Report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Belhimer: la transition numérique de la presse écrite, une nécessité "impérieuse"    Boukadoum: nécessité d'un "consensus national" sur la politique extérieure du pays    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Les députés engagent un débat à l'APN    7 décès et 127 nouveaux cas en 24 heures    Alger ferme ses plages    Le drame des Algériens bloqués en Turquie    Plages de Jijel: la GN sensibilise les estivants sur les mesures de prévention contre le Covid19    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Déclaration de devises par les voyageurs: les députés votent pour le maintien du montant à 5.000 euros    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    El Tarf: De nombreuses cultures ravagées par le mildiou    Un lourd héritage    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Aïn El Turck: Aménagement de 15 grands parkings retenus pour la saison estivale    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    Le mode d'emploi fixé    Mahrez victime d'un cambriolage    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'ADE rassure ses abonnés    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Les virements n'étaient pas justifiés »
Le directeur du contrôle à la Banque d'Algérie au procès Sonatrach
Publié dans Horizons le 13 - 01 - 2016

Le tribunal criminel d'Alger a poursuivi, hier, l'audition des témoins. Il s'agit d'un responsable de suivi des projets, à Sonatrach, d'un responsable du département des affaires juridiques, de secrétaires de direction. Le tribunal avait convoqué, en tout, près de cent témoins. Et pour la journée d'hier, le président du tribunal n'en a retenu que 35. Fodhil Hanafi, directeur du contrôle à la Banque d'Algérie, a été entendu sur les transferts opérés par Contel Funwerk à partir de la banque Nataxis vers BNP Paribas au profit de Meghaoui, l'ex-PDG du CPA et consultant chez Contel Funwerk. Selon le responsable de la Banque d'Algérie, cette opération a été déclenchée « suite à des informations parvenues à la banque ». Elle a touché la banque Paribas. La Banque d'Algérie entame des missions de contrôle lorsqu'il y a des opérations de blanchiment d'argent. L'attention de la mission s'est portée sur trois virements qui ont été effectués pour le compte de Meghaoui Hachemi et de son fils Yazid.
« BNP a expliqué ces virements par la distribution des dividendes aux associés », précise le représentant de la Banque d'Algérie. L'équipe de contrôle a demandé des documents qui justifient ces virements, tels que le budget, la décision de l'AG, le rapport du commissaire aux comptes, mais « BNP n'a pu les fournir », ajoute-t-il.
La banque a fourni seulement « un certificat » signé de la main de Mohamed Réda Djaffar Al Ismaïl, PDG du groupement, « ce qui est insuffisant », poursuit le témoin. Il rappellera que la banque a fait deux déclarations de soupçon dans ce sens, mais les avocats relèvent que celles-ci ont été faites en 2010 alors que les virements ont eu lieu en 2009. En tout cas, pour le représentant de la Banque d'Algérie, « les virements n'étaient pas justifiés, au regard des documents administratifs fournis ».
Meghaoui a demandé une confrontation avec le témoin pour « des détails techniques », précisant que le virement en question « a été fait par le holding qui compte une activité de transport ».
« Les contrats avec Funwerk conformes à l'étude et au cahier des charges »
Le deuxième témoin, Hachem Kamel, qui était chargé du suivi des quatre projets de télésurveillance, dira que les contrats avec Funwerk « ont été exécutés, sans retard aucun ». Il reconnaît qu'il y a eu des avenants. Son rôle consistait à contrôler « la conformité du matériel envoyé par la société allemande avec le cahier des charges ».
A la demande du représentant de la partie civile, il expliquera la nature des réserves qui ont été invoquées par Sonatrach, liées à « la confection des badges » que Sonatrach voulait prendre en charge elle-même, et ce « pour ne pas donner à l'entreprise étrangère des données sur son personnel ».
En mai 2010, « une note de la direction financière nous informait du blocage des comptes », dira-t-il. Le chef du département des affaires juridiques à Sonatrach, Mohamed Ouchène, a parlé, lui, de sa mission qui consiste à « suivre les cinq contrats de télésurveillance, dont deux de gré à gré ». Le juge l'a interrogé sur les statuts : « Est-ce qu'ils ont constaté que parmi les associés du groupement figurait le fils du PDG de Sonatrach ? » Et de lui poser la question sur sa responsabilité dans la non-publication des appels d'offres dans le Baosem et la directive 408 R-15 qui ne permet pas la consultation restreinte. Une autre question qui résume tout : « Est-ce que son département a le pouvoir de faire des observations sur des irrégularités ? ». Pour le juriste de Sonatrach, « tout est justifié par une question d'opportunité », une notion qui est « défendue dans ce contrat ».
Un autre témoin appelé à la barre, le représentant de Funkwerk, avait déclaré « ne rien connaître des détails de ces contrats ». « La société m'a envoyé chez le juge parce que je parle français, pour lui expliquer l'affaire telle qu'elle m'a été présentée par mes responsables. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.