Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Papi Sanchez chanteur et compositeur dominicain
Publié dans Horizons le 19 - 07 - 2014

Par le timbre chaud et fin de sa voix, Papi Sanchez introduit une note de fraîcheur dans l'interprétation de sa musique. Courtois et bien aimable, Papi Sanchez a bien accepté de répondre à nos questions. Nous l'avons rencontré dernièrement au chapiteau de l'hôtel Hilton dans le cadre de l'événement « Wellsound » qui se poursuit jusqu'au 25 juillet, à l'initiative de « Wellcom advertising ».
Présentez-vous au public algérien...
Je m'appelle Robert José de Léon Sanchez et on m'appelle Papi Sanchez. Je suis né le 18 septembre 1975 à Saint-Domingue, en République Dominicaine. Je suis chanteur et compositeur. J'ai obtenu un tube international en 2005 avec la chanson « Enamorame ». A l'âge de 14 ans, j'ai formé mon premier groupe de hip-hop. Puis, je suis devenu animateur sur une radio locale, KQ94, dont je suis le directeur. J'ai ensuite enchainé des collaborations avec quelques groupes de rap.
Un mot pour votre première visite en Algérie ?
C'est un énorme honneur pour moi de chanter en Algérie. Un très beau pays. Des gens agréables. J'adore l'échange qui s'opère avec le public algérien.
Vous enchainez les succès, quel est votre secret ?
Je pense que c'est une chance, une bénédiction que j'accepte avec humilité et remerciement à mes fans et les personnes qui me soutiennent et m'encouragent dans mon travail de tous les jours.
Quelles sont vos influences musicales ?
A vrai dire, j'adore et je vibre pour le hip-hop américain et les sons des Caraïbes qui viennent d'Afrique. J'admets que je suis beaucoup influencé par les musiques de Big Daddy Kane et Ruben Blades.
C'est quoi le plus important pour un artiste ?
Mon objectif majeur est de réussir une bonne musique. La preuve, dans tous mes albums, je me donne à fond en incorporant tout mon savoir et mon expérience musicale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.