Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger-Conakry : destination africanité
Ecrivains. Coopération PEN Algérie et Guinée
Publié dans El Watan le 28 - 01 - 2008

PEN Club d'Algérie a pour premier objectif de rassembler les écrivains épris de paix et de liberté en vue de défendre les valeurs de l'esprit et promouvoir l'écriture algérienne à travers le monde.
Le centre PEN Club d'Algérie - dont le président est l'écrivain algérien Mohamed Magani - initie l'idée avec la bonne volonté d'encourager la compréhension par le biais de la littérature des quatre coins du pays. A cet égard, plusieurs plumes algériennes se rencontrent au siège Progos, passage Omar Chérif, boulevard Mohamed V à Alger. Lors de notre réunion du 8 décembre 2007, sous la présidence de Mohamed Magani, le programme du premier trimestre a été établi. Au terme de ce programme, j'ai été désignée à faire une visite de cinq jours au centre PEN en Guinée. Le comité de l'organisation mondiale des écrivains PEN International a pris en charge cette coopération entre les deux centres du continent africain durant ce court séjour. Dans le cadre de ma visite, en tant que déléguée du centre PEN d'Algérie au centre PEN de la Guinée, un programme a été planifié par le PEN Club de la Guinée. Dès mon arrivée en Guinée, le programme a débuté. Accompagnée de deux écrivains guinéens Koumanthio Zeinab et Dr Dieng Bonata, nous nous rendons au bureau de Mme Hadja Fatoumata Sall, écrivaine et chef de cabinet au ministère du Tourisme en Guinée, qui est aussi responsable d'un grand réseau d'une ONG féminine. Elle est militante pour la promotion des droits de l'homme et l'émancipation de la femme guinéenne. Son cheval de bataille reste le silence des femmes enclavées dans les zones rurales. A cette rencontre, je précise que l'écriture algérienne continue avec ferveur par une nouvelle génération d'écrivains algériens, malgré les contraintes dues à la marge d'expression et les entraves qu'elle rencontre. Les écrivaines algériennes illustrent parfaitement la condition de la femme qui subit les transformations dans la région méditerranéenne, de l'Afrique du Nord face à l'Occident et pas loin de l'Orient. J'ajoute que l'écriture en Algérie n'est pas précisément revendicatrice. Elle n'est ni codée, ni enfermée, ni théorisée ; cependant, elle reprend souvent les difformités de la société dans laquelle nous évoluons. Deuxième étape de ce voyage, toujours accompagnée de Koumanthio Zeinab et Dieng Bonata vers le centre PEN de la Guinée à Fouta Jallon, situé à 450 km de Conakry. Ce village éclatant sur une toile de fond, au conservatisme largement musulman, a engendré des grands hommes tels que : Alpha Yaya Diallo, Bocar Biro Barry... et des érudits comme : Karamoko Alpha Mo Labé, Thierno Aliou Boubadian, T. Samba Mombéya. Des précurseurs de l'Islam tolérant qui cohabite aux côtés des minorités chrétiennes et animistes. Les langues principales sont le peuhl ou poulars qui constituent le groupe ethnique le plus important. L'un des volets de ma visite a été ma conférence au centre PEN de Guinée ayant pour thème : « Quel est le rôle des femmes écrivaines dans la promotion des droits humains ? », sous le patronnage d'un éminent professeur de lettres qui assumait la fonction de modérateur. Des questions pertinentes ont donné au débat une richesse par les points de vue critiques et parfois même controversés. A travers cette rencontre, le public a pu comprendre et apprécier non seulement le rôle important des femmes écrivains dans les sociétés africaines en tant que gardiennes des valeurs, mais aussi, de toucher du doigt les préoccupations actuelles du PEN international à rendre visible les travaux des centres, leur mise en réseau, et aussi multiplier les débats autour de toutes sortes de violences faites aux femmes en général et aux femmes écrivaines en particulier. L'universalisme pour les droits humains fondé sur la raison est réitéré sans cesse dans mon intervention pour ressortir les mille identités peuplant la terre. Mon verbe dépasse les préjugés et les clivages parfois ressentis entre les pays de l'Afrique et les pays riches, et parfois même entre le nord et le centre de l'Afrique. Tous les présents souhaitaient que cette étape préliminaire soit la voie de toutes les ouvertures pour les centres PEN du monde. A la lumière des discussions lors de cet échange, il a été retenu notamment : les problèmes de circulation des textes, des livres ou/et des idées qui ne sont pas ressentis en Algérie de la même façon qu'en Guinée. En effet, en Guinée, il y a peu de maisons d'édition alors qu'en Algérie, elles tendent à être nombreuses. Les soucis majeurs des écrivains algériens sont leurs droits d'auteurs et leur statut d'écrivain qui demeurent bafoués. Les écrivains algériens publiant dans les grandes capitales comme Le Caire ou Paris sont considérés comme des auteurs de qualité, alors que souvent les maisons d'édition étrangères manipulent ces auteurs à des buts lucratifs, ce qui peut porter préjudice à l'auteur algérien. La jeune génération des écrivains très talentueux publie en Algérie, mais elle vit une ségrégation cautionnée par la grande méconnaissance par manque de diffusion et de médiatisation. De ce fait, les solutions et les urgences ne sont guère identiques autant pour les auteurs guinéens que pour les auteurs algériens. Dans le cadre de notre évaluation, il convient de conclure que l'échange a été utile, car il a permis aux deux centres PEN africains de se connaître et de se rapprocher un peu plus et de voir comment les problèmes sont traités au niveau de chaque centre. Par ailleurs, il a aussi permis une auto-évaluation. Au terme de cet échange, nous remercions vivement le PEN international et nous souhaitons faire durer l'initiative afin de consolider ces échanges à travers les pays et promouvoir la littérature à travers le monde.
L'auteur est : Ecrivaine algérienne, déléguée du centre PEN d'Algérie pour une visite au centre PEN de la Guinée


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.