Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il s'est fait un nom : Da L'mulud Allek de la chaîne II
Publié dans Horizons le 04 - 05 - 2010

Mouloud Allek. Un personnage incontournable de la Chaîne II. Il est comme le loup blanc du fait de sa taille frôlant le gigantisme. Mouloud a commencé à s'intégrer à la chaîne II dès l'université, plus précisément lorsqu'il faisait ses études en journalisme . La chance l'attendait au tournant avec un ami animateur de l'émission enfantine. Le jeune homme est très vite adopté par le staff et on lui propose un engagement. C'était en 2002. « Il faut passer par tous les créneaux afin de trouver sa voie et acquérir de l'expérience » dit-il.
Mouloud Allek en 8 ans de travail radiophonique s'est fait un nom au sein de ce canal et dans le cœur des auditeurs. « Les nocturnes», ces émissions qui commencent vers les 21 heures pour finir au milieu de la nuit sont devenues une spécificité pour lui. Avant cela, il a animé les émissions telles que «Radio réveil», «Le journal culturel» «Akin ilavhar » (une émission sur l'émigration), «Tafrikt Ougafar» histoire de l'Afrique du Nord, «Tafat» une tranche consacrée à la philosophie et aux philosophes. Mouloud s'est intégré dans tous les créneaux pouvant apporter un plus aux auditeurs et auditrices de ce canal
Pour la petite histoire, Mouloud Allek a vu le jour à Beni Douala dans le village de Tagharoust, une certaine année 1980.Une vie réalisée à travers la montagne, le village et au sein d'une famille élargie où les grands parents ont une place primordiale dans la vie du jeune garçon. Les travaux des champs, les moissons et les semailles n'ont pas de secret pour lui, le déroulement des saisons également ainsi que le chant plein de la terre .Une fois son bac lettres en poche, «il descend sur Alger » pour s'inscrire à la faculté .Ce n'est pas pour autant qu'il prend ses distances avec ses racines. D'ailleurs celles-ci se prolongent à travers la chaîne II.
S'agissant de la grille 2009- 2010, Mouloud le Sage anime les émissions « Ma yatchour oulik » (A cœur ouvert) de 23 heures à une heure du matin et cela deux fois par semaine. Il continue d'ailleurs à animer un programme « Tafat » lequel est une rubrique culturelle.
Des matinales aux nocturnes, des rubriques animées en milieu de journée, «Avrid Lakoul», (sur le chemin de l'école) Mouloud s'investit dans tout ce qu'il fait à « la chaine II. Il y a un lien affectif avec elle… » A 30 ans, les auditeurs l'ont baptisé « Da L'mulud » .Il reçoit des appels concernant « Ma yetchour Oulik »de tous les coins du pays et de bien au-delà, comme la France l'Angleterre, les Etats-Unis et des encouragements concernant son travail. Mouloud Allek a engrangé 3 baccalauréats ! Pas un de moins ! Tout cela pour pouvoir intégrer les filières de son choix. Préparant son magister, il prend également des cours d'allemand pour le besoin de sa thèse se rapportant à « La phénoménologie ».
Eternel insatisfait, perfectionniste, il bosse, il bosse s'appliquant à toujours donner mieux aux auditeurs.
« Je n'ai pris modèle sur aucune autre personne de la radio. Mon style est propre à moi » affirme-t-il avec une voix sereine et un sourire dont il ne se démarque jamais.
La Chaîne II ? « Depuis 2005, elle s'ouvre vers d'autres programmes en s'éloignant de cette image figée. Les animateurs et réalisateurs sont pour la plupart des universitaires et elle émet 24 sur 24 en diffusant des tranches radiophoniques targuie, chaoui, mozabite et chenoui, ce qui élargit le champ émetteur vers une population plus dense dans sa diversité ». Beni Douala ? Il hésite un peu à trouver une réponse. L'on comprend que Mouloud avec la chaine II garde un pied dans cette montagne qui a vu naître un autre Mouloud, le grand Feraoun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.