Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Le procès de Mira Moknache renvoyé au 16 novembre    Le délibéré remis à la semaine prochaine    Le transport aérien s'ouvre aux capitaux privés    L'Algérie ne fournira plus de gaz au Maroc    La pomme de discorde    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Perte de production de 500 000 véhicules pour Renault    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Medouar : "Officiellement, nous n'avons encore rien reçu"    Lancement d'une campagne de plantation de plus de 4 000 arbres    Prolifération des constructions illicites à Bou-Sâada    Tiaret : Des cliniques privées et un centre anti-cancer en renfort    «On a facilité aux clubs le retrait de leurs nouvelles licences»    Salah Eddine savait, mais lui pouvait    Une troisième dose disponible pour tous    Les syndicats de la santé font front    Les élèves ferment le lycée de Sidi-Boudraham    Interroger une profession sur ses abandons    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (2e partie)    Un cinéma vivant et amoral    Lutte contre le terrorisme : Le Niger se félicite de la signature d'un accord de coopération avec l'Algérie    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    La campagne de vaccination compromise ?    "Une preuve que le pays est sur la bonne voie", estime Belhimer    Un colloque national prévu le 8 novembre prochain    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Secteur public marchand: Une alliance public-privé pour aller de l'avant    Tourisme: L'Algérie veut séduire les touristes russes    Ouargla: Perpétuité pour un narcotrafiquant    Un pied à terre et dos au mur    Grave manque d'eau à Oran    Le Makhzen humilié à Kigali    Nouveau risque de report?    Zidane pas intéressé    Brèves Omnisports    Lamamra - Le Drian: un duel à distance    Le virage numérique mal négocié    Le cartel du commerce extérieur    Les dernières cartouches des imposteurs    Un mémorial pour les amis de l'Algérie    Les liens cimentés aux Lieux saints    Commémoration du 67e anniversaire de la guerre de Libération nationale    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le mix énergétique, l'option idéale pour l'Algérie
Professeur Essaïd Salhi
Publié dans Horizons le 09 - 02 - 2015


Pour développer son mix énergétique, « l'Algérie doit aller vers toutes sortes de ressources, notamment le solaire, l'éolien, la géothermie, la biomasse, et garder son pétrole et son gaz conventionnels en réserve pour garantir l'avenir des générations futures », a préconisé, hier, le professeur Essaïd Salhi, ancien enseignant à l'Ecole nationale polytechnique d'Alger, au forum du quotidien Liberté. Le Pr Salhi a insisté sur le recours aux énergies renouvelables, car « nous n'avons pas d'autre alternative ». Bien que leur coût reste élevé, selon lui, l'Algérie devra opter pour le solaire et l'éolien à la fois. Cependant, le problème se pose pour la maintenance des cellules des panneaux photovoltaïques dont la rentabilité diminue au fil du temps, a-t-il noté. En outre, il s'est interrogé sur l'impact des vents de sable sur ces cellules. Pour lui, trois choix se présentent à l'Algérie : acheter des lingots de silicium tout en sachant que « les pertes en ce métalloïde en poudre sont à hauteur de 50% par lingot », acquérir des cellules pour panneaux ou investir dans une industrie photovoltaïque en amont et en aval. Cette dernière option nous permettra « d'assurer un approvisionnement en interne et d'exporter vers le marché africain ». Reste que pour lui, « les pouvoirs publics ne sont pas offensifs en matière de production d'énergie électrique à partir des énergies renouvelables, ERN ». Et pour cause, « les centres de formation professionnelle n'offrent pas de filières dans les ERN, et l'Université n'assure pas de spécialités pour les masters dans ce domaine ». « Nous sommes au stade de la recherche en doctorat », a-t-il ajouté. Nadia Ould Henia, enseignante à l'EPAU, a rappelé que le premier projet de village solaire en Algérie date de 1979 avec trois prototypes laissés en abandon. Elle a aussi rappelé que l'entreprise publique ENIE produisait des capteurs photovoltaïques. Interrogé sur le projet Desertec destiné notamment à alimenter en électricité le continent européen, le Pr Salhi a soutenu qu'« il a foiré sur le plan scientifique » et « n'a pas de maturité ». « Desertec est un projet exagéré et trop ambitieux. » S'agissant de l'exploitation du gaz de schiste, il dira qu'il faut beaucoup d'eau pour la fracturation hydraulique alors que « scientifiquement, il n'est pas possible de décontaminer l'eau après son utilisation ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.