Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrôle technique automobile
13 agences fermées en 2011
Publié dans Info Soir le 04 - 01 - 2012

Sanction - 56 contrôleurs ont vu leur agrément retiré provisoirement (deux ou trois mois) durant l'année 2011, dont un à titre définitif et un autre a fait l'objet d'un avertissement.
Ces chiffres ont été communiqués, ce matin, par le directeur général de l'Etablissement national du contrôle technique automobile (Enacta), Abdallah Leghrieb. Le nombre des agences de contrôle technique fermées en 2011, à savoir 13, est en légère hausse.
En 2010, une dizaine ont été fermées, selon ce même responsable. Concernant les infractions commises par ces agences, M. Leghrieb, qui intervenait sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, a expliqué qu'il s'agit de contrôle de complaisance (pour les retraits définitifs), et de non-respect des cahiers des charges (pour les retraits provisoires). «Nous sommes conscients que ce n'est pas encore parfait, nous y travaillons.
Ces agences sont contrôlées et suivies de façon régulière, aussi bien par les éléments de l'Enacta que par les directions de transport des wilayas, et ce, depuis la décentralisation de la gestion de ces agences par le ministère», a souligné l'invité de la Radio nationale. «Pour procéder aux retraits d'agrément, explique le directeur de l'Enacta, il y a deux types de contrôles, le premier est le contrôle inopiné : les éléments de l'Enacta ont un programme pour procéder au contrôle de ces agences. Ils essayent de relever les anomalies, ceci est le contrôle sur site. Il y a un autre type de contrôle, qui se fait a posteriori. Les agences sont obligées de déposer chaque fin de mois les doubles des procès-verbaux au niveau de l'Enacta.
Donc, même si une agence n'a pas été contrôlée sur site, il y a une équipe qui contrôle les procès-verbaux au niveau de l'Enacta. Et s'il y a une anomalie, une demande d'explication est adressée à l'agence, et en fonction des éléments de réponse, on décidera de la conduite à tenir», a-t-il détaillé. Interrogé, par ailleurs, sur le lien entre les accidents de la circulation et la vétusté des véhicules, le directeur général de l'Enacta a estimé que parler de 30% des accidents de la circulation qui sont imputés à la vétusté des véhicules «est une aberration».
«Ces chiffres sont infondés. La part de l'état du véhicule dans les accidents de la circulation est de 2 à 3%, voire 5% dans le pire des cas», a-t-il dit. S'agissant du nombre de véhicules retirés de la circulation depuis l'institution du contrôle technique automobile en 2003, l'invité de la radio nationale a indiqué qu'il s'élève à 208 746. «Il y a également 480 998 véhicules qui ont été soumis à une contre-visite. Cela nous donne un total de 689 744 véhicules qui ont été retirés partiellement ou complètement de la circulation, en raison de leur dangerosité.» a-t-il précisé.
Sur les 208 746 véhicules retirés de la circulation, les véhicules légers sont les plus concernés, suivis par les véhicules légers et lourds de transport de marchandises, et les véhicules de transport en commun. «Il y a encore des véhicules en circulation qui pourraient présenter un danger», a relevé ce responsable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.