La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Son fondateur était un converti
Djamaâ Safir
Publié dans Horizons le 30 - 06 - 2014


Cette mosquée qui, selon les inscriptions transcrites sur la devanture de l'édifice, plus précisément au-dessus de la porte d'accès, a connu trois phases d'évolution. Elle fut construite puis reconstruite et enfin réhabilitée. Située à l'angle de la rue des frères Bachara et Abdelhamid-Roudne (ex-rue Kléber), cette mosquée a été fondée en 941 de l'année hégirienne (1534 après J.C.) sur l'ordre du caïd Safar Ben Abdallah. Le caïd Safar d'origine chrétienne s'était converti à l'Islam et avait été promu général par Kheïreddine Barberousse. Elle fut reconstruite par Baba Hassan en 1791, en se référant au schéma et plan de la mosquée Ketchaoua. Une des inscriptions nous apprend que le monument fut construit en un temps record de neuf mois. Une autre épigraphe indique que le Dey Hussein la rebâtit en 1827. A l'origine, Djamaa Safir était érigé sur la partie haute de La Casbah qu'on appelait « El Djebel ». A l'époque, l'édifice était considéré comme étant à l'extérieur d'Alger. Le quartier où elle se trouve était alors un lieu presque inhabité, loin de l'activité de la cité qui grouillait comme une ruche. L'apparition plus tard des habitations venues se greffer tout autour, l'ont noyée dans la citadelle. Seule Djamaâ Sidi Ramdane surplombera La Casbah. Cette mosquée est remarquable par sa coupole octogonale, ses colonnes anciennes et son mihrab tapissé de jolies faïences persanes. Le minaret est réalisé selon un plan octogonal d'origine orientale, mais qui commence à influencer le style maghrébin. Les terrasses des galeries qui entourent la coupole centrale reposent sur des voûtes d'arêtes de construction plus simple et d'un meilleur effet. Seul le mihrab introduit une note de richesse et de couleur par son ornement en céramique.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.