons d'esthétique. Un nouveau créneau qui favorise les traitement « bio ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.