Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    Le peuple en quête d'alternative    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Salon du Sport et de la remise en forme    «Nécessité de préserver le pouvoir d'achat dans la loi de Finances 2020»    Chakib Khelil est de retour    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    Tlemcen : « A Bas la dictature ! »    Hanni inscrit un joli but contre Al Ahli (Vidéo)    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bibliothèque du Palais de la culture : S'adapter aux exigences des utilisateurs
Publié dans Horizons le 03 - 10 - 2009

Photo : Horizons. La bibliothèque du Palais de la culture est un joyau architectural. Ses espaces vastes et fonctionnels rivalisent avec les grandes bibliothèques des temps modernes. Le citoyen qui vient solliciter ses services a à sa disposition tout le confort qu'il souhaite trouver et un très large éventail des connaissances et du savoir qu'il veut acquérir.
Cet espace ne se limite pas seulement à la consultation d'ouvrages, mais elle élargit son action par un riche et dense programme d'activités annexes. Plusieurs volets concrétisent ce programme, c'est la bibliothèque jeunesse pour les enfants jusqu'à quatorze ans, c'est l'espace multimédia, c'est le laboratoire pour l'étude des langues étrangères c'est aussi l'organisation d'une régulière animation culturelle, c'est en plus la présence d'un département réservé exclusivement aux non-voyants.
Le maître mot de la bibliothèque s'articule autour de ce principe cardinal, il n'y a pas d'utilisateurs sélectifs. Toutes les personnes y ont accès, quel que soit leur âge, leur niveau d'instruction ou leur statut social.
Il faut ici saluer l'équipe de cette bibliothèque qui œuvre avec engagement et professionnalisme pour la satisfaction des usagers, petits et grands. Il faut également saluer les qualités de gestionnaire et le grand intérêt que porte la directrice de Palais de la culture, Mme Méhidjia Bouchentouf, pour que cette bibliothèque fonctionne dans les règles de l'art, au meilleur de ses moyens humains, de ses magnifiques structures et de ses capacités d'accueil.
Le noyau central de la bibliothèque est bien sûr le fonds d'ouvrages mis à la disposition des lecteurs.
Ce fonds est réservé aux universitaires et chercheurs. Il renferme plus de quarante mille volumes. Il est constamment enrichi par de nouvelles acquisitions. Un bulletin est d'ailleurs édité régulièrement mentionnant la liste de ces nouvelles acquisitions. Il existe même une salle réservée pour l'exposition de ces nouveaux titres, dès leur réception, pour attirer l'attention des lecteurs. Concernant les domaines du savoir relatif à ce fonds, la bibliothèque du Palais de la culture est un des rares établissements en Algérie à offrir un éventail extrêmement riche et constamment mis à jour, dans les disciplines des sciences sociales et de l'histoire.
LA PLUS BELLE SALLE DE LECTURE DE TOUTE L'ALGÉRIE
La bibliothèque du Palais de la culture s'enorgueillit de détenir dans ses rayons des manuscrits et des livres anciens datant de plusieurs centaines d'années. Dans cet esprit se trouve, entre autres à titre d'illustration, dans ses réserves, un ouvrage du XVI° siècle qui étonne par la qualité élevée de sa conservation.
Toujours à l'écoute de ses utilisateurs, chercheurs et universitaires, pour répondre à leurs besoins et exigences, la bibliothèque du Palais de la culture universitaires, ce fonds d'ouvrages s'étend aux autres domaines du savoir, le droit, la législation, la philosophie, la religion, l'économie, le commerce international, les beaux arts, ainsi que des titres dans les sciences pures et les sciences appliquées.
Le chercheur ou l'universitaire a la possibilité d'emprunter ces livres pour une durée de quinze jours. Pour les situer, il a à sa disposition un microordinateur. En tapant seulement sur le clavier le sujet recherché, toute une liste d'ouvrages sur ce thème se présente à lui avec leurs références. Il n'a alors qu'à commander ceux qui l'intéressent auprès du bibliothécaire.
