Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    "Les élections ne sont pas une priorité"    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Améliorer d'abord les conditions de vie    Beldjoud préside l'installation du wali    L'ambassade de France s'explique    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Rivière asséchée !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Illilten (daïra d'Iferhounène) : Les citoyens se prennent en charge
Publié dans El Watan le 24 - 12 - 2007

Ils vivent entre ciel et terre. Et ils se nourrissent d'espoir et de solidarité. Ces deux mots résument à eux seuls le quotidien des habitants d'Illilten, une commune de la daïra d'Iferhounène, distante de 74 km à l'extrême sud-est de Tizi Ouzou.
Depuis l'indépendance du pays, en 1962, cette contrée enclavée de la Haute Kabylie semble être quasiment oubliée des pouvoirs publics. Accrochés à cette majestueuse montagne du Djurdjura, les 14 000 habitants que compte Illilten ont en effet appris à se prendre en charge du mieux qu'ils peuvent pour survivre dans une région hostile à toute forme de développement. Situé à plus de 1000 m d'altitude, Illilten n'a presque aucun atout pouvant retenir ses habitants sur place. L'accès à la région est d'abord difficile. La seule route qui y mène est dangereuse à la circulation, surtout en période hivernale à cause du verglas. La moindre petite neige isole davantage une population qui ne sait pas à qui crier son désarroi. Si ce n'était l'argent des retraités de France, la misère serait encore plus grande lorsque l'on voit l'ampleur du chômage dans la région. A Igfilen, un petit hameau de près de 700 âmes, l'absence de l'Etat est des plus flagrantes. L'école primaire du village est construite sur un terrain acheté à un privé par les villageois. L'éducatrice qui s'occupe des enfants est payée par les parents qui déboursent 300 DA/par enfant/par mois. Le dossier de recrutement de cette jeune diplômée dans le cadre du pré-emploi est resté sans suite. Pour se rendre au collège d'El Had, le chef-lieu de la commune, les élèves se déplacent à pied sur plus de 3 km. Le problème d'alimentation d'Igfilen en eau potable est partiellement réglé grâce à l'aménagement de deux sources naturelles situées en haut du village. Mais chaque foyer a dû payer la forte somme de 30 000 DA. Le projet a coûté plus de 90 millions de centimes, apprend-on des membres du comité du village. Ces derniers affirment qu'une partie de leur village n'est toujours pas assainie. Certains foyers ne sont pas alimentés en eau et en électricité. « Les agents de Sonelgaz ne sont même pas venus pour faire les branchements nécessaires », dénonce l'un des riverains, un émigré en retraite. Les fiches techniques concernant l'aménagement du village, établies par les services techniques, sont restées sans suite, ajoute-t-on par ailleurs. Pour se chauffer durant la saison hivernale, les habitants d'Igfilen et de la quasi-majorité des foyers de la commune recourent à l'utilisation du bois. Certains sont contraints d'acheter ce bois chez les autres à 7500 DA pour un camion de petit tonnage. L'alimentation en gaz butane demeure insuffisante durant la saison hivernale où l'utilisation de ce produit est importante. En cas d'intempéries, la commune d'Illilten ne dispose que d'une seule pelle mécanique et d'un rétrochargeur. Le chasse-neige promis par les responsables de la wilaya de Tizi Ouzou n'est toujours pas livré. Les fortes neiges d'avril 2005 marquent toujours les esprits d'une population qui se dit être livrée à elle-même. En ce qui concerne l'alimentation en différents produits alimentaires, les commerçants d'Illilten se déplacent au marché d'Akbou, dans la wilaya de Béjaïa, distant d'à peine 30 km. En l'absence des pouvoirs publics, les habitants d'Illilten appréhendent mal la saison hivernale qui s'annonce déjà rigoureuse.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.