BANQUE D'ALGERIE : De nouveaux billets de 500 et 1000 Dinars    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Tiasbanine, un plat convivial de saison    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    L'ornière de la violence    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Ould Abbès dégagé ?    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Consolidation de la démocratie participative    Enigme et interrogations    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Balhi «Le carburant Du journalisme»
Publié dans Horizons le 26 - 05 - 2010

Il a été un des reporters les plus prolifiques à Algérie Actualité. Ce diplômé en sociologie n'hésitait pas à prendre trains et bus pour palper les pouls de la société. Il a été notamment un des premiers à s'intéresser à l'émergence du phénomène raï. Il a vadrouillé aussi en Amérique, en Egypte en Afrique et en Russie. Un reportage sur le pays de Thomas Sankara lui a valu quelques mois d'interdiction d'écriture. Son écriture hachée, parsemée de références littéraires rendait son style léger et agréable. S'occupant dés0ormais de l'édition à l'ANEP, celui qui, depuis, s'est investi dans l'écriture du roman éprouve de la nostalgie pour le bon vieux temps. La presse accorde de moins en moins, sinon pas du tout de place au reportage ! Les patrons de presse privés n'encouragent pas ce genre de journalisme car cela demande un petit peu d'argent et des gens de métier. On a tendance à faire plutôt du publi-reportage déguisé et c'est ça qui tue la presse. Le vrai journalisme, c'est le terrain, pas les bavardages à longueur de colonnes. On n'a pas besoin d'aller en Nouvelle Zélande ou en Amazonie pour avoir le label de grand reporter; il suffit juste d'aller faire un petit tour derrière le mur d'enceinte de la Maison de la presse....pas loin du quartier d' El Aqiba.
Balhi résume les bienfaits du genre.« Il apporte le sens aigu du terrain, il permet de rectifier les clichés d'usage sur un pays ou une région. On fait beaucoup de tort à Mascara, par les différentes blagues qui y circulent, c'est épouvantable! C'est la région de l'Emir Abdelkader, un homme illustre et cultivé. N'est-ce pas Albert Londres qui a parlé du bagne de Cayenne ? L'Algérie qui est un sous-continent est mal analysée, mal aimée (dans la presse algérienne, on trouve beaucoup de reportages complaisants sur le tourisme en Tunisie, par exemple), mal perçue. Qui connait Ihrir, Tin Zaoutène, Djemila et les balcons de Rouffi ? Le reportage est au journalisme ce que le carburant est à l'automobile.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.