Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Importation de médicaments
Une facture toujours aussi lourde
Publié dans Info Soir le 14 - 07 - 2009

Constat n Le gouvernement algérien a pris des mesures pour développer l'industrie nationale du médicament qui ne couvre actuellement que 35% des besoins nationaux.
La facture d'importation des médicaments a explosé ces dernières années en Algérie.
Interrogé sur l'efficacité des mesures prises par le gouvernement, en matière de rationalisation des dépenses publiques, d'encouragement de la production nationale et d'interdiction d'importation de tout médicament fabriqué localement, le Docteur Saïd Mekaoui, responsable au ministère de la Santé et de la Réforme hospitalière qui est intervenu ce matin sur les ondes de la chaîne III, a répondu que des résultats partiels ont été réalisés. Il a indiqué que la dépense globale de santé est de 468 millions de dinars. Sur cette dépense la facture d'importation était de 140 millions de dinars en 2008, soit 30 à 35% de la dépense globale de la santé. La production nationale de médicament ne couvre, toutefois, que 35% du marché algérien du médicament et représente, ainsi, 27 milliards de dinars. La facture d'importation risque d'augmenter car l'Algérie fait face à un grand nombre d'affections chroniques qui coûtent extrêmement cher. En octobre 2008, le gouvernement algérien a pris des mesures pour protéger et développer la production nationale par l'interdiction d'importation d'un bon nombre de médicaments produits en quantité suffisante en Algérie et par l'assujettissement de toute autorisation d'importation à l'obligation d'investir en Algérie dans le secteur du médicament. Ces décisions du gouvernement ont été concrétisées par des arrêtés ministériels. Ainsi 376 médicaments aux dénominations communes internationales, équivalant à 846 produits de spécialité, ont été interdits à l'importation. A chaque fois qu'un médicament est produit localement, il sera retiré systématiquement du marché. Par ailleurs, des firmes internationales ont investi en partenariat avec des Algériens, permettant à ces derniers d'élever leur niveau de production. Jusqu'au mois de juillet 2009, 13 opérations de partenariat ont été enregistrées dont 8 sont entrées en production. Interrogé sur le retrait de certains médicaments, M. Mekaoui a indiqué que cela s'effectue lorsqu'un médicament est retiré du marché européen ou à l'échelle internationale, ou lorsqu'il s'agit d'un médicament qui représente un danger pour la santé des citoyens. Une fois retirés, ces stocks sont détruits. Actuellement les pharmaciens se plaignent du fait qu'ils ne disposent pas à temps de la liste des médicaments non remboursables, ce qui suggère qu'il y a un problème de communication. Selon le Dr Mekaoui, le ministère de la Santé contrôle le retrait des médicaments lorsqu'il y a décision de retrait. «Le ministère de la Santé réagit à temps et rapidement pour protéger la santé des citoyens», a déclaré M. Mekaoui. S'agissant d'une éventuelle pénurie de médicaments qui résulterait du retard enregistré lors de la formulation de la commande, M. Mekaoui a affirmé «qu'aucun médicament n'est en rupture de stock au niveau de la pharmacie centrale des hôpitaux, et aux niveaux des pharmacies», a-t-il ajouté.
l Selon M. Mekaoui, les médicaments importés sont bien contrôlés au niveau des frontières. En effet, le Laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques, dirigé par un éminent professeur algérien, contrôle l'ensemble des médicaments qui entrent en Algérie. «La contrefaçon est un problème de sécurité nationale et un problème de sécurité pour les citoyens, par conséquent le ministère de la Santé fournit d'énormes efforts en matière de contrôle», a déclaré M. Mekaoui. L'invité a signalé également que l'Algérie dispose de tous les moyens pour accomplir cette tâche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.