Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    Lutte contre la mendicité des enfants : Prise en charge de plus de 90 enfants    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    A quand l'ouverture du site pour le retrait des ordres de versement ? Les souscripteurs du programme AADL 2 à Oran s'impatientent    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Opération menée par l'ANP entre Constantine et Mila: Quatre terroristes abattus et un militaire tué    Equipe nationale: Premier objectif atteint pour Belmadi    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    Entre réforme set continuité    ICG préconise des réformes en urgence: Risque d'une crise économique majeure en Algérie    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Praticiens spécialistes: La prime de service civil pointée du doigt    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    Un proche de Ould-Abbès candidat du FLN    Le temps et la diversion    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    La JSK pour réduire l'écart sur le leader    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Une éclatante résurrection    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    L'ASO Chlef reprend les commandes    Retard dans la création de zones industrielles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commune de Baraki : La station d'épuration des eaux usées à l'essai
Publié dans El Watan le 03 - 04 - 2008

La vétusté des conduites en place pose de sérieux problèmes techniques à travers 15 communes de la capitale.
Etant la première du genre à l'échelle nationale, la station d'épuration des eaux usées a été mise à l'essai depuis le mois de janvier 2007 avec des capacités de traitement de 250 000 m3 par an à titre expérimental, lance un responsable de cette importante infrastructure hydrique, soulignant qu'elle est équipée des débiteurs et procédés très sophistiqués. Leur parfaite maîtrise implique, en effet, un encadrement technique en mesure d'aboutir à réaliser les plans d'action conçus pour faire face à des situations d'assainissement des plus compliquées, poursuit le même interlocuteur. Les populations concernées par les interventions de cette troisième station, en nombre, dans la wilaya, sont estimées en première phase à plus de 900 000 personnes vivant dans les communes de la Mitidja, où 5 d'entre elles viennent de se doter de réseaux d'assainissement, notamment les quartiers des Eucalyptus et ceux des localités semi- urbaines à Raïs et Nezzali, connues sous le nom de Ronda, relevant tous les deux de la commune de Sidi Moussa. Par la suite, la plupart des communes du centre du pays bénéficieront des traitements des eaux usées à la faveur de l'introduction à court terme d'autres techniques d'épuration, ajoute le responsable de l'exploitation. S'étendant actuellement sur une superficie de 10 km, le bassin de traitement reçoit les eaux évacuées d'El Harrach, de Semmar, et prochainement celles des Eucalyptus et de Birtouta. Selon un ingénieur en hydraulique, les équipes s'attellent en cette période d'essai à enlever les matières solides du cours des eaux pour éviter d'obstruer la canalisation ou toutes contraintes de nature à empêcher ou compliquer le processus technique des opérations de traitement méthodique. En l'occurrence, ce sont surtout le bois, les matières en fer et en plastique et d'autres effets domestiques solides qui bouchent énormément la canalisation d'évacuation. En réalité, la vétusté des conduites en place pose de sérieux problèmes techniques à travers 15 communes de la capitale. « Les opérations nécessaires à effectuer au niveau des anciens quartiers sont autant coûteux en argent et temps que celles à inscrire dans les nouveaux projets de raccordement au réseau d'assainissement au niveau des agglomérations jusqu'à présent dépourvues, notamment à l'est d'Alger », précise la même source. Quant à la station de Réghaïa, rouverte en 1997, les tâches sont des plus délicates. Selon les techniciens du terrain, la pollution qu'a connue cette région durant les dernières années est exacerbée par la négligence de certains habitants à l'égard des flaques d'eaux stagnées, et parfois au rejet des ordures ménagères dans les conduites d'eaux en l'absence des camions d'éboueurs. Néanmoins, l'expérience acquise jusqu'ici pourrait amener les techniciens à mieux prendre en charge la situation. Après la réouverture de la station de Bouzaréah en 2007, les équipes de traitement se partagent les missions difficiles à mener tous les jours. A cela s'ajoute le rôle de la station de Baraki, « en tant qu'opérateur de haut rang dans le domaine de la préservation de l'environnement », estiment les experts algériens. Les eaux usées ayant été par le passé déversées dans des terrains agricoles seront désormais transférées au barrage de Douéra qui est en cours de réalisation. « L'agriculture sera, évidemment, le secteur bénéficiaire dans la plaine de la Mitidja ainsi que d'autres activités productives dépendant des eaux à travers les wilayas du centre avoisinantes », conclut un responsable des ressources en eau.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.