LDC : Ca passe pour Liverpool et Naples !    Un mardi édifiant à Alger    L'Algérie achève la 1e étape de sa stratégie de déploiement du réseau de fibre optique    Hamel, Haddad, Ouyahia et Sellal de nouveau devant le juge    Alger: plus de 2000 logements au profit des habitants des bidonvilles et des bâtisses menaçant ruine    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    PORTES OUVERTES ‘'CNAC - ANSEJ'' : Des opportunités pour les porteurs de projets    Biskra: une marche pacifique de soutien à la présidentielle    PRESIDENTIELLE : Report de toutes les compétitions sportives    TAMANRASSET : Le vote se déroule dans des conditions normales    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Nouvelle-Zéllande: manifestation à Christchurch contre le pillage du phosphate en provenance du Sahara occidental    La Cour des comptes a produit 936 rapports de contrôle en 2017    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Interdiction des appareils énergivores    La Laddh appelle les Algériens à rester pacifiques    Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Fin de saison pour Youcef Atal    La Fifa veut «clarifier les conséquences»    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    11 Décembre 1960, Belcourt, allume le feu de la liberté    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Les jeunes Algériens se méfient des partis islamistes    Nâama : démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    APN : adoption des projets de lois relatifs à la Recherche scientifique et aux Radiocommunications    Mobilisation sur fond de grève générale à Béjaïa    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    JSK-MCO (16H) au stade du 1er Novembre : El Hamri en quête d'un exploit à Tizi Ouzou    L'alliance gagnante entre l'OPEP et la Russie    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Axe Aïn El Turck-Bousfer: Un mort et trois blessés graves dans un accident    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    MC Alger: Le Doyen victime de conflits d'intérêts    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    «Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Le ministre des Finances, Mohamed Loukal affirme : "Le statut de 1950 salariés des contrats de pré-emploi sera réglé"    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Musique / Hadj M'rizek
Hommage à l'enfant de la Casbah
Publié dans Info Soir le 14 - 02 - 2010

Célébration n L'association culturelle les Amis de la Rampe Louni-Arezki a commémoré, hier, à la salle Ibn Zeydoun, le 55e anniversaire du décès de Hadj M'rizek, l'un des maîtres de la chanson chaâbie.
Une communication dans laquelle les intervenants sont revenus sur la vie et le parcours musical de Hadj M'rizek, a marqué cette journée commémorative à laquelle se sont ajoutés la projection d'un documentaire racontant en images iconographiques (des photographies collectées par l'association auprès des proches du défunt), des témoignages décrivant l'homme et la personnalité de Hadj M'rizek.
Placée sous le signe de «Hadj M'rizek, une légende et une œuvre ressuscitées, un legs et un repère pour la jeunesse», cette journée commémorative, la première depuis la disparition de l'artiste, a été aussi marquée par un récital de poèmes ainsi que par une interprétation des chants du répertoire de l'artiste par les lauréats du 1er Prix des festivals de la chanson chaâbie des éditions 2006 à 2009.
Plus tard, dans la soirée, Abdelkader Chercham, l'une des figures emblématiques de la chanson chaâbie, a clôturé la journée commémorative, par un récital musical qu'il a, d'ailleurs, animé avec beaucoup d'authenticité. Cet élève de Hadj M'hamed El Anka a admirablement repris les titres le plus connus de Hadj M'rizek Cette initiative a pour but de «faire revivre la mémoire de Hadj M'rizek et aussi de faire sortir de l'oubli l'œuvre de cet enfant de la Casbah», dira Lounès Aït Aoudia, l'un des organisateurs de cette manifestation, et d'ajouter : «Cette commémoration s'inscrit dans le cadre de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.»Ainsi, s'exprimant sur l'artiste, Abdelkader Bendamèche, musicologue et commissaire du Festival de la chanson chaâbie, a fait savoir que «Hadj M'rizek a apporté du nouveau au genre hawzi dans l'interprétation, qui lui est propre, tout en lui gardant son authenticité», et d'ajouter : «Son œuvre a été relevée par deux qualités artistiques essentielles : il s'agit de la clarté de l'expression verbale ainsi que son sens inné du rythme.»Pour sa part, la fille de Hadj M'rizek, qui avait 5 ans lorsque son père disparaissait, a qualifié cette initiative, une première du genre après 55 ans, comme celle de la résurrection.
Elle a fait savoir, en outre, qu'elle est en train d'entreprendre l'écriture d'un livre sur la vie et le parcours de son père, «un des rares auteurs compositeurs de son temps qui avait fait de la résistance à sa manière».
l Né en 1912 à la Casbah, Hadj M'rizek – de son vrai nom Arezki Chaïeb – avait, dès son jeune âge, un penchant particulier pour la musique. Il s'y était intéressé en y mettant sa foi et sa sensibilité. Il avait appris à jouer de la percussion (tar et derbouka) et aussi à chanter : d'abord le chaâbi, ensuite le hawzi. Il animait des fêtes familiales de la Casbah. Hadj M'rizek n'allait pas tarder alors à former son propre orchestre. Plus tard, son interprétation unique et son talent exceptionnel lui ont valu l'enregistrement, dans les années 1930, de ses premiers disques – des 78 tours avec notamment les titres Naoui nchallah entoub, Ya Rabi Sahali mara, Ali R'ssol El Had et Qom Essaqi. Hadj M'rizek, dont le parcours était jalonné de récitals et d'enregistrements, mourut dans la nuit du 11 au 12 février 1955, à l'âge de 43 ans, et fut enterré au cimetière d'El-Kettar (Alger). Hadj M'rizek, et compte tenu de son parcours et en particulier de son œuvre, se présente comme une mémoire qu'il est indispensable d'entretenir et un patrimoine immatériel qu'il faut sauvegarder et transmettre aux jeunes et aux générations futures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.