Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec Christophe Cotteret : «Nous proposons dans notre œuvre une série de questionnements»
Publié dans Horizons le 24 - 10 - 2010

Cet illustre metteur en scène venu tout droit de la Belgique, Christophe Cotteret affirme que ce festival favorise la solidarité et le dialogue entre les créateurs et les artistes du monde entier. Une source de réflexion sur le monde contemporain. Il préfère confronter le théâtre avec l'actualité. Il se livre, de façon très libre au jeu question-réponse. La thématique de votre œuvre est philosophique. Une allusion à cette phrase de l'Evangile. Pourquoi ce choix ?
Je tiens à préciser, tout d'abord que nous ne faisons pas référence à l'Evangile. Ici, le verbe renvoie au décrété onusien au sujet du conflit israélo-arabe depuis le plan de partage de Palestine de 1947. On essaye de mettre en scène comment les résolutions et les discours de paix, soixante ans après deviennent de moins en moins efficaces.
La religion occupe donc une place primordiale…
Du moins pas dans ce spectacle. Cette œuvre s'inscrit dans le second spectacle d'un projet
intitulé « Le projet Liban », qui a débuté en 2006. Au moment où il y a eu la guerre entre le Hezbollah et Israël. Nous nous sommes penchés sur différents aspects ; philosophiques et politiques sur la question des conflits au Moyen-Orient avec le Liban comme caisse de résonnance.
Que faut-il retenir de votre théâtre ?
Dans notre travail, on ne cherche pas à fournir des réponses vu qu'il y a multiples visions. Par contre, nous posons et proposons une série de questionnements.
Le fond du « commencement était le verbe », réside dans la confrontation du géométrique entre les pays arabes et Israël, n'est-ce pas ?
Pour nous, ce conflit qui existe depuis des lustres n'est pas religieux. C'est intéressant de voir comment on a instrumentalisé des situations de conflit pour des intérêts économiques.
Cette œuvre renferme une scénographie complexe, différents espaces et lieux, comment vous l'avez abordé sur le plateau ?
Comme son nom l'indique, la scénographie revoie à l'image. Quand on parle des conflits, on parle de la médiatisation. Ce qui nous intéresse est de reprendre des figures historiques (présidents, émissaires et dirigeants), on essaye donc d'évoquer l'image historique qu'on a gardée dans notre mémoire. On essaye de jouer et de déjouer ces images.
D'autres résidences de théâtre au programme ?
On se produit aujourd'hui à Bejaïa. On compte mettre en scène un quatrième spectacle du « projet Liban ». On traitera de la situation libanaise entre 2005 et 2010. C'est-à-dire depuis l'assassinat de Rafik Hariri. On effectue bientôt une grande tournée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.