Ibrahimovic bientôt de retour à l'Inter Milan ?    DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Près de 150 participants attendus à Béchar    Les Verts à la croisée des chemins !    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Belmadi : «Notre but ultime reste la qualification en Coupe du monde 2022»    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une grande exposition de films et d'affiches
50e anniversaire de la cinémathèque algérienne
Publié dans Horizons le 05 - 05 - 2015


La cinémathèque algérienne a cinquante ans. Soit un demi-siècle entièrement dédié au septième art. Pour marquer l'évènement qui s'inscrit dans le cadre de la célébration du soixantième anniversaire de l'indépendance, le Centre algérien du cinéma (CAC) et l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), sous l'égide de la ministre de la Culture, Nadia Labidi, avec la collaboration du musée des arts modernes d'Alger (MAMA), ont décidé de frapper fort en organisant, du 9 mai au 9 juillet, « La saga de la création de la cinémathèque algérienne ». Un évènement grandiose mêlant une inédite exposition d‘affiches de célèbres films et des cycles de projections retraçant les œuvres des cinéastes qui ont marqué l'âge d'or du cinéma algérien depuis la création de la cinémathèque jusqu'au premier Festival culturel panafricain (Panaf), quatre années plus tard. « Cette exposition raconte la saga des premières années d'une cinémathèque qui est vite devenue la deuxième du monde » résume le commissaire général, Ahmed Bejaoui, dans une conférence de presse tenue, hier, à la cinémathèque d'Alger. Au-delà de sa portée artistique et festive, cette manifestation grandeur nature a, selon lui, notamment, pour objectif, la sauvegarde et la mise en valeur du gisement filmique et iconographique de l'auguste institution qui a donné au cinéma algérien ses lettres de noblesse. Après avoir rappelé sa naissance et évoqué les grands évènements qui l'ont marquée et les grandes figures du septième art mondiale qui y sont passées, l'ancien animateur de l'ancienne émission culte de la télévision algérienne, Télé ciné-club, a fait savoir que cette exposition ne concernera pas seulement la capitale, puisqu'elle est prévue, tout au long de l'année, dans plusieurs évènements culturels, tels que le Festival du cinéma arabe qui se déroulera au début du moins de juin à Oran, et la manifestation « Constantine capitale de la culture arabe 2015 », en septembre. Pour le premier responsable du CAC, Lyes Semiane, cette exposition a le mérite de porter, une nouvelle fois, sur les écrans, et, par conséquent, mettre en valeur, plus d'une vingtaine de vieux films qui ont été restaurés dans le cadre de la numérisation du patrimoine cinématographique. Plusieurs hommages sont également prévus, durant l'année, à tous les réalisateurs algériens qui ont servi le cinéma national. Pas seulement les anciens, étant donné que le commissariat général a mis sur pied le Prix de la cinémathèque pour le court métrage en faveur des jeunes réalisateurs qui auront à tenter leur chance jusqu'à la fin de l'année. Pour ce qui est des projections, quatre séances quotidiennes prendront effet à partir du 10 mai à la faveur d'une thématique qui touchera « Le cinéma au maquis, à l'aube du cinéma algérien », « La cinémathèque accompagne la naissance du cinéma algérien indépendant, « Les co-productions », « Les plus grands films du cinéma mondial ». En sus, des cycles concernant les premiers films algériens tels que « Algérie en flammes » de Réné Vautier, 1958, « La Voix du peuple » de Djamel Chanderli, 1961, « Sakiet Sidi Youcef » de Pierre Clément, 1958...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.