ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emplettes pour l'Aïd : Les parents prennent les devants
Publié dans Horizons le 04 - 09 - 2009

Le Ramadhan, la rentrée scolaire et la fête de l'Aïd. Un casse-tête, trois en un, qui vient ruiner les petites et moyennes bourses en cette période de l'année. Pour parer à d'éventuelles dépenses, certains chefs de famille ont investi déjà les grandes artères commerciales pour acheter des vêtements neufs à leurs enfants.
De jour comme de nuit, les magasins sont pris d'assaut par les parents à l'affût d'une bonne occasion « un habit chic à un prix choc ».
En effet, pour habiller un garçon de 13 ans, il faudrait débourser en moyenne 8000 dinars contre 10 000 dinars pour une fille du même âge. Il suffit de se rendre dans n'importe quel point de vente de la capitale pour se rendre compte de la folie des prix affichés pour les produits de fabrication locale, quant aux habits « made in », ils sont carrément hors de portée.
Ainsi, la facture de fin du mois est plus salée. Une virée au niveau des rues Meissonnier et de Chartres, traduit l'engouement des clients. Ces lieux se sont transformés en un grand bazar où toutes sortes de vêtements sont disponibles. De même à Bab El-Oued, Larbi-Ben-Mhidi, Hassiba-Ben-Bouali ou Didouche-Mourad. Ici, les rues sont noires de monde.
Les magasins de prêt-à-porter rivalisent de décoration. Tout est fait pour attirer le client. La plupart des boutiques ont subi un lifting, comme c'est le cas des grandes boutiques Griffa, Printemps, King Baby et Jardin d'Enfant.
Il y a pour tous les goûts , mais les prix sont relativement chers. Hakim, père de deux garçons de 10 ans et 14 ans, se dit outré par la cherté des produits proposés. Pour un salaire qui ne dépasse pas 29 000 dinars, ce fonctionnaire a eu beaucoup de dépenses.
Il explique qu'il a mis de côté 50 000 DA pour l'achat de vêtements de l'Aid et les fournitures scolaires pour ses deux gamins alors que les dépenses pour les besoins du Ramadhan sont actuellement de l'ordre de « 30 000 dinars », dira t-il.
Rencontré au niveau d'un magasin spécialisé, Faten, mère de famille, précise que « c'est une coutume d'acheter de nouveaux habits aux enfants à l'occasion de l'Aïd ». « Je viens de débourser 13 000 DA net pour l'achat de vêtements, y compris les chaussures pour mes deux enfants », a-t-elle ajouté.
Chez « Yatou », à Bab Azzoun, une femme affirme que son enfant de 11 mois lui a coûté plus de 4000 DA à lui seul. Les prix des ensembles pour enfants varient entre 2400 et 3800 DA l'unité.
Le coût des ensembles pour enfants des deux sexes de 2 à 6 ans, frôle les 5000 DA. Un jean pour enfants est cédé à pas moins de 1500 DA, une paire de training est cédée à 2000 DA alors que des trappeurs pour bébés sont soldés à 3000 DA la paire.
Pour ceux qui ne peuvent se permettre des excès, les commerces du textile chinois sont l'unique recours. Ces magasins proposent des ensembles pour fillettes et garçons avec des coûts plus ou moins abordables, avec une fourchette de prix variant entre 600 et 2000 DA.
« Cette année, je serais obligée d'habiller mes trois petites filles », se désole Fatma. Agée de 43 ans et mère de sept enfants, au salaire médiocre, cette dame ne pourra satisfaire la demande de sa progéniture.
D'autres s'endettent pour honorer ces dépenses considérées comme obligatoires. Comme c'est de cas de Ahmed. « J'ai quatre enfants et j'ai dû débourser plus de 15 000 DA en vêtements rien que pour deux d'entre eux », dit-il affairé.
Rencontré dans un magasin, il avouera qu'il a dû faire un prêt pour acheter des vêtements neufs à ses enfants. Dans l'impossibilité de leur acheter deux tenues chacun, à savoir l'une pour la rentrée scolaire et la seconde pour l'Aïd, celui-ci dira : « Il mettront leurs tenues le jour de la rentrée scolaire et les remettront le jour de l'Aïd ».
Dans les sous-sols de Bab El Oued, une foule de ménagères entourent un magasin de vêtements. Des jeans sont cédés pour 1100 DA.
« Une bonne affaire », selon un père de famille. Aux devantures des boutiques, des affiches mentionnent la réduction proposée à 30% et 50 %. C'est dire que chacun excelle dans la manière d'attirer les clients vers sa boutique.
Pris par la fièvre acheteuse, certains parents se ruinent juste pour que leurs enfants rivalisent avec ceux des voisins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.