Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Commune de Baraki : La station d'épuration des eaux usées à l'essai
Publié dans El Watan le 03 - 04 - 2008

La vétusté des conduites en place pose de sérieux problèmes techniques à travers 15 communes de la capitale.
Etant la première du genre à l'échelle nationale, la station d'épuration des eaux usées a été mise à l'essai depuis le mois de janvier 2007 avec des capacités de traitement de 250 000 m3 par an à titre expérimental, lance un responsable de cette importante infrastructure hydrique, soulignant qu'elle est équipée des débiteurs et procédés très sophistiqués. Leur parfaite maîtrise implique, en effet, un encadrement technique en mesure d'aboutir à réaliser les plans d'action conçus pour faire face à des situations d'assainissement des plus compliquées, poursuit le même interlocuteur. Les populations concernées par les interventions de cette troisième station, en nombre, dans la wilaya, sont estimées en première phase à plus de 900 000 personnes vivant dans les communes de la Mitidja, où 5 d'entre elles viennent de se doter de réseaux d'assainissement, notamment les quartiers des Eucalyptus et ceux des localités semi- urbaines à Raïs et Nezzali, connues sous le nom de Ronda, relevant tous les deux de la commune de Sidi Moussa. Par la suite, la plupart des communes du centre du pays bénéficieront des traitements des eaux usées à la faveur de l'introduction à court terme d'autres techniques d'épuration, ajoute le responsable de l'exploitation. S'étendant actuellement sur une superficie de 10 km, le bassin de traitement reçoit les eaux évacuées d'El Harrach, de Semmar, et prochainement celles des Eucalyptus et de Birtouta. Selon un ingénieur en hydraulique, les équipes s'attellent en cette période d'essai à enlever les matières solides du cours des eaux pour éviter d'obstruer la canalisation ou toutes contraintes de nature à empêcher ou compliquer le processus technique des opérations de traitement méthodique. En l'occurrence, ce sont surtout le bois, les matières en fer et en plastique et d'autres effets domestiques solides qui bouchent énormément la canalisation d'évacuation. En réalité, la vétusté des conduites en place pose de sérieux problèmes techniques à travers 15 communes de la capitale. « Les opérations nécessaires à effectuer au niveau des anciens quartiers sont autant coûteux en argent et temps que celles à inscrire dans les nouveaux projets de raccordement au réseau d'assainissement au niveau des agglomérations jusqu'à présent dépourvues, notamment à l'est d'Alger », précise la même source. Quant à la station de Réghaïa, rouverte en 1997, les tâches sont des plus délicates. Selon les techniciens du terrain, la pollution qu'a connue cette région durant les dernières années est exacerbée par la négligence de certains habitants à l'égard des flaques d'eaux stagnées, et parfois au rejet des ordures ménagères dans les conduites d'eaux en l'absence des camions d'éboueurs. Néanmoins, l'expérience acquise jusqu'ici pourrait amener les techniciens à mieux prendre en charge la situation. Après la réouverture de la station de Bouzaréah en 2007, les équipes de traitement se partagent les missions difficiles à mener tous les jours. A cela s'ajoute le rôle de la station de Baraki, « en tant qu'opérateur de haut rang dans le domaine de la préservation de l'environnement », estiment les experts algériens. Les eaux usées ayant été par le passé déversées dans des terrains agricoles seront désormais transférées au barrage de Douéra qui est en cours de réalisation. « L'agriculture sera, évidemment, le secteur bénéficiaire dans la plaine de la Mitidja ainsi que d'autres activités productives dépendant des eaux à travers les wilayas du centre avoisinantes », conclut un responsable des ressources en eau.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.