L'approche algérienne servira de modèle mondial    Ardjoun décroche sa 2e médaille d'or    MCA-USMA reprogrammé mardi prochain    L'Algérie avec dix représentants en Egypte    Appel à un vote massif    Aucun parti n'est favori    "Les terroristes n'ont aucune autre issue"    Oran mobilise 3 000 policiers    Choix des sites fin novembre ou début décembre    Sur les 10 premiers mois de 2017 : Les exportations ont progressé à 28,67 mds usd    Salon du logement et de la décoration à Oran    Le commerce international a globalement soutenu l'activité et les niveaux de vie moyens    "De grandes misères humaines"    Geat: un fleuron en devenir    Les minoteries broient du noir    Le CNDH défend la position de l'Algérie    «Aucun manquement professionnel»    Coopération Algéro-Française : L'OCDE recommande l'ajustement de l'accord bilatéral de 1968    La France va accueillir les premiers réfugiés    Expulsion de 300 femmes et enfants de terroristes étrangers    L'automobile en force à la prochaine foire de la production nationale    Mugabe démis de son poste de président de son propre parti    La 3008 décroche son 35e titre    La Chery QQ made in Algeria dès 2018 !    « Je sais où va l'argent de l'Anep »    Contrôle des candidatures aux élections : Nous respectons la loi, dit Yacoub    Dans le grand sud : Les opérations de vote commencent    Ounas et Bentaleb dans le Top 25    Bounedjah et Hamroun buteurs    L'EN enchaîne son 3e succès    Une adresse mail est ouverte    Le Sete récidive    Un réseau de trafic de drogue démantelé    Formation professionnelle : Le secteur adopte une stratégie basée sur la recherche permanente    Le Cndpi immortalise l'évènement    Un pizza-show sera ouvert vendredi à Alger    "Carte postale" applaudie par un public nombreux    L'artiste-peintre Choukri Mesli inhumé dans sa ville natale, Tlemcen    Sénégal : Face au changement climatique, des territoires insulaires s'unissent    Ministère de la Communication-HCA : Veiller à ce que la langue arabe soit "indemne d'incorrections"    Oran: une fillette retrouvée morte quelques heures après sa disparition    Ligue 1 Mobilis - Réserves : Le Paradou AC, nouveau leader    Oran : Le monoxyde de carbone, ce tueur silencieux    Festival international Cinéma et migrations : «Zeus» primé à Agadir    USM Alger    Rachid Boudjedra à propos de son pamphlet    Vaste opération d'aménagement sur la RN4: Vers la création d'un nouveau site de détente pour les familles    Le concours fixé au 26 décembre: L'Education recrute des médecins et des psychologues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean-Baptiste Rivoire devant le tribunal correctionnel de Paris
Affaire du journaliste Didier Contant
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2009

Le juge d'instruction parisien Patrick Ramaël, qui enquête sur les circonstances du décès du grand reporter et ancien rédacteur en chef de l'agence Gamma, Didier Contant, a ordonné le 5 février le renvoi de Jean-Baptiste Rivoire, journaliste à Canal +, devant le tribunal correctionnel de Paris pour « violences volontaires préméditées ».
C'est ce que vient d'annoncer dans un communiqué, rendu public le 11 février, Rina Sherman, la compagne de Didier Contant et auteur du livre Le Huitième mort de Tibhirine (éditions Tatamis, 2007). Rappel des faits. Le journaliste Didier Contant enquêtait sur la mort des sept moines trappistes du monastère de Tibhirine. Une partie de ses investigations paraît dans le Figaro Magazine. En parallèle, le journaliste de Canal+ et grand reporter au magazine d'investigation 90 minutes Jean-Baptiste Rivoire mène une enquête sur la même affaire. Se fondant sur les « révélations » d'un militaire dissident, Abdelkader Tigha, Rivoire, que l'on se plaît à présenter comme un chantre du « qui tue qui ? », avance la thèse selon laquelle les sept moines trappistes, qui ont été enlevés, rappelle-t-on, le 27 mars 1996 et retrouvés morts le 21 mai 1996, ont été assassinés par le DRS avec la complicité des Services français. « Faux ! », dit Contant, dont les investigations accablaient sans ambages le GIA. « Mais à Paris, des confrères affirment auprès des rédactions parisiennes que Didier Contant travaillait pour les services français et algériens dans le cadre de son enquête sur les moines, déconseillant toute publication de son investigation. Ces lobbies, composés de journalistes, d'éditeurs, d'avocats et d'organisations des droits de l'homme, brandissent le témoignage d'un sous-officier transfuge de l'armée algérienne, tendant à prouver l'implication de l'armée dans le rapt des moines », peut-on lire en quatrième de couverture du livre de Rina Sherman.
L'un des principaux animateurs de cette campagne « n'est autre que J. B. Rivoire », accuse-t-elle. « Dans l'intention d'empêcher toute nouvelle publication de son confrère, Jean-Baptiste Rivoire a contacté les rédactions parisiennes en se réclamant de sources dignes de foi, pour accuser, ni plus ni moins, Didier Contant d'être un agent des services secrets algériens et français », indique-t-elle dans le communiqué du 11 février (voir l'intégralité du communiqué sur le site : http://quiatuedidiercontant.blogspot.com). « Didier Contant vivait cette campagne calomnieuse comme une catastrophe professionnelle ; dépossédé de son honneur, de sa dignité et de la capacité de gagner sa vie, il ne put l'accepter », lit-on dans Le Huitième moine de Tibhirine. Aucune suite ne sera ainsi donnée à son enquête. Le 15 février 2004, Didier Contant fait une chute mortelle d'un immeuble parisien. « On a dit que c'était un accident. On : pronom personnel indéfini, désigne ici d'une manière vague les autorités algériennes, mais également françaises », écrit Antoine Sfeir dans la préface du livre, avant d'ajouter : « Sa compagne, non convaincue, a voulu enquêter. Elle l'a fait d'une manière farouche et déterminée. Je ne sais pas si Didier Contant a été tué ou est mort accidentellement ou tout simplement a été victime de circonstances non élucidées. En revanche, la mort d'un confrère quelle qu'elle soit mérite qu'on y porte un intérêt. Cet intérêt n'a pas été porté dans le cas de Didier Contant, mais à la lecture de l'enquête de sa compagne, on ne peut qu'avoir des doutes sur cette mort fortuite qui arrangeait tout le monde en définitive. » Tel est donc le background de cette affaire. Jean-Baptiste Rivoire a été mis en examen dans un premier temps. Aujourd'hui, le voici déféré au tribunal correctionnel de Paris. « L'information judiciaire a aujourd'hui totalement confirmé les faits dénoncés à l'encontre de Jean-Baptiste Rivoire », souligne le communiqué de Rina Sherman, qui conclut : « Avec ce renvoi devant la juridiction correctionnelle, on va pouvoir désormais parler de l'affaire Rivoire. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.