Le président des EAU félicite le président élu Abdelmadjid Tebboune    Le président tunisien félicite le président de la République élu M. Abdelmadjid Tebboune    Barcelone : le prix de Jean-Clair Todibo est fixé    PRESIDENTIELLE A MOSTAGANEM : Un taux de participation de 47,75 %    MOSTAGANEM : Démantèlement d'un dangereux gang de dealers    ALGERIENS MORTS A L'ETRANGER : Un fonds pour le rapatriement gratuit des dépouilles    Une nouvelle Constitution pour une "nouvelle République" (Président élu )    Bengrina démissionne de son parti !    PRESIDENTIELLE : L'ANIE se félicite la réussite de l'opération du vote    CANADA : Un Algérien tue sa femme et ses deux enfants    L'ONU réaffirme ses responsabilités envers le peuple sahraoui et son droit inaliénable à l'autodétermination    ORAN : Campagne de sensibilisation sur la préservation de l'eau    VENTE D'APPAREILS DE CHAUFFAGE CONTREFAITS SANS CERTIFICAT DE GARANTIE : Plus de 11 commerçants verbalisés à Oran    Lutte contre la contrebande : 5 individus arrêtés au sud du pays    Mers Eddadjadj à Zemmouri Marine: un site archéologique à revaloriser    Hydrocarbures: publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation (JO)    Bounedjah : "Terminer la saison 2019 en beauté"    Salhi vers l'Arabie Saoudite    Jürgen Klopp et Liverpool prolongent leur idylle    Plus de mille dossiers Cnac et Ansej traités en 2019    La Chine annonce un accord préliminaire avec les Etats-Unis    Houda Ferraoune n'a pas voté    L'Algérien Oukidja, remis de sa commotion cérébrale, opérationnel face à Marseille    Bureaux de vote saccagés à Bordj Bou-Arréridj    Les travaux de réfection de la pelouse avancent bien, selon la FAF    Le documentaire Nice Very Nice en compétition au Sénégal    …sortir ...sortir ...sortir ...    Le président américain dans la tourmente : Dernier cap franchi avant un probable renvoi de Trump en procès    CNR de Bordj Bou Arréridj : Les effets de la retraite proportionnelle    MCA : Betrouni «Sakhri doit assumer ses responsabilités»    Tizi Ouzou, Bouira et Bejaia: Bureaux de vote fermés, manifestations et émeutes    MC Oran: Le président du CSA sort de son silence    Tébessa: Un lot supplémentaire de 1.400 logements    Mascara: Saisie de boissons alcoolisées, deux mandats de dépôt    Jugeant disproportionnée sa part des produits fiscaux perçus: La commune d'Oran veut tirer plus de profit de la fiscalité locale    Avec 58,15% des voix: Tebboune élu président    Tebboune remercie les Algériens pour la confiance placée en sa personne    Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Histoire : Le parcours de Abdelhafid Boussouf, marqué de sacrifices et bravoure    Yennar dans les Aurès, une tradition millénaire toujours intacte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Nous voulons une presse responsable »
Journée nationale de la presse - Hamid Grine à la Chaîne III
Publié dans Horizons le 22 - 10 - 2014

S'exprimant sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, le ministre de la Communication a estimé que nous avons une liberté d'expression la plus importante en Afrique. Il regrette, toutefois, que celle-ci ait connu des « dérives » caractérisées par la « diffamation » et les « injures », où le sensationnel l'emporte au détriment de l'information vraie et sourcée. Reste que pour Grine, « nous avons une presse à majorité vertueuse, même si quelques journaux empruntent des chemins de travers de la diffamation », a-t-il relevé, non sans attribuer cet état de fait à la décennie de terrorisme durant laquelle la presse a construit une opinion consommatrice d'attaques et de sensationnel partant du principe qu'« une bonne nouvelle est une mauvaise nouvelle pour la presse », a-t-il regretté.
