Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Na Cherifa est toujours en vie
Bordj Bou-Arréridj
Publié dans Liberté le 02 - 12 - 2008

L'information, qui a circulé ces derniers jours et annonçant la mort de Na Cherifa, âgée de 84 ans s'est avérée non fondée.
Née le 7 janvier 1926 à Djaâfra, dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. Chérifa, de son vrai nom Ouardia Bouchemlal, orpheline de père, sa mère se remaria alors qu'elle n'avait que 3 ans.
Recueillie par un oncle du village d'El Mayen (Djaâfra) elle mènera une vie de bergère bien qu'elle était déjà, à 10 ans, la princesse des “Urar” (fêtes), ces fêtes villageoises au cours desquelles les rites religieux, les mariages ou les circoncisions sont célébrés. En 1943, elle quitte pour la première fois son village natal, et arrive à Alger où “La Yamina” l'introduisit dans le domaine de la chanson. Elle improvisa la plus célèbre de ses chansons Abeqa la Khir a Yaqvu (Adieu Akbou).
Appréciée du public pour ses chants religieux, d'amour, de la famille, et malgré un répertoire d'environ 700 chansons, où ont puisé et continuent de le faire les chanteurs du moderne kabyle, Chérifa qui ne bénéficie pas de droits d'auteur s'est vu marginalisée par la famille artistique.
Elle reprend timidement la chanson à la fin des années 80. Au début des années 1990, des admirateurs passionnés par la chanson kabyle, qui ont entendu ses enregistrements des années 60, l'encouragent à reprendre une carrière internationale. Elle trouve enfin un manager digne d'elle.
Le succès est vite au rendez-vous, et elle chante à l'Olympia en 1994. Elle commence à vendre, ses CD étant très appréciés. Malgré l'âge, Chérifa a gardé sa superbe voix et ses compositions sont toujours aussi fortes.
Après tant d'années de souffrance et de misère, elle vit enfin dans des conditions décentes.
Chabane Bouarissa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.