réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dr Aboubakr. Médecin chef de l'EHS de gynécologie obstétrique
« Il faudrait revoir le fonctionnement de la maternité. »
Publié dans El Watan le 21 - 02 - 2008

Le Dr Aboubakr Fadllalah est médecin chef et président du conseil médical de l'établissement hospitalier spécialisé (EHS) en gynéco obstétrique. Il revient dans cet entretien sur les conditions de travail au niveau de cet établissement (Maternité) de 160 lits, récemment remis à neuf, mais qui manque cruellement d'effectifs spécialisés.
La maternité a rouvert ses portes il y'a quelques mois seulement, après l'achèvement d'importants travaux de réhabilitation. Quel a été l'impact pour les patients et le personnel médical ?
Sur le plan infrastructure, les travaux d'aménagement ont été salutaires en ce sens que la bâtisse présentait de nombreuses anomalies et souffrait de la stagnation des eaux usées. Pour un établissement hospitalier, une telle situation est inconcevable. Surtout lorsqu'il s'agit d'un établissement qui accueille, en plus des patientes des 52 localités de la wilaya, ceux des régions limitrophes. La charge de travail à l'EHS est énorme.
Vous voulez dire que la maternité connaît un problème de saturation ?
C'est le cas de le dire. Avec une équipe de 4 médecins spécialistes, nous sommes à 9 000 accouchements par un. Le nombre d'interventions dites à froid est en moyenne de 20 par semaine. Quant aux cas présentant une urgence, nous procédons parfois à 15 interventions par jour. Si on doit appliquer les normes universelles en matière de santé, je pense qu'une structure pareille nécessite au minimum une dizaine de spécialistes en gynéco obstétrique, sans parler du personnel paramédical. Il faut que vous sachiez qu'en matière de gynéco obstétrical, l'EHS est le seul établissement qui opère sous célioscopie et qui maintien en activité une unité chargée du dépistage du cancer du colon et du sein. D'ailleurs, la chirurgie cancérologique tient une place particulière à l'EHS.
Que préconisez-vous dans ce cas là ?
Il faudrait penser à rajeunir l'effectif et à réorganiser le mode de fonctionnement de la maternité. Un système de niveau intégrant les structures de santé de base est, aujourd'hui, nécessaire. Faire de l'EHS un centre de performance implique nécessairement une redéfinition de ses missions et une rationalisation des moyens dont il dispose actuellement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.