L'Emir de l'Etat du Qatar entame une visite officielle en Algérie    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    21 manifestants condamnés à 50 000 DA d'amende    "Halte aux pratiques liberticides !"    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    Le Targui    Le NAHD récupère l'argent du transfert de Touggaï et de Zerdoum    La mobilisation se poursuit à Montréal    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    Le geste honorable du groupe Cevital    Bordj Bou-Arréridj : le P/APC d'El-Main devant le juge d'instruction    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Sonatrach : Acquisition de trois méthaniers    Nationalisation des hydrocarbures: nécessité de réaliser la sécurité et la transition énergétique    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    Epidémie de coronavirus : L'angoisse gagne la planète    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    Promotion des droits et des libertés: contrôler l'application de la justice constitutionnelle dans la vie publique    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Objectif : La relance du cinéma algérien    Noureddine Khaldi nouveau DG des Douanes    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Bouira: Les céréales et l'intérêt des analyses des sols    24 harraga arrêtés à Skikda    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    Baisse significative de la participation aux législatives    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chacun, selon ses moyens
Publié dans Info Soir le 13 - 02 - 2010

Romantisme n La Saint-Valentin est considérée par la plupart des adolescentes et adolescents, comme un jeu sentimental. Quand il s'agit d'une affaire de cœur, le monde vibre...
Des milliers d'Algériennes et d'Algériens, jeunes et moins jeunes, fêtent la Saint- Valentin qui coïncide avec le 14 février de chaque année sans pour autant chercher trop à connaître son origine.
Bien que cette fête soit étrangère à nos coutumes et traditions arabo-musulmanes, elle commence petit à petit, à s'imposer dans un monde où les mentalités ont complètement changé.
Contrairement aux anciens qui ne connaissaient même pas l'existence de cette fête, la génération d'aujourd'hui en est imprégnée, et ce, depuis quelques années déjà. A la veille de cet événement, la fièvre monte d'un cran, les jeunes gens et jeunes filles partent à la quête du cadeau désiré dans les rues, dans les quartiers où de tas de petits articles liés à cette fête sont proposés à des prix alléchants.
Ils se rendent aussi dans les boutiques et dans les magasins, dans le souci de tomber sur quelque chose qui pourrait plaire à la personne à laquelle est destiné le présent. Comme ailleurs à travers le monde, la Saint-Valentin est un jour marqué par une ambiance bien particulière : certaines personnes offrent des fleurs rouges, les couples amoureux se congratulent et échangent des SMS, de petits mots doux ainsi que des cadeaux, le tout dans un souci de bien entretenir et faire avancer leur relation amoureuse ou amicale.
Ce jour-là, les jeunes et les couples partagent aussi beaucoup de plaisir et de joie et à chacun sa façon de faire : les moins nantis se contentent d'un petit geste qui ne leur coûte pas grand-chose, celui d'offrir à leur tendre et chère une rose rouge.
D'autres qui préfèrent plutôt le prestige, dépensent nettement plus pour acheter des cadeaux de valeur partant du principe que la fête ce n'est pas tous les jours.
Interrogée sur le sujet, Liliane, une jeune fille à la fleur de l'âge, qui habite un quartier huppé d'Alger, nous dit : «Mon amoureux m'a offert pour la Saint-Valentin un beau bracelet en or, ce n'est pas tout, il m'a aussi invitée au cinéma, et à la fin de la journée il m'a raccompagnée chez moi».
Farid, la trentaine, cadre dans une entreprise publique, nous dit qu'il a l'habitude de célébrer cette fête par un dîner en tête à tête, dans un restaurant luxueux avec sa fiancée. Quant à son collègue, Ali, il nous confie : «Moi, je compte cette année emmener ma future fiancée dans un endroit romantique et, bien sûr, à la fin de la journée, elle ne rentrera pas les mains vides chez elle».
«La Saint-Valentin est prohibée par la religion, qui tolère uniquement deux fêtes religieuses l'Aïd El-Fitr et l'Aïd El-Adha, s'indigne, Amar, ancien journaliste photographe. «Quand on est amoureux, on est censé l'être toute l'année, faut-il instaurer une fête pour le rappeler ? Et puis l'amour est un sentiment noble qu'on partage et qu'on perçoit, on n'a pas besoin de le prouver par une rose ou un cadeau symbolique», estime, pour sa part, Amina, étudiante à Bab Ezzouar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.