Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TABAC
La contrebande, maîtresse du marché
Publié dans El Watan le 20 - 11 - 2004

Un décret exécutif autorisant l'importation et la fabrication sous licence de cigarettes étrangères a été signé le 20 octobre 2004, selon l'agence AAI. Un texte tant attendu qui tombe à point nommé, selon les analystes.
Cela d'autant qu'une fois la libéralisation du marché de la cigarette étrangère concrétisée, les opérateurs se devront d'indiquer expressément la mention « Vente en Algérie » sur l'ensemble des paquets de cigarettes produits ou importés. En attendant, la contrebande de la cigarette fait encore parler d'elle. Acheminée frauduleusement des pays subsahariens, la cigarette de marque Legend s'impose en « maîtresse » dans le circuit commercial du tabac. Ces cinq dernières années, les consommateurs ne jurent plus que par ce paquet rouge, à l'emballage parfait et portant l'effigie du célèbre aigle représentant les armoiries américaines. Son prix de détail ? A partir de 60 DA. Ce qui fait de ce paquet « made in UE » (fabriqué en Union européenne), mais, qui, probablement, sortirait de sordides manufactures quelque part en Afrique, un redoutable concurrent au niveau du marché local. Exposé chez le buraliste au même titre que les marques locales, la Legend partage le même rayonnage avec d'autres marques étrangères, notamment américaines et françaises et qui ont pour nom Marlboro, Gold Seal et Gauloises. Contrairement au tabac fabriqué par la régie nationale SNTA, ces marques ne versent aucun centime d'impôt au Trésor. Selon les analystes financiers, la contrebande de la cigarette est aujourd'hui telle que le manque à gagner accusé par le Trésor tourne autour de 100 milliards de dinars. Autrement dit, des dizaines de millions de cartouches, essentiellement de marque Legend, inondent le marché informel annuellement, sans que l'Etat puisse contenir, pour autant, le phénomène. Si des saisies sont régulièrement opérées par les services de sécurité, il n'en demeure pas moins que la contrebande réussit souvent à déjouer la vigilance des pouvoirs publics.
« Obéissant » au Sud, Baba Hassen approvisionne Alger
Cela dit, pour les seuls derniers 45 jours (du 1er octobre au 15 novembre 2004), plus de 100 000 cartouches ont été saisies en plusieurs endroits du territoire national, essentiellement dans le Grand Sud. Du 1er au 30 octobre de l'année en cours, la quantité saisie par la Gendarmerie nationale est de 61 567 cartouches dont la majeure partie (80%) concerne la marque Legend. Les zones concernées sont Tindouf, Béchar, Tamanrasset, El Oued, Ouargla, Biskra et Djelfa, entre autres. Pour ce qui est de la première quinzaine de novembre, la quantité saisie est, déjà, de l'ordre de 39 957 cartouches. « Au 30 novembre, elle sera certainement revue à la hausse par rapport au mois précédent », prévoit-on auprès des services de sécurité. D'où provient cette marchandise prohibée ? Selon une étude réalisée par la Gendarmerie nationale, le produit est disponible en quantité suffisante dans certains pays riverains du Sahel, à savoir le Niger, le Mali et la Mauritanie, où existeraient des unités de fabrication de cigarettes étrangères, notamment le tabac français Gauloises. Dotés de moyens de transport performants et parfaitement adaptés au terrain (4x4 Toyota Steichen) ainsi que de portables Thuraya, les contrebandiers empruntent les étendues du Grand Sud algérien à travers l'erg occidental pour rejoindre El Bayadh, Ghardaïa, Ouargla, ou encore El Oued. La distribution du produit s'effectue à partir de ces régions considérées comme plaques tournantes du trafic. Les cigarettes sont par la suite livrées à des intermédiaires en cours de route en des lieux choisis, ou stockées dans des hangars en attendant leur livraison à des clients venus de différentes wilayas du pays. « Pour ce faire, ils utilisent des camions-citernes ou des camions munis de caches aménagées pour parvenir à passer les barrages rencontrés sur leur parcours, sans toutefois éveiller le moindre soupçon », précise-t-on. Avec une quantité saisie de 2500 cartouches en un mois et demi, Alger est en passe aussi de rejoindre le peloton des « villes plaques tournantes ». Une saisie opérée à Baba Hassen et ses environs où un « marché de gros » existe est, en effet, en activité depuis plus d'une année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.