Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    Coronavirus: Aucune personne ayant approché le ressortissant italien ne présenterait des signes inquiétants    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune se rend à la Mosquée du Prophète à Médine    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Rassemblement de protestation des Patriotes    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    10 ans de prison requis contre Kamel Chikhi    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune homme de 28 ans meurt suite à ses blessures à Sidi Khettab    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les grâces sous Chadli Bendjedid
Publié dans El Watan le 07 - 11 - 2004

Même si elle n'était pas en vogue à l'époque, la grâce amnistiante avait pourtant bénéficié à Mahfoudh Nahnah en 1979 et à des membres du Mouvement islamique armé (MIA) en 1989.
Comme quoi, le débat actuel autour de cette disposition ne sort pas d'une pratique déjà assumée par les pouvoirs publics. En 1976, lors du débat sur la charte nationale, un groupe - dont faisaient partie Abassi Madani et Mahfoud Nahnah - juge qu'il pouvait affronter le Pouvoir et engage des actions comme celle ayant conduit à scier des poteaux électriques autour d'Alger. Nahnah, avec 17 autres personnes, sera condamné à 15 ans de travaux forcés, mais il sera gracié en 1979, juste après la mort du président Houari Boumediène. C'est-à-dire juste après que Chadli Bendjedid eut accédé au pouvoir. Réélu le 22 décembre 1988, il fait adopter, en février 1989, une nouvelle Constitution. C'est d'ailleurs, en septembre 1989, qu'il autorise la création des partis politiques et l'ouverture démocratique. Vint alors le 1er novembre 1989, et c'est à l'occasion de la commémoration du 5e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre que le président Bendjedid prononce une grâce dont bénéficieront notamment des militants du MIA. Première organisation islamiste armée en Algérie, elle fut fondée et dirigée par Mustapha Bouyali abattu le 5 février 1987. Bouyali, ancien capitaine de la Wilaya IV pendant la Révolution, s'était lancé, avec quelques partisans, dans des opérations de guérilla en assassinant des gendarmes. En 1982, alors que la tension entre le régime de l'époque et les islamistes montait dangereusement, les modérés avaient projeté d'envoyer une délégation d'oulémas demander audience au président Chadli. Mais après l'arrestation en novembre de la même année (suite à la diffusion du manifeste du cheikh Soltani) de 21 militants islamiques et la mise en résidence surveillée des deux cheikhs, la rencontre a été annulée. Le mouvement n'avait pas pour autant coupé tous ses ponts avec le régime : puisqu'il a empêché la campagne d'Amnesty International en faveur de ses 21 militants qui étaient torturés en prison afin de ne pas provoquer une rupture avec les dirigeants. Les rescapés du MIA comme Chebouti, Miliani ou Baâ se sont répartis, à la faveur de l'insurrection du FIS, entre les différents groupes armés (exemple GIA).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.