35 personnes accusées dans des affaires de corruption    Opérateurs algériens et libyens se concertent sur l'impulsion de la coopération bilatérale    Rencontre mardi sur    Pétrole/gaz de schiste : opportunités et risques    Proposition de paix    «La décision de mon exclusion du bureau exécutif est antiréglementaire»    Le DEN satisfait des résultats    Deuxième place pour Reguigui    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Les services douaniers ont enregistré 70 contraventions depuis le début de l'année en cours    Nécessité d'un schéma national de transport pour réduire les accidents de la route    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Le Mouloudia vidé de ses cadres !    Rien n'est confirmé Algeria 2020    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    "Mal négociés", selon Wahiba Bahloul    Visite inopinée de CHerif Omari a la laiterie de birkhadem    Objectif atteint pour les Verts    Marc Lavoine prochainement en concer    avec «force» l'attaque terroriste contre le camp militaire de Sokolo au Mali    M. Davaasuren, Secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères de Mongolie, effectuera une visite de travail en Algérie    Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Un "terminus" brutal pour la JSK    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fin d'une thèse…
Publié dans El Watan le 23 - 03 - 2008

Le 17 mars dernier, la 17e chambre du tribunal de Paris met en examen Jean-Baptiste Rivoire, journaliste à Canal+, pour avoir commis des « violences volontaires avec préméditation » sur la personne de Didier Contant, journaliste, auteur de trois enquêtes (ou contre-enquêtes) sur le massacre des 7 moines trappistes de Tibhirine en 1996.
Une victoire en demi-teinte pour Rina Sherman, que la thèse du suicide n'avait jamais réussi à convaincre. Dans son témoignage intitulé « Le huitième mort de Tibhirine », R. Sherman reprend avec acharnement le fil de l'affaire, fait sa propre enquête sur la mort, dans des circonstances troubles, de son ancien compagnon. L'enquête menée par la police parisienne avait, selon elle, « conclu hâtivement au suicide ». Une thèse qui « en définitive arrangeait tout le monde », dit-elle. La mort de Contant est provoquée, d'après Sherman, par la virulence de la campagne lancée contre lui par un des « talibans de Paris », le « lobby politico-médiatique » acquis aux thèses du « Qui tue qui ? ». Victime d'une campagne calomnieuse, le reporter Didier Contant, ancien rédacteur en chef de l'agence Gamma, fait — le 15 février 2004 — une chute mortelle d'un immeuble parisien alors qu'il s'apprêtait à publier sa troisième enquête sur la mort des moines de Tibhirine. Il en avait déjà publié deux. La première dans le Pèlerin magazine en février 2003, ensuite dans Le Figaro magazine en décembre 2003. Dès la parution de l'enquête dans Le Figaro magazine, la campagne de « dénigrement » s'ébranle. Contant est accusé par ses détracteurs, notamment J. B. Rivoire, d'être un « agent » des services secrets algériens. Sous la pression, Le Figaro cède et sursoit à la publication de la seconde partie du reportage réalisé à Médéa, où Contant s'était rendu à plusieurs reprises à la recherche de témoignages de l'implication franche et sans équivoques du GIA dans la tuerie de mai 1996. L'antithèse de ce que Rivoire défendait. En avril 2002, Libération se fait l'écho d'un déserteur du DRS, arrêté en Thaïlande. Abdelkader Tigha accusait les services algériens d'être les instigateurs de l'enlèvement et de l'exécution des moines trappistes. Rivoire saute sur l'occasion. Le 1er décembre 2003, Canal+ diffuse un documentaire signé Rivoire, où il donne la parole à l'ancien officier des services algériens. Suite à quoi, une plainte contre X est déposée à Paris par une des familles des moines égorgés à Tibhirine. Contant se rend sur place et à son retour, il bat en brèche l'accusation selon laquelle le massacre serait l'œuvre démoniaque du DRS (département du renseignement et de la sécurité). Levée de boucliers dans les milieux « qui-tu-quistes », solidement implantés dans la capitale française. Désinformation, rumeur, cabale, intimidation, menace en tout genre, Contant a été acculé dans les « maquis parisiens », pour reprendre l'expression de sa compagne. Shermann doute même de sa propre quête de la vérité. Elle écrit : « Nous ne connaîtrons peut-être jamais exactement le déroulement des faits qui ont précédé sa chute du cinquième étage d'un immeuble parisien, mais au fil de mes interrogations, j'ai été dégoûtée par la manipulation de son action. Indépendamment de sa volonté, étant accusé par les séides des intégristes islamistes d'être un ‘‘éradicateur'', il s'est retrouvé dans le collimateur du réseau ‘‘Qui tue qui ?''. A la suite de la mort de Didier Contant, aucun journaliste n'a osé reprendre son enquête sur l'enlèvement et l'assassinat des moines trappistes. Aucun journaliste n'a osé mener une investigation sur les circonstances de sa mort. Deux ans après sa mort, aucun journaliste sur la place de Paris n'ose citer son nom. (…) » Fin de citation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.