BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    PRESIDENTIELLE 2019 : L'alliance présidentielle réitère son appui au Président    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un dangereux terroriste abattu à Mila    PRIX DES FRUITS A MOSTAGANEM : La ‘'Clémentine'' toujours à 300 dinars le kg    LUTTE CONTRE L'IMMIGRATION CLANDESTINE : 37.000 migrants subsahariens rapatriés en 4 ans    CELEBRATION DU ‘'MAWLID ENNABAOUI'' A MOSTAGANEM : La mosquée ‘'Amr Ibn El Ass '' abrite les festivités    El Mouloud, fête religieuse ou désagréments ?    La marche de Béjaïa violemment réprimée    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    Installation de la nouvelle chef de daïra    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    Dhouibi dément tout changement de cap    Trois terroristes abattus à Benihemidane    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    24 heures    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Entre réforme set continuité    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les députés rappellent la faiblesse du débit internet
Le projet de loi sur la signature et la certification électroniques à l'APN
Publié dans Horizons le 25 - 11 - 2014


La ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Zohra Dardouri, a présenté, hier, aux députés, le projet de loi relatif à la signature et à la certification électroniques. Un texte visant, selon elle, à améliorer le climat de confiance dans la dématérialisation et la fluidification des échanges économiques. Partant du constat que la signature écrite est « insuffisante et inadéquate », il a été décidé d'adopter de nouvelles technologies dans le but notamment de moderniser l'administration par le recours à la technologie numérique. La ministre a expliqué que la certification électronique permettra d'élaborer et de gérer les cartes d'identité électroniques. Pour sécuriser les transactions par internet, ce nouveau procédé devra assurer l'authentification, l'intégrité et la non-répudiation des données. Ces principes une fois instaurés garantiront la reconnaissance authentique et l'impossibilité d'accéder aux contenus. Mme Dardouri a précisé que la signature électronique doit être aussi authentique, infalsifiable, inaltérable, irrévocable et non réutilisable, soulignant que la législation algérienne a reconnu l'écriture électronique en 2005, à condition de dévoiler l'identité de celui qui l'utilise. Dans ce sillage, elle a expliqué que ledit projet se traduira par la mise en place d'un « schéma de confiance national ». Ce dernier prendra en charge tous les besoins ayant trait à la sécurité, le contrôle, l'interopérabilité et la flexibilité. Plusieurs autorités seront instituées dans le cadre de cette loi dont l'Autorité nationale auprès du Premier ministre, l'Autorité gouvernementale auprès du ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication et l'Autorité économique de certification électronique auprès de l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT). « Ce modèle pyramidal est destiné à garantir l'immunité du système et répondre à toutes les préoccupations relatives au respect de la souveraineté de l'Etat en toute circonstance », a expliqué la ministre, signalant que ce cadre juridique permettra à plusieurs secteurs dont la e-administration, le e-commerce et le e-banking, d'adhérer à la e-gouvernance, pour une meilleure gestion des institutions et faciliter la vie quotidienne aux citoyens et aux acteurs du domaine socioéconomique. Au cours des débats, les députés ont salué, dans leur majorité, ce texte non sans relever la faiblesse du débit internet qui pose toujours problème. Le député Eddaoui du parti El Karama s'est s'interrogé sur les retards enregistrés dans la mise en place du payement électronique. Rachid Khan du PT a, lui aussi, évoqué le problème du débit internet rappelant que la connexion fonctionne souvent « au rythme d'une tortue » alors que des moyens importants ont été mobilisés pour mieux l'exploiter. Selon lui, mettre en œuvre le projet en question avant le règlement de cette question serait comme « mettre la charrue avant les bœufs ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.