Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En hommage à Aïcha Haddad
Concours de la meilleure peinture
Publié dans Info Soir le 26 - 01 - 2011

Initiative n L'établissement Arts et Culture organise, dans sa 5e édition, le concours de la meilleure peinture : le Grand Prix Aïcha-Haddad.
«Ce concours est, comme chaque année, ouvert à tous les amoureux de la peinture. Il s'adresse à tous les artistes algériens», soulignent les organisateurs.
«Chaque participant, expliquent-ils, doit présenter trois œuvres au maximum sans limitation de format et sans thème précis. Le dépôt des œuvres devra se faire avant le 25 février 2011 au niveau de la Galerie d'arts sise au 84 rue Didouche-Mourad, Alger. La remise des prix se fera le 8 mars 2011 coïncidant avec la célébration de la Journée mondiale de la femme.»
Les organisateurs expliquent l'importance de ce concours en déclarant : «C'est une façon de promouvoir la peinture à travers notamment de jeunes talents. Notre souci est de découvrir et de soutenir la jeune création.» Ce concours est également «un hommage à la plasticienne Aïcha Haddad, l'une des doyennes de la peinture algérienne, qui a marqué son histoire, auprès de Baya et d'autres femmes peintres».
Ainsi, l'établissement Arts et Culture s'emploie chaque année à rendre un hommage à la carrière et à l'engagement de l'artiste au service de l'art algérien et ce, par le biais de ce concours qui vient récompenser la meilleure peinture féminine. En effet, Aïcha Haddad, dont une salle du Musée National des Beaux-Arts d'Alger porte aujourd'hui le nom, a marqué, autant par son charisme que par son dynamisme artistique, c'est-à-dire par sa sensibilité créatrice, la peinture algérienne, notamment auprès des jeunes générations d'artistes peintres. C'était une artiste prolifique, regorgeant d'imagination et de vitalité, à l'inspiration sans cesse renouvelée ; elle ne s'arrêtait jamais de travailler, de créer ; elle composait des peintures, parfois des objets d'arts (sculptures et collage). Son œuvre plastique est à la fois figurative et impressionniste, abstraite aussi, le tout s'insérant dans la dynamique d'un art résolument moderne. Son art était aussi bien créatif qu'authentique, particulièrement élégant, carrément vivant et d'une grande sensibilité. Un art subtil, à forte charge émotionnelle et très original.
L'originalité de son œuvre picturale va porter à la fois sur la facture et le matériau utilisé (toile, bois, métal, clés, CD, sabliers, montres…) pour traiter divers sujets qui, pour la plupart classiques, semblent occuper le centre de son inspiration (paysages de bords de mer, désert à Ghardaïa, portraits aux visages rêvés de femmes kabyles, de guerriers touareg, et les cavalcades ancestrales...). Elle s'intéresse aussi à la condition humaine.
La particularité d'Aïcha Haddad consiste en cette harmonie de travailler la matière : elle s'attache à l'expression et la sensation du mouvement et de la couleur au point d'absorber le sujet dans l'abstraction des structures. Elle en livrait des œuvres dépouillées et au message universel.
En somme, Aïcha Haddad avait fait de sa peinture un langage. Elle ne s'exprimait qu'à travers son art dans lequel elle déployait toute sa créativité.
Aïcha Haddad est née à Bordj Bou-Arréridj en 1937. En 1954, alors étudiante infirmière et âgée à peine de 17 ans, elle sera l'une des premières femmes à rejoindre les rangs de l'ALN (Armée de Libération Nationale). En 1956, au terme de ses études, elle rejoindra le maquis et participera au Congrès de la Soummam. Elle sera arrêtée par l'armée coloniale puis internée pendant plus de quatre ans.En 1962, à sa libération, elle s'installe à Alger et entame des études d'art dans la classe de Camille Leroy, à la Société des Beaux Arts d'Alger. A partir de 1966 et jusqu'en 1988, Aïcha Haddad poursuit une longue carrière dans l'enseignement des arts plastiques au Lycée Omar-Racim d'Alger. De 1983 à 1988 elle occupe le poste d'inspectrice de l'Education nationale. En 1972, sa première œuvre présentée dans le cadre d'une exposition collective à l'ex-Galerie des Quatre-Colonnes à Alger est primée au Concours de la Ville d'Alger. Parallèlement à sa vocation d'enseignante, elle mène une vie de femme engagée dans le milieu artistique algérien et devient en 1973, membre de l'Union nationale des arts plastiques (Unap) et en 1975, membre de l'Union générale des peintres arabes (Ugpa).
Entre 1974 et 2002, se succéderont expositions personnelles et collectives tant en Algérie qu'à l'étranger. En 2005, Aïcha Haddad nous quitte, elle nous laisse une œuvre magistrale, inégalée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.