L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouvelle loi sur la publicité en chantier
La fin du monopole de l'Anep ?
Publié dans El Watan le 16 - 07 - 2008

Si le recours à la publicité comme moyen de pression sur certains journaux est un constat partagé par l'ensemble des spécialistes des médias en Algérie, pour le ministre de la Communication, Abderrachid Boukerzaza, il ne s'agit là que d'une chimère.
Il a en effet nié l'existence de tout monopole du secteur de la publicité, indiquant, tout de même, que 49% des annonceurs publicitaires (qui sont tous publics) sont pris en charge par l'Anep. Ne sommes-nous pas devant une situation de monopole lorsque l'Anep - c'est-à-dire les pouvoirs publics - détient la moitié du marché publicitaire ? Les procédés douteux et opaques avec lesquels sont distribuées les annonces de l'Anep ne font que confirmer les craintes des spécialistes et acteurs des médias. Le secteur de la publicité sera-t-il réellement livré aux seules règles universelles de la concurrence et à la loi du marché, après la mise sous embargo de la loi sur la publicité depuis 1999 ? La réponse sera livrée les prochaines semaines en faveur d'un projet de loi qui sera soumis probablement au Parlement durant sa prochaine session d'automne. Le ministre a précisé, le 10 juillet à Alger, que « le projet de loi régissant le secteur de la publicité est en cours de finalisation au niveau de son département ministériel et sera présenté au Parlement dans les prochaines semaines ». Rappelons que, depuis l'ouverture de l'information plurielle, la publicité a constitué une arme redoutable contre des titres de la presse privée, alors que des journaux de la presse publique bénéficient d'une grande cagnotte publicitaire, en dépit de leur faible tirage. Dès août 1992, le gouvernement Belaïd Abdeslam ordonne aux directeurs des entreprises publiques de confier la publicité à l'Anep, c'est-à-dire le retour déguisé au monopole sur la publicité. La loi mettant fin au monopole de la publicité, adoptée en juin 1999, a été rejetée par le Sénat le 29 juillet 1999. L'ancien ministre de l'Information, Abdelaziz Rahabi, installé en janvier 1998, va même réussir à relancer des projets de loi, dont la loi relative à la publicité. Rahabi a été écarté le 29 juin 1999, mais certains projets de loi sont toujours à l'ordre du jour. Pourquoi le Sénat avait-il rejeté la loi sur la publicité en 1999 ? Pour M. Rahabi, contacté par téléphone, la majorité parlementaire au Sénat, la même qui a pourtant voté le texte à l'APN, s'est rétractée sur le principe de l'organisation de la publicité. Le rejet de cette loi est motivé en outre par le fait qu'elle tend à mettre fin au monopole de l'Anep. Le même texte voulait considérer la publicité comme un sponsor de la liberté d'expression, tout en instaurant la transparence dans l'attribution de la publicité institutionnelle. M. Rahabi suggère de donner le choix aux ministères et aux entreprises publiques de passer par l'Anep ou par des particuliers. « Et si l'Anep veut faire de la publicité, qu'elle devient un opérateur économique comme d'autres », plaide l'ancien ministre de l'Information. Ainsi, le texte de Boukerzaza tend principalement à « actualiser » la loi de 1999. Selon le ministre de la Communication, 49% des annonces publicitaires passent par l'Anep, contre 51% pour les particuliers entre 2006 et 2007, alors que les panneaux publicitaires sont partagés entre l'Anep et les privés. Evoquant les recettes enregistrées par le secteur de la publicité en 2007, le ministre a affirmé qu'elles ont dépassé les 13 milliards de dinars pour la presse écrite publique et privée. Les recettes de la publicité télévisuelle sont de 3,221 milliards de dinars pour la télévision nationale et de 600 millions de centimes pour la Radio nationale.
L'Algérie et le marché publicitaire au Maghreb
Se référant aux chiffres enregistrés par le marché de la publicité en Algérie, les spécialistes pronostiquent qu'il devrait bientôt compter parmi les plus importants marchés de la région du Maghreb. Et cela devant la continuité de l'économie nationale à enregistrer des taux de croissance stables. Sachant qu'ils se transforment progressivement en des marchés consommateurs en premier degré à l'instar de ce qui s'est passé dans la région du Moyen-Orient et dans le Golfe. Les spécialistes ajoutent que si l'économie algérienne continue de réaliser ces taux de croissance, durant la prochaine décennie, le volume du marché publicitaire devrait passer de 100 millions de dollars, dont 25 millions de dollars pour l'audiovisuel, à un milliard de dollars et va devenir ainsi sans conteste le plus important marché de la publicité dans la région. Les budgets de la publicité vont augmenter grâce à l'ouverture économique et à l'émergence de la concurrence. Les experts attribuent le développement du marché de la publicité en Algérie à l'émergence de pôles industriels qui se basent sur des stratégies publicitaires importantes, afin de pénétrer le marché et y rester. Malgré ces prévisions favorables à l'Algérie, les plus importants budgets de publicité audiovisuelle se trouvent actuellement au Maroc, où le secteur audiovisuel détient la part du lion, car le gouvernement a permis à des investisseurs privés d'ouvrir des chaînes de télévision. La part du citoyen marocain de la publicité est de 5 euros ; en Tunisie, elle est de 1,8 euros, alors qu'en Algérie elle ne dépasse pas les 0,6 euro, l'équivalent de 60 DA. La relance du secteur audiovisuel chez nos voisins tunisiens et marocains est due à des capitaux gouvernementaux et étrangers, américains et français, qui veulent contrôler le plus important marché de consommation en Afrique du Nord. Selon le magazine du monde arabe de la francophonie Arabies, dans sa livraison de septembre 2007, avec 64% des investissements publicitaires (IP), le royaume s'octroie la préférence des annonceurs suivi de l'Algérie (23%) et de la Tunisie (13%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.