Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Rezak
Un artiste éclectique
Publié dans Info Soir le 29 - 03 - 2004

Portrait Il milite pour réformer et rénover l?espace théâtral en apportant au théâtre algérien une nouvelle scénographie, d?autres réflexions.
C?est dans une ambiance conviviale, autour d?une tasse de café ou de thé, que s?est tenue, à la Bibliothèque nationale d?El-Hamma, la seconde édition du café théâtre, une rencontre animée par Ahmed Rezak, qui a parlé de son expérience et de sa vision du théâtre.
Cette rencontre, initiée conjointement par la Bibliothèque nationale et l?Institut national d?arts dramatiques, entre dans le cadre de la célébration de la Journée internationale du théâtre (27 mars).
Ahmed Rezak a avoué sa passion pour les arts plastiques. «J?aime l?expression picturale. Je voulais suivre une formation dans le domaine, mais j?ai fini par choisir l?art dramatique», a-t-il confié. Et d?ajouter : «J?ai choisi le théâtre parce qu?il est le père de tous les arts, puisqu?il rassemble l?écriture, la scénographie, les arts plastiques et bien d?autres expressions artistiques comme la chorégraphie. Il m?arrive de peindre et j?ai à mon actif une exposition.» En effet, Ahmed Rezak se livre à l?expression plastique, mais aussi exerce la scénographie ; il a écrit et mis en scène diverses pièces théâtrales.
Ahmed Rezak explique son choix de la scénographie : «La scénographie m?a permis d?appréhender, de connaître l?espace.» Et d?ajouter : «L?art de la scénographie est l?étude, le découpage de la scène. La scénographie est la création d?un milieu, la mise en scène d?un univers, avec son décor et ses sujets. Et pour réussir une meilleure scénographie, il est clair que la scène doit être étroitement liée au public.»
Par ailleurs, A. Rezak a appelé à renouveler la scénographie, telle qu?elle est exercée dans le théâtre algérien, selon les anciennes formules. Il a dit : «Il faut repenser la scénographie, en pensant à d?autres formes spatiales, avec de nouvelles méthodologies et une réflexion nouvelle. Et il ne faut plus se référer au théâtre institutionnalisé.»
Ahmed Rezak entend par «théâtre institutionnalisé» un théâtre étatique, soumis à la tutelle. Il prône un théâtre indépendant qui donnerait libre cours à l?expression théâtrale dans ses différents aspects, sans contrainte ni retenue.
«Je suis pour une Algérie de demain. Il faut innover, chercher d?autres formes d?esthétique. Il faut laisser la nouvelle génération s?exprimer selon ses propres visions et ses aspirations individuelles. Il ne faut pas la cantonner dans un moule ou se limiter à mettre en scène seulement ce qui a été déjà fait. Il faut écrire d?autres textes, créer d?autres scènes.»
En outre, Ahmed Rezak se désole du manque de structure à même d?accueillir les représentations théâtrales. A ce sujet, il dit : «Le théâtre n?existe pratiquement que dans les grandes villes. Quant aux autres, notamment dans les régions du Sud, elles n?ont pas de théâtre. Les populations de ces régions reculées n?ont jamais vu une représentation théâtrale. Pour certains, ils ne savent pas ce qu?est un théâtre. Il faut qu?il y ait une politique favorisant l?extension du théâtre à tout le territoire national.»
Ahmed Rezak est diplômé d?enseignement supérieur en arts dramatiques, spécialité scénographie. Son expérience professionnelle est tant riche qu?éclectique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.