La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La légende des Amnar
PAYS D'AUCUN MAL DE EL-MAHDI ACHERCHOUR
Publié dans L'Expression le 28 - 05 - 2008

Une histoire en boucle, savamment écrite, avec au bout cette poésie propre à l'auteur.
C'est ce qu'on appelle couper le cheveu en quatre. Un roman à cercle vicieux, où l'un prend la forme de l'autre. Dans son deuxième roman, Pays d'aucun mal, El-Mahdi Acherchour nous plonge dans un univers qui semble lassant à première vue. Moh-Ammar Amnar, le narrateur, revient chez lui, au village de Tasta-Guilef, anciennement Rasta, au comble de la pauvreté et du dénuement...Il revient ainsi dans «ce prétendu pays un peu secret, qui fut le seul habité par quelqu'un. Un dieu? Un homme d'ici? Un inconnu? Une idole Personne ne savait qui c'était. Peu importe son nom...», et de qualifier cet inconnu un peu plus loin de «Le malveillant».
Il dit qu'il revient de loin, chargé de toutes les fatigues du monde et de toute une errance éperdue. Il est de la famille des Amnar, nom donné aussi à toute une tribu par opposition aux Larabi, l'autre versant du village. On croit se perde dans les dédales des ruelles sombres tout comme l'est la densité compacte des mots de ce texte qui n'a de cesse de se construire, de se déconstruire, de se raconter à l'infini pour créer une boule de phrases, presque «insensées».
Le narrateur revient voir son grand-père, qu'on croit sourd, tantôt mort, tantôt ressuscité et dont la première femme s'appelait Zegloum...Le narrateur revient, ainsi, revoir ce village, comme déterré de nulle part, ou sorti du néant ou bien du rêve de l'auteur lui-même...Beaucoup de ceux que Amnar avait laissés, autrefois, habitent, maintenant, leur dernière demeure, ou sont partis. Beaucoup de choses ont changé ou presque. Avec très peu, mais beaucoup de poésie finalement, le premier amour de El-Mahdi Acherchour, l'auteur fait épanouir la parole dans le frêle bruit du silence et resurgir mille et une histoires, les racontant sur un ton extrêmement émouvant, sans décorum ni fioriture. Et c'est une oeuvre de prodige que d'avoir pu tirer du néant un texte aussi beau. Intercalé en quatre chapitres, ce roman qui se décline en narration bouclée en phrases longues est quasiment sans ponctuation. C'est qu'il a du souffle ce narrateur qui évoque en premier sa «dernière nuit d'hiver», puis «l'autre nuit», en passant par «dès ce printemps» pour finir «au printemps suivant». De l'esprit d'une petite vie, courte ou éternelle, on ne sait plus, cette histoire intrigue à plus d'un titre. Le narrateur déclare, en effet, à la page 35, presque sur le ton de la confession ironique, prêt à dévoiler un secret ou le mystère de ce roman: «Non pas que ces deux ou trois mille histoires étaient pareilles à l'infini, non pas que je suis pareil à grand-père, racontant ces histoires et d'autres, deux ou trois mille autres, en petits chapitres sombres, à n'en plus finir, toujours les mêmes en vérité, en désordre bien évidemment, à suivre toujours lentement, autrement et clairement, toujours entendues ici où j'ai non pas l'intention de les raconter, non pas que je suis en voie de les oublier comme j'ai oublié - j'aimerai croire, ne point oublier ailleurs, dans un autre petit chapitre, l'histoire de l'autre, un homme, un inconnu venu d'ailleurs, immortalisé ici par grand-père dans une légende qu'il voulait longue et totale, légende presque aussi longue que la totalité de ses histoires - de vous raconter l'autre nuit - que je raconterai ailleurs quand je finirai de vous éclairer ce petit chapitre peu important...» N'est-ce pas déroutant! Un vrai casse-tête chinois...qui mérite tout de même que l'on se faufile dans ses arcanes, avec attention...
Né à Sidi Aïch, près de Béjaïa, en Algérie. Il vit actuellement aux Pays-Bas. Pays d'aucun mal est son second roman, après Lui, le livre (Barzakh, 2005). Il a, par ailleurs, à son actif plusieurs recueils de poèmes.
Pays d'aucun mal
El-Mahdi Acherchour
Editions Aden (2008), 95 pages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.