12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Serraj fait part de sa volonté de dialoguer avec les forces dirigées par Khalifa Haftar    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Du sens du patriotisme en Algérie    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La préservation de la santé mentale des pompiers, un enjeu pour la DGPC
Pour mieux répondre aux préoccupations des citoyens
Publié dans Horizons le 11 - 12 - 2016

Une étude a été élaborée dans ce sens, dont l'objectif est la mise en œuvre d'une démarche préventive au niveau corporatif et d'assurer une prise en charge optimale des agents de la Protection civile, en les soutenant et en les accompagnant dans leurs missions au quotidien mais aussi répondre aux attentes des citoyens en détresse, tel est le challenge du psychologue de la Protection civile. Etant sur tous les fronts, le sapeur-pompier est confronté à toutes sortes de drames. Que de sang sur les routes, que de fumée dans les usines et les forêts, que de personnes repêchées des eaux profondes et des vagues en furie, que de sauvetage des personnes en détresse, mais aussi des animaux en difficulté et d'évacuations de jour comme de nuit. Le sapeur-pompier est l'homme à tout faire. Il le fait avec amour, conviction, abnégation et humanisme, le tout, au détriment de sa personne qu'il « noie » dans un environnement hostile. Confrontés régulièrement à des situations de violence extrême, les sapeurs-pompiers développent des mécanismes de défense qui ne seront pas toujours opérants face à la variété des opérations menées au cours d'une carrière. Partant de ce constat, une étude prospective menée dans 21 wilayas ayant interrogé 150 fonctionnaires, tous grades confondus, avec comme objectif de dépister les conséquences de cette pression professionnelle, « ce qui permettra la mise en place d'une stratégie de prise en charge efficace, pour permettre aux agents de la Protection civile de faire face à tous les risques professionnels et s'acquitter pleinement de leurs missions », a indiqué le sous-directeur de l'Action sociale (SDAS) à la Direction générale de la Protection civile, le Dr Ali Brouri. La Protection civile a opté pour la prévention à travers l'établissement d'études sur la stratégie de prévention et de prise en charge du psycho-traumatisme. « Les arrêts de travail sont un indicateur du moral des troupes », a-t-il assuré.
La santé mentale, une préoccupation majeure
La santé mentale des sapeurs-pompiers est l'une des préoccupations majeures de l'institutioni, « car c'est une question d'équilibre. La préservation de la santé mentale des agents de la Protection civile est un enjeu important », a précisé le même responsable. L'étude a porté sur les arrêts de travail pour cause psychiatrique. Les auteurs de cette étude ont relevé les conséquences notamment les répercussions sur le travail, les coûts directs et indirects qu'elles engendrent en termes de frais médicaux, l'impact sur la performance, l'aménagement de poste, la détérioration du climat du travail et les risques d'erreurs. L'étude a fait ressortir que le plus grand nombre des cas déposant des arrêts de travail, pour cause psychiatrique « ont probablement besoin de quelques jours de repos ». Les diagnostics ont démontré qu'il n'y avait pas un grand nombre de personnes souffrant de psychopathologies importantes.
Le stress, les maladies psychosomatiques, le traumatisme, la dépression forment le tableau clinique le plus apparent. Cette situation peut être liée directement à la nature du travail des agents de la Protection civile aux différents événements potentiellement traumatiques vécus pendant l'exercice de leur fonction, Les diagnostics ont démontré que les accidents de la route et domestiques, ainsi que les feux de forêt, industriels et domestiques sont les plus fréquemment vécus, en moyenne plus de cinq fois dans une carrière. Les inondations, les séismes, les effondrements et ceux du fait de l'homme (anthropiques) sont les moins rencontrés dans la vie professionnelle des agents auditionnés. Il y a une pression ressentie selon le type d'intervention. Elle est très forte, par exemple, lors de séisme, de l'anthropique, des explosions, des feux de forêt, des inondations et des incendies industriels. Il y a, également, la pression provoquée par un incident critique suite à une vision d'images abominables d'un corps déchiqueté ou décomposé, suivie de la blessure d'un collègue en intervention. S'agissant de la tranche d'âge concernée par le dépôt des arrêts de travail pour cause psychiatrique, l'étude a fait ressortir que les tranches d'âge les plus dominantes est celle allant de 31 à 35 ans, suivie de celle de 41 à 45 ans et enfin la tranche des 36 à 40 ans.
« Le personnel qui fait l'intervention est le plus touché », a-t-on fait savoir. En ce sens, l'étude a fait ressortir « un besoin d'accompagnement, de soutien, de prise en charge psychiatrique ou psychologique ou les deux, selon les besoins en cas d'épuisement professionnel et d'exposition aux différents types de stress ou également dans le cas d'un vécu traumatique non traité ou mal élaboré ou d'une atteinte psychopathologique liée à une fragilité antérieure ». La SDAS a recommandé à ce propos la nécessité de faire une présélection psychologique rigoureuse lors du recrutement ainsi que la création d'un centre de prise en charge psychologique de la Protection civile, ainsi que le recrutement d'un médecin psychiatre pour une prise en charge à l'effet de constituer une équipe complète. Les psychologues ont plaidé également pour ancrer une démarche de prévention au niveau corporatif. La prise en charge individuelle et un suivi adapté à chaque cas ont été fortement recommandés. L'étude a mis en avant le rôle du « pompier psychologue », qui doit participer au processus de sélection lors du recrutement des fonctionnaires de la Protection civile ainsi que la participation aux commissions disciplinaires et aux manœuvres sur le terrain. « Il faut associer les psychologues à la commission médicale du dispositif lors du hadj ». La DGPC dispose de plus de 50 psychologues, chargés de plusieurs missions lors du recrutement et durant la carrière professionnelle de l'agent. Les psychologues sont chargés d'assurer les campagnes de dépistage des personnes fragiles, ils détectent les agents qui présentent des troubles du comportement.
La communication interne, un outil préventif
L'étude a également relevé le manque de communication à plusieurs niveaux, raison pour laquelle la DGPC met en avant la communication interne. Cela s'est traduit par les différentes instructions données aux responsables pour une meilleure prise en charge des préoccupations des agents de la Protection civile. Parmi ces mesures figurent le nouveau statut de la Protection civile qui a permis la hausse des salaires, l'amélioration des œuvres sociales et le renforcement des canaux de communication entre les responsables et les subalternes. Le DGPC, le colonel Mustapha El Habiri, avait, il y a quelques mois, appelé les responsables au niveau des wilayas, « à continuer à investir sans relâche, notamment dans l'esprit de corps et d'équipe ainsi que celui du devoir de leurs éléments, constamment conscientisés à propos de la noblesse de leur métier » et d'ajouter : « En tant que responsables, commandant, chef d'unité, d'équipe ou d'agrès, vous devez veiller à la préservation de l'intégrité physique et morale de vos hommes », a-t-il noté dans son message.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.