« Pas de lenteurs ! »
Le ministre a estimé qu'on ne peut pas concrétiser le projet de professionnalisation sans adhésion des journalistes et des responsables de presse. Pour lui, il faut absolument qu'il y ait la « réunion » d'un certain nombre d'éléments fédérateurs pour arriver à cet objectif. En matière de mise en place des aspects juridiques devant encadrer les médias, Grine ne veut plus entendre parler de lenteurs. Il a mis en avant l'installation de la commission de délivrance de la carte de journaliste professionnel et la création l'autorité de régulation de l'audiovisuel. Comme il a annoncé la création prochaine de l'autorité de régulation de la presse écrite. Toutefois, la mise en place de celle-ci est tributaire de l'identification, en cours, des journalistes. « S'il n'y a pas d'indentification des journalistes, s'il n'y a pas de carte de presse de journaliste professionnel, il n'y aurait pas d'autorité de régulation », a-t-il rappelé. Le ministre a fait savoir que sur 1.100 dépôts de dossier, 1.003 ont été traités. Un autre élément important : le conseil de l'éthique sera élu par les journalistes. A propos du contenu du message adressé récemment par le chef de l'Etat aux professionnels des médias, à l'occasion de la célébration de la journée nationale de la presse, le ministre considère qu'un journaliste se doit d'être « professionnel, vertueux et d'aimer son pays ». « Le président de la République veut un engagement, un élan, une sincérité de la part des journalistes, il veut des journalistes qui aiment leur pays, qu'ils soient des journalistes qui s'inscrivent dans la déontologie et l'éthique. Le chef de l'Etat leur dit soyez au niveau de vos aînés qui ont fait la révolution et post-révolution ». Revenant sur l'ouverture de l'audiovisuel, Grine souligne que « sur la vingtaine de chaînes qui activent », cinq ont déjà reçu leur accrédition pour installer leurs bureaux à Alger. Le ministre a toutefois souligné l'urgence d'aller vite dans ce processus. Il a précisé que le gouvernement ne fait pas de différence entre les journalistes de la presse privée et ceux de la presse publique. « Nous ferons tout ce qu'il faut pour qu'on arrive à instaurer les mêmes standards dans le cadre de la professionnalisation de la presse », a-t-il promis. Pour le secteur du service public, le ministre compte moderniser un certains nombre de pratiques aussi bien procédurales qu'en matière de management. Mais aussi en redéfinissant un certain nombre de tâches aux journalistes à l'avenir. Pour lui, il faut que les journalistes aient deux garde-fous : la conscience et la déontologie.
« Sortez de votre mentalité d'assistés ! »
Le marché de la publicité en Algérie a été, également, abordé par l'invité de la chaîne III. Grine a annoncé l'institution, prochaine, d'une loi, qui est en cours d'élaboration, pour réorganiser le mode des agences de communication qui sont aujourd'hui une « véritable faune » où « n'importe qui peut créer son agence avec un simple de registre du commerce ». Le ministre a demandé aux médias « de sortir de leur mentalité d'assistés », précisant que les annonceurs ne sont pas obligés de leur donner de la publicité. « Soyez inventifs et créatifs, nous sommes dans une économie de marché », a-t-il insisté. De ce fait, Grine a estimé que l'Anep n'est pas la publicité, mais une agence d'achat d'espaces publicitaires. « Je ne m'immisce jamais dans la gestion interne » , a-t-il précisé. Il a expliqué que l'attribution du plan média répond à des critères à savoir la déontologue, l'éthique et le tirage. Reste que, selon lui, le dernier mot revient aux annonceurs qui choisissent le support selon leurs objectifs de communication. Le ministre de la Communication a fait savoir que les créances des imprimeries publiques auprès des journaux sont estimées à 400 milliards de centimes. « Depuis que je suis ministre, nous avons pu récupérer entre 50 et 60 milliards de centimes », a-t-il indiqué, appelant les imprimeries publiques à être plus compétitives et ne faire de crédit qu'aux journaux solvables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.