La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Bmpj lors de descentes nocturnes
Virée dans l'Algérois avec la BRB
Publié dans Info Soir le 09 - 08 - 2011

Détermination n Avec des Nissan, du matériel sophistiqué et autres armes et outils, les éléments de la BRB s'engagent à «remettre de l'ordre dans le coin».
Il est 19 h. Commissariat de la division Ouest de la DGSN, à Chateauneuf, à Alger. Les éléments de la BRB (Brigade de répression du banditisme) de la brigade mobile de la police judiciaire sont prêts pour une patrouille quotidienne.
Avec quatre Nissan, les policiers s'engagent à «remettre de l'ordre dans le coin». Destination la Madrague, à l'Ouest d'Alger. Cette station balnéaire, avec son paysage féerique est connue pour avoir été, dans un passé pas très éloigné, le fief, sinon le bastion de la délinquance.
«Non, RAS (rien à signaler), c'est tranquille maintenant à la Madrague», nous dira Fathi, un élément de cette brigade assis à nos côtés dans l'une des quatre Nissan déployées pour la descente. Arrivés aux Dunes, c'est bouchonné. Finalement, même la police est prise au piège des embouteillages. Se frayer un chemin même avec les gyrophares n'est pas une mince affaire.
La grand bleue fait enfin son apparition, on est à la fameuse Madrague. En ce dimanche soir, veille du mois de carême, ce beau site grouille de monde. Les familles se ruent sur la Plage artificielle, la plage de Jeunes et la Piscine de la cité pour en profiter en ce dernier jour. «On est là pour assurer non seulement la sécurité des citoyens et des biens, mais pour sécuriser et rassurer durablement le citoyen», rétorque M. L., chef de la patrouille.
A la Madrague, il faut dire que l'insécurité avait, à une époque, atteint son paroxysme, d'où la nécessité pour la DGSN de renforcer ses rangs. «Les familles se rassurent en constatant notre présence, et vice-versa, les délinquants se retranchent dans leurs terriers quand la police est là», assure M. L., chef de la patrouille.
Les fléaux sociaux sont légion à la Madrague. On trouve des stupéfiants de tous genres, de l'alcool, hchicha… La délinquance sous toutes ses formes, règnait jadis ici même.
Mais aujourd'hui, le calme est revenu. «Nous avons mis hors d'état de nuire tous ceux qui sévissaient à la Madrague», affirmera Fateh.
Les Nissan 4/4 stationnent à l'esplanade de la plage, les policiers débarquent et la virée commence. Une fois les instructions données par l'officier Mokhtari Brahim, officier de la brigade, commence la patrouille.»
«Qu'est-ce qu'il y a encore», murmure un jeune qui regardait la «parade» impressionnante de la descente. Il faut dire que le nombre relativement important des éléments de la police s'il donne une certaine assurance à certains, «gêne» considérablement d'autres, et même les inquiète.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.