L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean-Baptiste Rivoire devant le tribunal correctionnel de Paris
Affaire du journaliste Didier Contant
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2009

Le juge d'instruction parisien Patrick Ramaël, qui enquête sur les circonstances du décès du grand reporter et ancien rédacteur en chef de l'agence Gamma, Didier Contant, a ordonné le 5 février le renvoi de Jean-Baptiste Rivoire, journaliste à Canal +, devant le tribunal correctionnel de Paris pour « violences volontaires préméditées ».
C'est ce que vient d'annoncer dans un communiqué, rendu public le 11 février, Rina Sherman, la compagne de Didier Contant et auteur du livre Le Huitième mort de Tibhirine (éditions Tatamis, 2007). Rappel des faits. Le journaliste Didier Contant enquêtait sur la mort des sept moines trappistes du monastère de Tibhirine. Une partie de ses investigations paraît dans le Figaro Magazine. En parallèle, le journaliste de Canal+ et grand reporter au magazine d'investigation 90 minutes Jean-Baptiste Rivoire mène une enquête sur la même affaire. Se fondant sur les « révélations » d'un militaire dissident, Abdelkader Tigha, Rivoire, que l'on se plaît à présenter comme un chantre du « qui tue qui ? », avance la thèse selon laquelle les sept moines trappistes, qui ont été enlevés, rappelle-t-on, le 27 mars 1996 et retrouvés morts le 21 mai 1996, ont été assassinés par le DRS avec la complicité des Services français. « Faux ! », dit Contant, dont les investigations accablaient sans ambages le GIA. « Mais à Paris, des confrères affirment auprès des rédactions parisiennes que Didier Contant travaillait pour les services français et algériens dans le cadre de son enquête sur les moines, déconseillant toute publication de son investigation. Ces lobbies, composés de journalistes, d'éditeurs, d'avocats et d'organisations des droits de l'homme, brandissent le témoignage d'un sous-officier transfuge de l'armée algérienne, tendant à prouver l'implication de l'armée dans le rapt des moines », peut-on lire en quatrième de couverture du livre de Rina Sherman.
L'un des principaux animateurs de cette campagne « n'est autre que J. B. Rivoire », accuse-t-elle. « Dans l'intention d'empêcher toute nouvelle publication de son confrère, Jean-Baptiste Rivoire a contacté les rédactions parisiennes en se réclamant de sources dignes de foi, pour accuser, ni plus ni moins, Didier Contant d'être un agent des services secrets algériens et français », indique-t-elle dans le communiqué du 11 février (voir l'intégralité du communiqué sur le site : http://quiatuedidiercontant.blogspot.com). « Didier Contant vivait cette campagne calomnieuse comme une catastrophe professionnelle ; dépossédé de son honneur, de sa dignité et de la capacité de gagner sa vie, il ne put l'accepter », lit-on dans Le Huitième moine de Tibhirine. Aucune suite ne sera ainsi donnée à son enquête. Le 15 février 2004, Didier Contant fait une chute mortelle d'un immeuble parisien. « On a dit que c'était un accident. On : pronom personnel indéfini, désigne ici d'une manière vague les autorités algériennes, mais également françaises », écrit Antoine Sfeir dans la préface du livre, avant d'ajouter : « Sa compagne, non convaincue, a voulu enquêter. Elle l'a fait d'une manière farouche et déterminée. Je ne sais pas si Didier Contant a été tué ou est mort accidentellement ou tout simplement a été victime de circonstances non élucidées. En revanche, la mort d'un confrère quelle qu'elle soit mérite qu'on y porte un intérêt. Cet intérêt n'a pas été porté dans le cas de Didier Contant, mais à la lecture de l'enquête de sa compagne, on ne peut qu'avoir des doutes sur cette mort fortuite qui arrangeait tout le monde en définitive. » Tel est donc le background de cette affaire. Jean-Baptiste Rivoire a été mis en examen dans un premier temps. Aujourd'hui, le voici déféré au tribunal correctionnel de Paris. « L'information judiciaire a aujourd'hui totalement confirmé les faits dénoncés à l'encontre de Jean-Baptiste Rivoire », souligne le communiqué de Rina Sherman, qui conclut : « Avec ce renvoi devant la juridiction correctionnelle, on va pouvoir désormais parler de l'affaire Rivoire. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.