La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sidi M'hamed Bou Qobrine
Les figures maghrébines de l'Islam
Publié dans Horizons le 30 - 07 - 2012

Sidi M'hamed Bou Qobrine est une personnalité soufie du XVIIIe siècle originaire des montagnes de Kabylie. Il est le fondateur de la confrérie soufie Rahmaniya. Sur la liste des saints d'Alger, figure ce nom célèbre, qui a été donné à un quartier, puis à une commune de la wilaya d'Alger. Sidi M'hamed Ibn Abderrahmane dit Ibn Youssouf Al-Idrissi Al-Hassani Ezzouaoui Al-Azhari ou M'hamed Ben Abderrahmane Ben Ahmed El-Guejtouli El-Djerdjeri El-Azhari, appartenait à la tribu des Guejtoula d'où le surnom d'El-Guejtouli, El-Djerdjeri pour le Djurdjura d'où il venait et El-Azhari pour l'université al-Azhar où il va étudier vers l'âge de vingt ans.
Sidi M'hamed est issu de la faction des At-Smaïl dans la région de Boghni en Kabylie de la tribu berbère des Iguejtoulen, où il naquit, selon certaines sources, vers 1720. Issu d'une famille maraboutique, il fut très tôt dirigé vers les sciences de la religion musulmane. Il étudia dans une des zaouïa du Djurdjura surnommé « Montagne de la lumière » (Djebel Ennour). Il apprit le Coran et les fondements de la religion auprès du Cheikh Sidi Hussein Ibn Aarab des At-Iraten, qui fonda sa zaouïa après son retour d'Egypte. À l'époque, toutes les zaouïas du pays enseignaient la langue arabe, le Coran, le hadith, le fiqh, la charia, la poésie mais également les mathématiques et l'astronomie.
Très jeune déjà il commence à étudier les sciences religieuses dans sa région d'abord. Par la suite il entreprit un voyage au Moyen-Orient pour approfondir sa science et compléter ses connaissances. M'hamed Ben Abderrahmane va alors à l'université al-Azhar en Egypte pour étudier. Il réside dans le riouak (galerie) des Maghrébins. Là il se lie d'amitié avec « le petit Malik » (fameux commentateur de Khalil), le cheikh Ahmed Edderdir (1715-1786), qui prendra la succession du cheikh Al Hafnaoui, à la tête de la tariqa Khalwatiya. Par l'entremise d'Edderdir, Sidi M'hamed rencontrera le cheikh El Hafnaoui qui l'initia, dirigea sa progression dans la tariqa et le fit entrer en khalwa, « retraite ». Sidi M'hamed adopte cette Tariqa et s'y attache. Après quoi le cheikh El Hafnaoui l'envoie pour un long périple en Inde et au Soudan où il initia, parmi d'autres, le sultan du royaume de Darfour. Sa syaha (voyage spirituel) dans ces contrées durera six années. Puis de retour en Egypte, El Hafnaoui l'autorisa à repartir dans son pays.
Après une absence de 30 ans, il revint dans sa faction les At-Smaïl et fonda vers 1183 de l'hégire, la première zaouïa Khalwatiya d'Afrique du Nord. Il initia de nombreux disciples autochtones dont Sidi Errahmouni auteur d'ouvrages de grammaires et de jurisprudence dans le rite malékite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.