Les instituteurs reviennent à la charge    VFS Global reprend le traitement des demandes    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Marche du 34e mardi à Alger : Les manifestants plus déterminés que jamais    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    Promesses d'une révolution décomplexée    Damas déploie ses forces à la frontière avec la Turquie    Les Verts au révélateur colombien    Batelli convoque 23 joueurs    Deux matchs de suspension pour Casoni    Les leaders à l'aise    250 stadiers et 400 agents de police mobilisés    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    L'auteur du quadruple crime refuse de se rendre    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    MO Béjaïa : Les Crabes préparent l'ABS    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Une urbanisation désordonnée    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    Amical Algérie-France: Rencontre aujourd'hui entre le président de la FAF et la FFF    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Salon national de la micro-activité : Ouverture aujourd'hui à Alger sous le thème de l'entrepreneuriat    L'Algérie n'est pas à détruire : elle est à réformer et à refaire    MDN : M. Gaid Salah en visite de travail ce mardi au Commandement des Forces Navales    Iris Tyres : première exportation de pneux vers l'Espagne    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« L'Algérie refuse d'être le champ de bataille d'idéologies étrangères »
Mohamed Aïssa à Bejaïa
Publié dans Horizons le 13 - 05 - 2016


Le ministre des Affaires religieuses et des Wafks a renouvelé, à Bejaïa où il était en visite pour deux jours (jeudi et vendredi), son plaidoyer pour un retour aux sources spirituelles qui ont irrigué l'islam dans notre pays, en expliquant qu'il ne s'agit pas d'algérianiser l'islam ou de favoriser une interprétation religieuse particulière, mais de s'inspirer des valeurs qui ont fait la force de cet islam du juste milieu et de cette culture de tolérance qui ont depuis toujours caractérisé et nourri la société algérienne. Mohamed Aïssa cite ainsi d'illustres savants algériens qui se sont distingués par leurs travaux dès les premiers temps de l'expansion islamique au Maghreb et qui ont été les jalons de ce référent religieux national dont il a fait le cheval de bataille pour extirper le phénomène de l'intolérance religieuse qui gangrène les sociétés actuelles. Cet islam, dira-t-il, n'a pas été décrété ou imposé par une quelque autorité, mais naturellement adopté par les Algériens. Mohamed Aïssa argue que l'islam en Algérie n'a pas été misogyne, citant pour preuve tous ces noms de femmes que portent nombre de lieux, à l'exemple de Yemma Gouraya pour la montagne qui domine la ville de Bejaïa, une ville qui a été le récipiendaire de la civilisation qui a illuminé Cordoue et Séville à l'âge d'or de l'islam. Mohamed Aïssa s'insurge ainsi contre le phénomène qui mène les citoyens à s'informer sur leur religion à partir des sites internet ou de CD qui propagent souvent des idéologies mortifères, à l'exemple de ce que prône Daech. « L'Algérie, assène le ministre, refuse d'être le champ de bataille de ces idéologies et courants religieux étrangers à sa culture et ses valeurs spirituelles », en indiquant que le retour de l'Algérie à l'islam modéré, qui a été originellement le sien, au regard des progrès que cela a apportés dans le cadre de la lutte contre la violence, inspire de nombreux pays aux prises avec la radicalisation de leurs sociétés. Lors de sa tournée dans la wilaya de Bejaïa, Mohamed Aïssa a inauguré de nouvelles mosquées ainsi que le nouveau centre culturel islamique, qui porte le nom de Mouloud Kassem Naït-Belkacem, natif de la région, où se tenait une journée d'étude sur le référent religieux national. Le ministre a donné son accord pour l'institutionnalisation d'un colloque international qui réfléchira sur différents thèmes et sur le dialogue des civilisations, ainsi que pour l'organisation d'une caravane qui partira de Bejaïa et sillonnera le territoire national pour un dialogue avec les différentes sensibilités religieuses locales. Il a aussi annoncé qu'en matière de formation, sur décision du président de la République, le secteur des Affaires religieuses pourra dorénavant former 1.500 cadres contre 500 seulement actuellement. Par ailleurs, Mohamed Aïssa s'est rendu dans la zaouia Sidi Yahia Al Aidli, qui a déjà 6 siècles d'existence, sise à Tamokra, sur un flanc dominant le barrage de Tichyhaf. L'occasion pour rendre un hommage au vénérable cheikh Tahar Aït-Aldjet et de visiter le chantier de la nouvelle école de la zaouia qui recevra 200 apprenants dont une cinquantaine de filles. Le ministre a également visité une autre zaouia, celle de Sidi Saïd, dans la commune de M'cisna. Il a achevé cette visite dans la wilaya en se rendant sur le campus de Targa Ouzemour où il a prononcé l'allocution de clôture du colloque sur les érudits de Bejaïa.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.