Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Rezak
Un artiste éclectique
Publié dans Info Soir le 29 - 03 - 2004

Portrait Il milite pour réformer et rénover l?espace théâtral en apportant au théâtre algérien une nouvelle scénographie, d?autres réflexions.
C?est dans une ambiance conviviale, autour d?une tasse de café ou de thé, que s?est tenue, à la Bibliothèque nationale d?El-Hamma, la seconde édition du café théâtre, une rencontre animée par Ahmed Rezak, qui a parlé de son expérience et de sa vision du théâtre.
Cette rencontre, initiée conjointement par la Bibliothèque nationale et l?Institut national d?arts dramatiques, entre dans le cadre de la célébration de la Journée internationale du théâtre (27 mars).
Ahmed Rezak a avoué sa passion pour les arts plastiques. «J?aime l?expression picturale. Je voulais suivre une formation dans le domaine, mais j?ai fini par choisir l?art dramatique», a-t-il confié. Et d?ajouter : «J?ai choisi le théâtre parce qu?il est le père de tous les arts, puisqu?il rassemble l?écriture, la scénographie, les arts plastiques et bien d?autres expressions artistiques comme la chorégraphie. Il m?arrive de peindre et j?ai à mon actif une exposition.» En effet, Ahmed Rezak se livre à l?expression plastique, mais aussi exerce la scénographie ; il a écrit et mis en scène diverses pièces théâtrales.
Ahmed Rezak explique son choix de la scénographie : «La scénographie m?a permis d?appréhender, de connaître l?espace.» Et d?ajouter : «L?art de la scénographie est l?étude, le découpage de la scène. La scénographie est la création d?un milieu, la mise en scène d?un univers, avec son décor et ses sujets. Et pour réussir une meilleure scénographie, il est clair que la scène doit être étroitement liée au public.»
Par ailleurs, A. Rezak a appelé à renouveler la scénographie, telle qu?elle est exercée dans le théâtre algérien, selon les anciennes formules. Il a dit : «Il faut repenser la scénographie, en pensant à d?autres formes spatiales, avec de nouvelles méthodologies et une réflexion nouvelle. Et il ne faut plus se référer au théâtre institutionnalisé.»
Ahmed Rezak entend par «théâtre institutionnalisé» un théâtre étatique, soumis à la tutelle. Il prône un théâtre indépendant qui donnerait libre cours à l?expression théâtrale dans ses différents aspects, sans contrainte ni retenue.
«Je suis pour une Algérie de demain. Il faut innover, chercher d?autres formes d?esthétique. Il faut laisser la nouvelle génération s?exprimer selon ses propres visions et ses aspirations individuelles. Il ne faut pas la cantonner dans un moule ou se limiter à mettre en scène seulement ce qui a été déjà fait. Il faut écrire d?autres textes, créer d?autres scènes.»
En outre, Ahmed Rezak se désole du manque de structure à même d?accueillir les représentations théâtrales. A ce sujet, il dit : «Le théâtre n?existe pratiquement que dans les grandes villes. Quant aux autres, notamment dans les régions du Sud, elles n?ont pas de théâtre. Les populations de ces régions reculées n?ont jamais vu une représentation théâtrale. Pour certains, ils ne savent pas ce qu?est un théâtre. Il faut qu?il y ait une politique favorisant l?extension du théâtre à tout le territoire national.»
Ahmed Rezak est diplômé d?enseignement supérieur en arts dramatiques, spécialité scénographie. Son expérience professionnelle est tant riche qu?éclectique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.