Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cevital investit dans le tourisme à Béjaïa
Le nouveau challenge d'Issad Rebrab
Publié dans El Watan le 27 - 02 - 2008

Un complexe touristique d'envergure internationale pourrait voir le jour dans près de deux années sur la côte est de Béjaïa sous l'impulsion du groupe Cevital qui signe là son entrée dans le secteur du tourisme.
Béjaïa : De notre bureau
Issad Rebrab a jeté son dévolu sur la zone d'expansion touristique (ZET) d'Agrioune, dans la commune côtière de Souk El Tenine (30 km de Béjaïa). Le projet a déjà reçu l'aval d'une commission interministérielle siégeant au ministère du Tourisme, ainsi que le feu vert du Conseil national de l'investissement (CNI). Celui-ci statue sur les investissements dont la valeur s'étale à plus de 500 millions de dinars et a surtout prérogative de manœuvrer pour faciliter l'accès au foncier. L'on attend plus désormais que la délivrance du titre de possession puisque l'on ne sait toujours pas si l'assiette, grande de 26 ha, sera accordée en cession ou en concession pour voir amorcer le chantier. L'investisseur, dont le flair et l'efficacité ne sont plus à démontrer, se serait d'ailleurs engagé à tout réaliser durant les 18 mois qui suivent l'obtention du fameux document. Les cadres de la direction du tourisme et de nombreux professionnels du secteur ne cachent pas leur enthousiasme et saluent déjà la perspective d'une mise en orbite sérieuse de la destination béjaouie. Parce que le groupe réussit pratiquement tout ce qu'il fait et parce que la consistance du projet a de quoi séduire. La maquette du projet, exposée avec une dizaine d'autres intentions d'investissements nationaux et étrangers, aux dernières assises nationales et internationales sur le tourisme, aurait par ailleurs tapé dans l'œil de beaucoup de professionnels d'autant qu'on a là un investissement exclusivement dédié au tourisme. L'un des arguments les plus sûrs du projet en effet est qu'il réserve tous les espaces et les équipements à l'activité touristique alors que bien d'autres offres d'investissement, celles provenant du Golfe notamment, négocient des avantages immobiliers « spéciaux » qui leur permettent la vente des unités réalisées. Le projet du groupe Cevital, confié au bureau d'étude Artec (bureau d'architecture et d'engineering international basé à Dubaï), prévoit l'érection d'un hôtel 5 étoiles de rang international, des blocs d'appartements-hôtels standing et grand standing, un village de vacances et des chalets de différentes gammes, le tout devant mettre en exploitation quelque 2600 lits. Ces espaces résidentiels devraient s'encastrer dans un environnement qui doit également se structurer autour d'aires de loisirs - dont un parc aqualand avec piscines et toboggans - et des espaces de remise en forme et de balnéothérapie. Enfin, la maquette prévoit une série d'espaces commerciaux et culturels de luxe qui garantissent à l'ensemble diversité et harmonie, de même qu'une partie de l'oued Agrioune, l'un des plus importants que compte la wilaya de Béjaïa, devrait elle aussi connaître des aménagements pour accueillir des activités d'agrément. Le projet promet de générer 1300 emplois directs à sa mise en exploitation, sans compter le dynamisme qu'il ne manquera pas d'induire sur cette partie de la côte béjaouie. A noter que la wilaya de Béjaïa compte un ensemble de 11 ZET toutes situées sur la bande côtière et totalisant une superficie de 102 ha. Des zones qui restent jusque-là sous-exploitées malgré les demandes d'investissement qui atterrissent au niveau de l'administration. Les procédures d'attribution des aires foncières demeurent trop confuses et trop compliquées, y compris pour l'administration elle-même, selon des opérateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.