Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Une aubaine pour Sonatrach    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Maroc veut-il la guerre?    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le verbe en verve
Lecture. Pays d'aucun mal d'El-Mehdi Acherchour
Publié dans El Watan le 15 - 01 - 2009

A travers son deuxième roman, tout aussi marqué par la poésie, regards sur l'œuvre singulière d'un auteur discret et secret.
El-Mehdi Acherchour (né en 1973 à Sidi Aïch) est un « cas » dans la littérature algérienne d'expression française. Poète salué ici-même (El Watan du 9 septembre 1997) pour son premier recueil aussi énigmatique que serein, L'œil de l'égaré (Paris, Marsa, 1977), il vit depuis quelques années aux Pays-Bas tout en continuant à être présent dans le paysage éditorial franco-algérien. S'il a poursuivi à Alger avec deux autres réussites poétiques (Chemin des choses nocturnes, Barzakh, 2003, et Hallaj à Alger, El Ikhtilef, 2005), il s'est métamorphosé depuis en solide et « difficile » romancier avec Lui, le Livre (Alger, Barzakh, 2005). Ce faisant, il vient démentir la légende éditoriale qui veut qu'un second roman soit toujours inférieur au premier en publiant - de nouveau à Paris - Pays d'aucun mal, chez l'éditeur algérien Aden dont la collection Le Cercle des poètes disparus a été primée à maintes reprises. Les titres d'Acherchour sont de véritables énigmes vivantes, d'autant que ses écrits tentent des aventures à travers le langage et résistent de ce fait à l'analyse. Ce sont donc des œuvres confidentielles et l'on se demande si elles sont lues en dehors de quelques fidèles. Sans jouer à la vedette (qui tient à sa manière de vivre) ni à l'écrivain maudit (la malédiction n'est jamais utile), l'auteur s'est de surcroît peu confié à son public : un seul reportage-entretien (in Métropolis de la chaîne Arté) dans lequel il avoue ne pas avoir de lecteurs en Algérie. Pourquoi écrit-il alors ? A cette vieille question surréaliste (posée la première fois à André Breton en 1925 à Paris dans un café par un consommateur anonyme), Acherchour sait se faire entendre auprès de ses lecteurs potentiels, qualifiés parfois d'auditeurs, car la réponse est dans ses livres épris à la fois de confidentialité et d'opacité. Dans Pays d'aucun mal, tout est dans le titre qui exprime le secret essentiel d'un enfant qui rêve d'être « le père de l'homme ». Ce roman est élaboré comme une quête pour allonger le temps humain. Les titres des chapitres (Dernière nuit d'hiver, L'Autre nuit, Dès ce printemps, Au printemps suivant) constituent des étapes d'apprentissage où la succession des saisons apparaît comme un élément structurant de l'histoire. Il s'agit d'un retour, après rencontres et passages, dans un petit village montagneux dont quelques référents (sa dénomination, Testa-Guilef, ou sa situation, au-delà d'une vallée où coule la rivière La Soummam) font penser à la géographie rurale de l'écrivain.
Le narrateur, Moh-Ammar, sur demande de son grand père déjà mort, revient au village du pays de l'enfance où règne désormais, parmi les ruines et le cimetière, le silence du bruit des anciennes paroles. Entre vérité et songe, dialogue avec l'invisible et monologue, confusions et ignorances, le récit alterne passé douloureux et présent réel, interrogés sans cesse. Sur le plan du matériau écriture, ils sont traduits par des dispositions typographiques (italiques, blancs), de longues phrases savantes, des formes brèves, un usage familier de l'oralité et de lancinantes répétitions qui, tout en participant à la langue poétique du texte, soulignent la pathologie du destin ténébreux des personnages. Nous découvrons progressivement le grand-père Moh-Ammar Ammar (ou Amnar, l'identité est vacillante), bûcheron de métier, véritable charpente humaine sur laquelle se focalise un « livre à écrire ». Ses ascendants, plutôt profanes, s'opposent à la famille des Larabi, vertueux et vicieux à la fois. De terribles et anciennes histoires ont ensanglanté les rapports entre les deux familles. A travers rites immuables inchangés depuis des millénaires (les travaux et les jours, les jeux, les odeurs des hommes et des choses), un bestiaire (chien, moineaux, mulets, vache, veau, sangliers, chauve-souris - nom aussi d'un guerrier furtif), une flore (oliviers, amandiers, chênes), une symbolique de l'eau (du puits ou de la rivière voisine), une mythologie populaire (démons, divinations, enfer, destinées dans l'ordre des étoiles), les secrets du village (et des villages voisins Tikdarine et Sidnacher) sont suggérés ou dévoilés autant que quelques personnalités déboussolées ou dévoyées. Entre hyperréalisme méticuleux et fantastique à la Lovecraft, l'ouvrage d'Acherchour captive jusqu'à la fin, le départ du narrateur après nuit, insomnie, sommeil, matin, le jour d'une « bonne pluie de printemps », après un long hiver. La quête s'achève, le nom est retrouvé. Dans Pays d'aucun mal, Acherchour donne à lire un court roman qui sollicite le lecteur exigeant à partager sa parole dans un monde où paradoxalement le mal est innommable. Très en rupture avec la littérature algérienne de ce temps, tant sur le plan thématique qu'au niveau des révolutions formelles, il demeure un poète attaché à la perfection de l'écriture. Habité par la poésie, son livre est beau. Et c'est tout dire.
El-Mehdi Acherchour, Pays d'aucun mal Paris, Editions Aden, février 2008, 96 pages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.