Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le mix énergétique, l'option idéale pour l'Algérie
Professeur Essaïd Salhi
Publié dans Horizons le 09 - 02 - 2015


Pour développer son mix énergétique, « l'Algérie doit aller vers toutes sortes de ressources, notamment le solaire, l'éolien, la géothermie, la biomasse, et garder son pétrole et son gaz conventionnels en réserve pour garantir l'avenir des générations futures », a préconisé, hier, le professeur Essaïd Salhi, ancien enseignant à l'Ecole nationale polytechnique d'Alger, au forum du quotidien Liberté. Le Pr Salhi a insisté sur le recours aux énergies renouvelables, car « nous n'avons pas d'autre alternative ». Bien que leur coût reste élevé, selon lui, l'Algérie devra opter pour le solaire et l'éolien à la fois. Cependant, le problème se pose pour la maintenance des cellules des panneaux photovoltaïques dont la rentabilité diminue au fil du temps, a-t-il noté. En outre, il s'est interrogé sur l'impact des vents de sable sur ces cellules. Pour lui, trois choix se présentent à l'Algérie : acheter des lingots de silicium tout en sachant que « les pertes en ce métalloïde en poudre sont à hauteur de 50% par lingot », acquérir des cellules pour panneaux ou investir dans une industrie photovoltaïque en amont et en aval. Cette dernière option nous permettra « d'assurer un approvisionnement en interne et d'exporter vers le marché africain ». Reste que pour lui, « les pouvoirs publics ne sont pas offensifs en matière de production d'énergie électrique à partir des énergies renouvelables, ERN ». Et pour cause, « les centres de formation professionnelle n'offrent pas de filières dans les ERN, et l'Université n'assure pas de spécialités pour les masters dans ce domaine ». « Nous sommes au stade de la recherche en doctorat », a-t-il ajouté. Nadia Ould Henia, enseignante à l'EPAU, a rappelé que le premier projet de village solaire en Algérie date de 1979 avec trois prototypes laissés en abandon. Elle a aussi rappelé que l'entreprise publique ENIE produisait des capteurs photovoltaïques. Interrogé sur le projet Desertec destiné notamment à alimenter en électricité le continent européen, le Pr Salhi a soutenu qu'« il a foiré sur le plan scientifique » et « n'a pas de maturité ». « Desertec est un projet exagéré et trop ambitieux. » S'agissant de l'exploitation du gaz de schiste, il dira qu'il faut beaucoup d'eau pour la fracturation hydraulique alors que « scientifiquement, il n'est pas possible de décontaminer l'eau après son utilisation ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.