Cet étudiant ou chercheur peut les consulter également sur place. Il le fait alors, très à l'aise, dans une splendide salle de lecture, la plus belle salle pour ce genre de travail intellectuel qui existe en Algérie. C'est un trésor d'architecture avec sa forme circulaire d'une extrême originalité. Ce tracé savamment étudié permet au lecteur la meilleure des concentrations en ce sens qu'il ne peut pas être distrait en voyant l'ensemble des personnes qui peuvent prendre place dans cette immense salle et dont le nombre dépasse largement les deux cents.
Cette magnifique salle de lecture se distingue également par sa lumière intelligemment agencée, et aussi par le silence de cathédrale qui y règne, calme et tranquillité rehaussés par la moquette du sol n'autorisant que des pas feutrés. Des meubles appropriés abritent les ouvrages de consultation courante comme les dictionnaires et les encyclopédies.
LA BIBLIOTHÈQUE JEUNESSE, LA PASSION DE LIRE
Les chercheurs et universitaires sont ainsi privilégiés dans leurs études et leur travail d'analyse et de réflexion. Les enfants de six à quatorze ans sont autant favorisés. Ils ont à leur disposition une structure bien adaptée et qui est la bibliothèque jeunesse. Encadrés par des éducateurs spécialisés, ils ont au cours de la journée libre hebdomadaire des séances consacrés à la lecture. Ici, l'objectif à atteindre est non seulement l'éveil au plaisir et à la joie de lire mais aussi fidéliser ces jeunes âmes pour que l'activité de la lecture devienne permanente dans leur vie. Des meubles adaptés à leur taille tapissent cette bibliothèque jeunesse pour leur offrir le maximum de confort.
Des rayonnages, toujours adaptés à leur taille, présentent un large choix de livres. Les enfants peuvent ainsi sélectionner eux-mêmes les titres qu'ils voudraient consulter. Cette journée hebdomadaire se transforme en une période de plusieurs jours d'activités durant les vacances d'hiver et de printemps. Des ateliers sont alors mis en place où les enfants expriment leur génie créatif dans le théâtre, le dessin ou des activités utiles dans le cadre de la préservation de l'environnement. Cette bibliothèque jeunesse fait toujours le plein de ses capacités d'accueil dont le nombre peut atteindre quatre-vingts.
Les équipes chargées d'encadrer ces enfants refusent rarement un nombre plus grand. Dans ce cas, l‘espace de la bibliothèque jeunesse s'élargit aux autres salles du Palais de la culture et même aussi à ses beaux jardins verts et fleuris.
Cette bibliothèque jeunesse ne veut pas se limiter seulement à ses seuls petits adhérents. Elle élargit et renforce son champ d'action en liant des partenariats avec divers établissements scolaires. Elle crée ainsi des terrains d'échanges dont les bénéficiaires sont les enfants eux-mêmes qui font connaissance avec d'autres sensibilités.
Bien mieux, cette bibliothèque jeunesse veut faire elle-même école en s'impliquant dans des manifestations culturelles nationales.
Ainsi, ses équipes ont participé par la présence d'un stand actif, au dernier salon international du livre d'Alger. Des démonstrations d'éveil à la lecture ont été faites sur place et d'une manière bien vivante.
UN LABORATOIRE DERNIER CRI POUR LES LANGUES ÉTRANGÈRES
Une bibliothèque constitue un moyen prodigieux pour s'approprier le savoir et la connaissance. L'étude des langues étrangères constitue un volet clé de ce savoir encyclopédique. Qu'y a-t-il de plus enrichissant et de plus noble que de pouvoir communiquer et échanger des idées avec d'autres peuples en parlant leur langue.
