L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colloque sur l'importance des mythes dans la littérature africaine : Se ressourcer dans l'identité culturelle de tout un continent
Publié dans Horizons le 22 - 11 - 2009

Des auteurs africains dans une table ronde lors du dernier Panaf. Un colloque international de deux jours, ces 21 et 22 novembre organisé par le ministère de la culture à la salle El Mouggar a traité des ‘'mythes anciens à l'épreuve de la modernité''. Cette rencontre est en fait le prolongement du symposium des écrivains africains qui s'est tenu en juillet dernier à l'occasion du 2e festival panafricain.
«Dans la dernière rencontre, nous avons fait l'état des lieux de la jeune littérature algérienne. La littérature a toujours été, et est le reflet de l'environnement social, économique, culturel et linguistique», dira le directeur du centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques (CNRPAH), Slimane Hachi.
Il poursuit dans une brève allocution à l'ouverture de ce colloque samedi dernier : «Aujourd'hui ce colloque réunit des analystes, des chercheurs et des universitaires afin d'étudier la littérature moderne.
Ces spécialistes sont venus de partout particulièrement d'Afrique. Il est important de savoir que les mythes sont à l'origine de la construction identitaire, de la civilisation et de la culture». «Les mythes sont des histoires que nos ancêtres racontaient. Ces oralités ont été transcrites et reprises par des romanciers, des dramaturges et autres, à l'exemple des mythes des dieux africains visant à valoriser la culture africaine.
Ou encore les mythes des personnages historiques importants comme celui de l'Emir Abdelkader» indique pour sa part, Benaouda Lebdai, professeur des universités à l'université du Maine (France) ajoutant que «Le mythe devient donc un exemple pour les nouvelles générations.
Conjointement aux mythes anciens porteurs d'une mémoire, les littératures africaines sont aussi porteuses de mythes nouveaux, nés en déstabilisant l'impact archaïque des mythes originels. De l'examen de la relation entre mythes anciens et nouveaux, se dégagera la mesure du projet de modernité des nations africaines».
Notre conférencier poursuit «Les mythes ne relatent pas que des histoires anciennes. Aujourd'hui, la littérature crée des mythes». Il illustrera par une citation de Roland Barthe celle du mythe de l'automobile Citroën et renchérit avec le mythe de la voiture noire, la Mercedes. Dans la littérature africaine, celle-ci représente la bourgeoisie. Les romanciers africains l'ont employé pour dénoncer la corruption, la mal-gouvernance».
En somme, il dira «l'Afrique a une culture, sa propre littérature et ses propres repères». Pour sa part, Jacques Chevrier, professeur émérite à la Sorbonne (Paris) estime que cette rencontre vise à faire le point. Une analyse, une manière de donner une photographie de la littérature, des littératures contemporaines africaines.
On a même cette impression du retour des mythes, des traditions mais évidemment les temps ont évolué et changé. Il faut donc tenir compte de la réalité et de la modernité, fournir aux lecteurs des récits adaptés à la société». De son côté, Julien Kilanga Musinde, docteur en langue et littérature française et professeur à la faculté des lettres de l'université de Lubumbashi au Congo, lui, tentera de répondre à une question relative à la littérature africaine en Afrique.
Quelles littératures africaines face à la modernité ? Sont-elles simplement negro- africaine comme on a bien voulu l'appeler à une certaine époque, qui mettait entre parenthèse le caractère culturel qui ne peut en aucun cas renvoyer à la dimension raciale dans le contexte africain multiracial ?».
Ce colloque aura contribué à répondre à un besoin, celui d'une meilleure connaissance des mythes dans la littérature africaine. Cette littérature reste méconnue surtout dans nos pays du Maghreb alors qu'elle est d'une grande qualité et d'une valeur inestimable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.