Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    FIFA : L'hommage d'Infantino à Saïd Amara...    Ouverture graduelle des plages : Les estivants impatients !    Tipaza: tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Les grands commerces à Rouiba : Les commerçants ne respectent pas les mesures sanitaires    Le réalisateur Meziane Yaala n'est plus    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune    A partir de samedi prochain: 161 mosquées concernées par la réouverture    L'heure est aux expertises: La population de Mila encore sous le choc    A partir d'aujourd'hui: Confinement allégé et interdiction de circulation entre wilayas levée    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    538 ` nouveaux cas confirmés et 8 autres décès    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Les mains de l'intérieur !    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lazhari Labter à InfoSoir :
«La BD initie l'enfant à la lecture»
Publié dans Info Soir le 24 - 12 - 2009

InfoSoir : Vous êtes éditeur et vous consacrez dans votre ligne éditoriale une bonne place à la BD
Lazhari Labter : En fait, je ne publie pas uniquement de la bande dessinée, mais comme je suis un fan de bd et que j'ai appris à lire ce genre de littérature, l'occasion m'a été présentée, notamment avec le festival international de la bande dessinée d'Alger ainsi que le regain du 9e art, et alors je me suis dit qu'on ne peut être heureux, quand on aime la bande dessinée qu'en publiant des auteurs de bd. J'ai donc décidé de me lancer dans la publication d'albums. Ça va se développer. Je compte me spécialiser, de plus en plus, dans la littérature de jeunesse et de bd, parce que j'estime que c'est capital.
Pourquoi capital ?
Parce qu'elle initie l'enfant à la lecture. Par la BD, les enfants peuvent devenir les futurs lecteurs, une fois adulte, sachant qu'il faut commencer très tôt à lire. Je ne dis pas que la bande dessinée est faite pour les enfants. Je dis qu'on peut venir à la lecture également par la bande dessinée – celle-ci est une histoire narrée : il y a des bulles, des personnages, donc c'est plus amusant de lire une bd que de lire un roman avec des caractères noirs sur une page blanche. La bd va amener à la lecture, et c'est ça l'objectif.
C'est alors une passion ?
C'est plus qu'une passion pour moi. Je suis tombé, un peu comme le personnage d'Obélix (dans Astérix) dans la fameuse marmite de la potion magique. Je n'en suis plus jamais sorti. Je suis un grand lecteur de bd, un collectionneur d'albums. Et aujourd'hui, je suis comblé, parce que non seulement l'amateur de bd continue à s'intéresser à cet art, mais aussi parce qu'il a, en outre, la possibilité de le faire porter à travers la publication d'albums.
Que peut-on dessinée dire de la bande algérienne ?
Il y avait une culture de la bd notamment dans les années 1970 et 1980. Il y avait un vrai public de bande dessinée : la revue m'qidech était tirée à 5 000 exemplaires en français et 20 000 en arabe. Et la revue disparaissait au bout de quelques semaines des kiosques. Il y avait alors un lectorat pour bd. Il y avait un lectorat pour les albums. Et ceux-ci étaient disponibles dans les librairies et kiosques. Il y avait un lectorat qui pouvait aller à la rencontre de ses personnages préférés. Malheureusement, et comme pour tout le reste, c'est-à-dire pour toutes les autres formes d'expression artistiques, il y a eu une coupure dans les années 1990 due, à ce qui s'est passé dans notre pays durant les mêmes années.
Les générations qui sont venues après n'avaient pas accès à la bd alors, parce que les livres de bandes dessinées avaient cessé d'exister dans les librairies.
Et quel constat peut-on faire aujourd'hui ?
Aujourd'hui, je m'aperçois notamment à travers le festival international de la bande dessinée d'Alger qui traduit l'engouement des jeunes pour la bd, que le fil qui a été rompu est en train d'être renoué.
Il suffit de mettre les supports en place : des revues de bd, plus de rencontres, plus de publication d'albums de bd, et les mettre à des prix abordables et, donc, à la portée du plus grand nombre de lecteurs.
l L'Algérie était, dans les années 1970 et 1980, pionnière et à l'avant-garde des pays arabes et africains. Le produit était de qualité. Mais les choses ont tourné court. «On a régressé», dira Lazhari Labter, et de reprendre : «Aujourd'hui, on ne peut pas parler de bande dessinée, mais de quelques productions. La bande dessinée algérienne est à venir.»
Cela revient à dire qu'actuellement, on parle seulement de tentatives, de nouvelles expériences. «Il y a des prémices et des audaces, mais il n'y a pas de bande dessinée au sens où on l'entend en France ou en Italie ou dans d'autres pays où le 9e art est développé», dit-il.
Et d'enchaîner : «Oui, j'ai l'espoir d' une renaissance. S'il n'y avait pas l'espoir, je ne me serai jamais lancé et aventuré à publier des albums. L'espoir y est. C'est réel, et ce à la base de tendance qu'on voit dans la société, de regain d'intérêt pour le 9e art, il y a des éditeurs qui publient des albums. Il y a quelque chose qui bouge.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.