Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chanson kabyle : Disparition de la chanteuse La Yamina
Publié dans El Watan le 26 - 01 - 2008

La Yamina, une des femmes qui ont tracé les premiers jalons de la chanson féminine kabyle, est morte jeudi dernier à Alger à l'âge de 102 ans.
Elle a été inhumée hier à El Madania, née présumé en 1906 à Akbou, en Kabylie, La Yamina, de son vrai nom Arab Ferroudja, intègre la radio en 1924 par l'intermédiaire de Mme Lafarge dite La Tassadit. Elle y trouve La Ounissa. La Zina les rejoint par la suite. A trois, elles animent des émissions de chants kabyles. D'autres femmes ont intégré le trio mais pour une courte durée. La Yamina a ramené avec elle par la suite d'autres femmes, comme Chérifa, Ourida et El Djida Thamechtouhth. Lesquelles finissent par chanter accompagnées d'un orchestre. La Yamina voit sa carrière s'achever malgré elle au début des années 1990 suite à la suppression de l'émission « Urar El khaleth » (chants de femme). Elle compte dans son répertoire deux cents chansons environ. Contactée à cette occasion, Mme Khadidja Iheddouchène qui a soutenu sa thèse de magistère en sociologie sur les chants des femmes kabyles intégrant la radio pour chanter, La Yamina a brisé ces murs invisibles que constituent les traditions et les conventions établies. « Je l'ai rencontrée en 1989 à la radio. Pour moi, elle constitue la pionière de la chanson féminine kabyle, un symbole. Elle a bravé les carcans des traditions en vigueur et qui étaient sévères. Beaucoup de femmes qui ont chanté en son temps notamment ont fini par être marginalisées par la société. D'autres ont été contraintes au divorce. D'autres des années plus tard ont subi le même sort. » Malgré son âge avancé, « elle est restée lucide jusqu'à la fin de sa vie ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.