Belkecir risque le peloton d'exécution    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    Covid-19: 495 nouveaux cas, 364 guérisons et 11 décès    Quatre walis testés positif au coronavirus    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Installation du nouveau président de la Cour de justice de Constantine    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE DES MOSQUEES ET DES PLAGES : La wilaya d'Alger fixe le nombre    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Nouvelle initiative de l'opposition et de la société civile    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Approbation des propositions des ligues régionales    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hospitalisation à domicile
La bonne formule
Publié dans Info Soir le 23 - 01 - 2012

Se soigner à domicile sous l'œil vigilant d'une équipe spécialisée tout en étant entouré de l'amour et de l'affection des siens, c'est possible, grâce à l'HAD, (service de l'hospitalisation à domicile). Malgré le manque de moyens, ce service relevant de l'hôpital de Birtraria apporte aide et assistance à nombre de malades, dans un climat de confiance, de chaleur et de convivialité.
Le service de l'Hospitalisation à domicile (HAD) de Birtraria est une bouée de sauvetage, un espoir pour le patient et pour sa famille. Pouvoir garder sa grand-mère, son grand-père ou un proche chez soi, entouré de la tendresse de ses enfants, tout en étant sous la surveillance du service de l'hôpital et des médecins, est une aubaine pour le patient. L'hospitalisation à domicile est une expérience qui a été lancée en Algérie en novembre 1999 par le secteur sanitaire de Birtraria en collaboration avec l'APC d'El Biar.
Cette opération a été chapeautée par le service interne du professeur Brouri. L'objectif est d'écourter ou d'éviter une hospitalisation ou une réhospitalisation, éduquer le patient et son entourage, prévenir toute aggravation de son état, accompagner le patient et son entourage dans la maladie et participer à la restructuration du système de santé dans le cadre de l'économie de ce système. L'hospitalisation à domicile reste un choix du patient et de ses proches.
Elle n'est pas imposée. Elle est proposée avec l'accord du médecin traitant quand elle est médicalement possible et socialement préférable. Le médecin prescripteur établit le protocole des soins. Comment se passe cette hospitalisation ? Après évaluation des besoins nécessaires (aide ménagère, matériel, soins infirmiers), le malade poursuit ses soins chez lui avec l'assistance d'équipes médicales et paramédicales qui, comme à l'hôpital, assurent sa surveillance. Selon les structures, l'hôpital ou le médecin traitant assurent la direction des soins et la prescription des médicaments.
Ces derniers sont fournis par l'hôpital et comptés dans le prix de la journée ou directement achetés en pharmacie et remboursés par la voie habituelle.
Le développement de l'HAD apparaît aujourd'hui comme un objectif majeur de santé publique, correspondant à une réelle demande des patients et de leur entourage et constituant l'un des éléments essentiels de la modernisation nécessaire du dispositif sanitaire. Intérêt humain, intérêt médical, intérêt économique, tout concourt aujourd'hui au développement d'une telle alternative. «Elle permet d'hospitaliser dans leur contexte familial les patients dont l'état de santé nécessite un ensemble de soins médicaux et paramédicaux, nécessairement coordonnés, analogues à ceux dispensés en hospitalisation complète», affirme le docteur Kadri, premier responsable de l'unité HAD de l'établissement hospitalier Djilali-Belkhenchir (ex-Birtraria). Si ce type d'hospitalisation existe depuis 1999, c'est seulement en 2003 qu'un arrêté ministériel portant sur la création, l'organisation et le fonctionnement du dispositif de l'hospitalisation à domicile, a «légalisé» son activité. En dépit du manque de moyens, l'expérience est à saluer. Les autres secteurs sanitaires devraient aussi réfléchir à cette expérience.
La formule devra être aussi améliorée, voire enrichie. Les soins requis sont de trois types : les soins ponctuels destinés à des patients ayant une pathologie stabilisée ; les soins continus, destinés à des patients ayant une pathologie évolutive et les soins de réadaptation, destinés à des patients pris en charge pour une durée déterminée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.