Prorogation du délai    L'entreprise sera soumise « à un audit complet »    La Zlecaf, un choix "stratégique pour l'Algérie"    772 nouveaux cas et 9 décés en 24 heures    Fin tragique pour le petit Yanis    Les responsables sanitaires divisés !    Les deux conditions à satisfaire    Premier League : Man United renverse West Ham. Benrahma a joué 20 minutes    Mali: le colonel Malick Diaw élu à la tête du Conseil national de transition    L'APLS poursuit le bombardement des sites militaires marocains pour le 23e jour consécutif    2e journée de Ligue 1: le "syndrome" des nuls continue de plus belle    Transport aérien : les vols commerciaux internationaux suspendus jusqu'à nouvel ordre    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Spectre ou menace réelle ?    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La voix du maître du haouzi résonne toujours
Cheikh Ghafour chante dans l'amphithéâtre de la Sorbonne
Publié dans El Watan le 16 - 03 - 2008

A 78 ans, le maître du haouzi, cheikh Mohamed Ghafour, n'a rien perdu de sa prestance. Sa voix puissante, claire et envoûtante a fait vibrer un public acquis et conquis vendredi soir dans le prestigieux amphithéâtre de la Sorbonne.
Paris. De notre bureau
Mohamed Ghafour a fait partie de l'orchestre de cheikh Si Driss Ben Rahal comme drabki. En 1954, il forme son propre orchestre. En 1962, il reconstitue son orchestre et imprime un cachet nédromi à la musique andalouse par ses noubas plus légères et moins académiques que celles de Tlemcen, ainsi que par ses chants et ses qacidate tirées d'auteurs et de compositeurs nédromis comme M'hammed Remaoun et surtout cheikh Kaddour Ben Achour Zerhouni. Après une première participation au festival de la musique andalouse en 1967 à Alger, cheikh Mohamed Ghafour donne le nom de El Moutribia El Mouahidia à son ensemble. C'est alors que le défunt M'hamed Bouri prend en charge la carrière de l'artiste. Ainsi, Mohamed Ghafour participe au 2e festival de musique andalouse en 1969 à Alger où il obtient le premier prix grâce à sa célèbre chanson Welfi Mériem (texte de cheikh Kaddour Ben Achour Zerhouni). La journée hommage à Hadj Ghafour intervient après la présentation de la çan'a d'Alger avec un de ses maîtres Sid Ahmed Serri en juin 2007, puis le concert en octobre 2007 avec le professeur Nadir Marouf et Pedro Aledo qui a montré les influences croisées entre la tradition arabo-andalouse et l'héritage de la musique judéo-espagnole, Ahmed Larinouna a montré en novembre comment cette musique pouvait évoluer en empruntant à l'opéra ses techniques vocales. Le prochain invité sera cheikh Fergani, maître du malouf de Constantine. Ces initiatives dont le but est de « faire connaître la musique arabo-andalouse à travers son histoire, son répertoire et ses principaux représentants », de « présenter les maîtres qui ont joué un rôle indéniable de médiateur pour le patrimoine musical andalou », affirment ses organisateurs, reviennent à l'association Sherhind - découverte de l'Autre, animée principalement par Nadia et Sadi Lakhdari et Saad Zerhouni. Cette association, ambitionnant en effet de « valoriser le patrimoine culturel méditerranéen en collaboration avec les spécialistes du monde des arts et de la culture », organise avec le Centre de recherche interdisciplinaire sur les mondes ibériques contemporains de Paris-Sorbonne des manifestations afin de « mettre en évidence les interactions entre cultures savantes et cultures populaires ». Afin de donner une approche complète de la musique arabo-andalouse et de ses dérivés, d'autres concerts seront organisés avec les maîtres de Tunisie, de Libye et d'Egypte pour finir avec le flamenco en Espagne. La journée hommage à cheikh Ghafour était composée d'une conférence-débat ponctuée par des intermèdes musicaux sur le thème de « Les zaouias et l'apport de la poésie et du chant religieux Samaâ dans la musique arabo-andalouse », d'un récital de oûd, hawzi et 'aroubi, avec Nassima Chabane, Nadir Marouf et Brahim Hadj Kacem et Meryem Ben Allel, la projection du film Musique andalouse… sans frontières en présence du réalisateur Abdellatif M'Rah. Nassima Chabane, formée à l'arabo-andalou par El Hadj Medjbeur et Dahmane Benachour, encouragée et soutenue par de grands maîtres tels Mohamed Bengergoura, Sadek Bedjaoui et Hadj Hamidou Djaîdir, a interprété des morceaux de Voie soufie, voix d'amour, un CD sorti en 2006 (IMA Harmonia Mundi) dans lequel l'artiste réunit les plus belles œuvres des grands maîtres soufis, d'Ibn Arabî à l'Emir Abdelkader.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.