La bibliothèque du Palais de la culture manifeste la volonté d'y contribuer en organisant un programme d'enseignement de langues étrangères. L'espagnol, l'anglais, le français et l'arabe font déjà partie de ce programme depuis longtemps. L'introduction de la langue allemande est en projet. Ces langues étrangères sont enseignées dans la forme moderne et actuelle. A cet effet, la bibliothèque dispose d'un laboratoire de langues dernier cri.
Les étudiants font ainsi connaissance de la langue qu'ils veulent apprendre sous ses aspects vivants, comme s'ils séjournaient véritablement dans le pays où cette langue est parlée. Les enseignants pratiquent une méthode efficace, alternant des cours théoriques avec des séances pratiques en laboratoire. Ici, il n'y a aucune contrainte sélective. Le chauffeur de taxi peut s'inscrire à ces cours de langue au même titre que le diplomate ou l'universitaire. Un test d'évaluation est nécessaire cependant pour tous.
Cette manière d'agir est importante pédagogiquement pour le professeur afin d'adapter son enseignement à chaque niveau. Des membres de l'association des femmes de diplomates ont eu l'occasion d'apprendre notre langue et n'ont pas tari d'éloges sur la qualité et la valeur de l'enseignement dispensé.
Il faut dire que le montant d'inscription pour un trimestre défie toute concurrence. Les cours sont donnés pour chaque candidat à raison de trois heures par semaine. Un examen ratifie chaque trimestre. Un certificat est délivré à l'issue de ces évaluations.
UNE SECTION RÉSERVÉE AUX NON-VOYANTS
La bibliothèque du Palais de la culture veut être universelle. Ses structures ont pensé aux adultes, aux enfants, mais la lecture ne doit pas être seulement l'apanage de ceux qui sont en possession de toutes leurs facultés. Les handicapés visuels, les non votants ont également des droits. S'ils ne peuvent voir, ils sont capables d'entendre et d'écouter bien mieux que les personnes de constitution normale.
Aussi, la bibliothèque du Palais de la culture leur a réservé une section spécialement aménagée pour eux. Dans les rayonnages sont présentés des cassettes et des CD où sont enregistrés la lecture des romans, de pièces de théâtre, de recueils de poésie et aussi de livres de sciences, de périodiques ainsi que de titres portant sur des connaissances générales ou spéciales. Cette section pour les non-voyants comporte aussi des ouvrages en braille. Le fonds de cette bibliothèque pour non-voyants est important, une partie a été obtenue sous forme de dons.
UNE CAMPAGNE D'INFORMATISATION PAR LE PERSONNEL
Les dons concernent également le fonds de la bibliothèque pour chercheurs et celle de la jeunesse. Les grands évènements culturels ont été un terrain fertile pour ces acquisitions à titre gratuit. C'est ainsi que l'année de l'Algérie en France et Alger, capitale de la culture arabe ont enrichi les rayonnages d'une manière conséquente. La bibliothèque du Palais de la culture veut aller au-delà de la simple conservation de ces livres. Elle a créé un espace vivant de débats, de réflexion et de concertation autour du livre. Grâce à sa confortable salle de conférences, des rencontres sont organisées régulièrement.
Ce sont les Mercredis de l'édition. C'est l'occasion pour les auteurs, les éditeurs, le public de se retrouver. Ces séances, très animées ont lieu ainsi tout le long de l'année. Le programme pour cette saison culturelle est en cours. L'élaboration de ce calendrier n'est qu'un seul volet de l'activité dense de l'équipe de cette bibliothèque. Ce personnel s'active depuis deux ans à une campagne d'informatisation du fonds d'ouvrage en sa possession. Sur les quarante mille titres, seize mille d'entre eux sont maintenant numérisés et saisies sur ordinateur.
Ce qu'il faut souligner et saluer, c'est que ce résultat élogieux est dû au seul mérite de ce personnel qui entreprend cette action sans assistance étrangère. Il a bénéficié d'une formation en informatique qu'il met à profit pour moderniser son outil de travail et l'actualiser selon les normes internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.