L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Egarement au bout de la nuit
Publication. Pays d'aucun mal de Mahdi Acherchour
Publié dans El Watan le 22 - 05 - 2008

« Il était une fois un homme ou un inconnu, ça raconte dans tous les royaumes et les pays d'aucun mal comme le nôtre ».
Il était une fois un certain El-Mahdi Acherchour qui s'assombrit dans une sensibilité, passionnelle et singulière, à son vécu, qui donne la parole aux choses simples de la vie quotidienne ; qui s'inscrit dans une démarche d'écriture qui efface toute frontière entre « le poétique » et « le romanesque ». Une démarche qui nous renvoie aux écrits de certains précurseurs, à l'instar de Malek Haddad, et Yamina Mechakra. Paru récemment, aux éditions Aden, Pays d'aucun mal, le deuxième roma d'Acherchour, trois ans après son premier « Lui, le livre » (Ed. Barzakh), vient confirmer les tendances de ce poète du roman qui se penche autant dans la recherche de l'esthétique langagière que dans la quête d'une thématique ou d'une trame où s'entrechoquent les personnages. El-Mahdi Acherchour a marqué son entrée dans le champ littéraire, en publiant, d'abord, en 1997, un premier recueil de poésie, intitulé « L'œil de l'égaré », aux éditions Marsa, suivi, six ans après, d'un deuxième recueil : « Chemins des choses nocturnes », aux éditions Barzakh, avant d'accoster au bord d'une expérience romanesque qui a donné naissance à « Lui, le livre ». Dans Pays d'aucun mal, l'auteur poursuit son jeu, propre à lui, avec les mots, accordant une bonne part à la narration poétique, se versant globalement dans une orientation qui tend à manifester son aptitude à transposer les mots, suivant un automatisme axé sur la mise en relief des contradictions du sujet parlant : « Je n'ai pas cherché à savoir si je suis devenu un autre, je suis revenu, c'est tout, et tout le village le sait, et l'obscurité est revenue, et je n'ai pas cherché non plus à savoir ce que les hommes et les étoiles d'ici pensent de monretour » (p 43), ajoutant : « Il était une fois une chauve-souris pressée entre les étoiles et les hommes » (p 45). Ce roman fondé, principalement, sur phrases courtes, développe deux thèmes essentiels : nostalgie et absence qui s'incarnent dans les soliloques continus du narrateur de retour au village natal : « Me voilà de retour chez moi, au village » (p13), « Me voilà, revenant de loin à ce petit village qui est toujours un peu le mien et qui n'est plus le village, le grand village des miens que j'ai laissé de côté des années et des années » (p14). Dans « Pays d'aucun mal », l'auteur se base sur un style de narration qui se représente dans les soliloques. Brièvement, le roman raconte le retour du héros Moh-Ammar, le petit-fils de Moh-Ammar Amnar, « ce vieil homme que vous savez si présent dans ma vie » au village Tasta Guilef, après des années d'absence dont les raisons sont dévoilées plus tard comme le suivant : « Jadis je ne pensais qu'au chemin que je devrais prendre, je ne songeais pas à m'absenter pour longtemps, des années et des années, loin d'ici, laissant loin derrière moi tout ce que je ne devrais prendre avec moi ; j'ai pris ce chemin, au-delà de ces montagnes, et je me suis longtemps absenté, assez longtemps pour revenir et apparaître derrière des apparences vieillissantes d'un inconnu » (p18). De retour à la terre natale, le héros se mit à reprocher le statu quo qu'il retrouve, de nouveau, maudissant les autres et se maudissant aussi. « Pays d'aucun mal » est un roman au style d'écriture qui provoque, qui nous inspire, ne s'intéresse pas beaucoup à décrire les personnages ou le déroulement des éventements, dans une recherche esthétique réaffirmant la singularité de l'auteur sur la scène romanesque algérienne.
El-Mahdi Acherchour, Pays d'aucun mal, 95p, Editions Aden, Paris, 2008


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.