Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Sonelgaz en pole position    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La voix écoutée de l'Algérie    17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Ce que dit un rapport US    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400m haies    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Coupe Davis (Groupe 3 - Zone Afrique): ''un tirage au sort équilibré" (Hakimi)    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Tournoi ITF-Pro W60 de San Bartolomé: Inès Ibbou qualifiée au 2e tour    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Le superbe lob d'Ismaïla Sarr avec Watford (Vidéo)    El-Bayadh: l'électricité ne sera pas coupée aux communes n'ayant pas payé leurs redevances    La Guerre de libération de l'Algérie, "un moment historique" pour la libération des peuples africains    Alger: Six harraga noyés, plusieurs autres portés disparus    Ignorance, inculture et suicide    NA Hussein Dey: Le maintien comme objectif    Quelle justice pour quel monde?    Un dernier délai ?    Constantine: Un mort et deux blessés dans une explosion de gaz    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'Algérie condamne l'agression des forces sionistes sur Ghaza    Extension des réseaux d'électricité et de gaz    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chanson kabyle : Disparition de la chanteuse La Yamina
Publié dans El Watan le 26 - 01 - 2008

La Yamina, une des femmes qui ont tracé les premiers jalons de la chanson féminine kabyle, est morte jeudi dernier à Alger à l'âge de 102 ans.
Elle a été inhumée hier à El Madania, née présumé en 1906 à Akbou, en Kabylie, La Yamina, de son vrai nom Arab Ferroudja, intègre la radio en 1924 par l'intermédiaire de Mme Lafarge dite La Tassadit. Elle y trouve La Ounissa. La Zina les rejoint par la suite. A trois, elles animent des émissions de chants kabyles. D'autres femmes ont intégré le trio mais pour une courte durée. La Yamina a ramené avec elle par la suite d'autres femmes, comme Chérifa, Ourida et El Djida Thamechtouhth. Lesquelles finissent par chanter accompagnées d'un orchestre. La Yamina voit sa carrière s'achever malgré elle au début des années 1990 suite à la suppression de l'émission « Urar El khaleth » (chants de femme). Elle compte dans son répertoire deux cents chansons environ. Contactée à cette occasion, Mme Khadidja Iheddouchène qui a soutenu sa thèse de magistère en sociologie sur les chants des femmes kabyles intégrant la radio pour chanter, La Yamina a brisé ces murs invisibles que constituent les traditions et les conventions établies. « Je l'ai rencontrée en 1989 à la radio. Pour moi, elle constitue la pionière de la chanson féminine kabyle, un symbole. Elle a bravé les carcans des traditions en vigueur et qui étaient sévères. Beaucoup de femmes qui ont chanté en son temps notamment ont fini par être marginalisées par la société. D'autres ont été contraintes au divorce. D'autres des années plus tard ont subi le même sort. » Malgré son âge avancé, « elle est restée lucide jusqu'à la fin de sa vie ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.