Prix Nobel d'économie 2018 : tendances et espoirs    Sommet de l'Alliance présidentielle aujourd'hui    La direction du FFS poursuit sa purge    Bye-bye Monsieur le Président !    Le Salon international du bâtiment ouvert à Constantine    Cap sur l'exploration    Pas plus de 4 minutes en consultation !    Kashoggi, de placard en placards    Belle opération du WA Tlemcen    Ça nous tuerait !    Les Mouloudéens pansent leurs plaies    Malgré l'instruction de Benghabrit    Les étudiants contestent «les choix incohérents» de la plateforme numérique    3es journées médico-chirurgicales à Aïn-Témouchent    Pourquoi eux et à ce moment précis de l'histoire ?    Ratage    L'étude technique en phase d'achèvement: Entrée en vigueur du nouveau plan de circulation début 2019    Incidents à l'issue du match CABBA-MCA: Envahissement de terrain et des blessés à Bordj Bou Arreridj    Une décision anti-palestinienne occultée par le scandale de l'assassinat de Khashoggi    Plénière de validation de la vacance du poste de président de l'APN: Un report et des interrogations    Développement du tourisme: Que d'occasions ratées !    Tissemsilt: 17 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Annaba: Quelle gestion pour les déchets ?    Autorité de régulation de la presse écrite: «Tout est prêt» pour sa mise en place    Violence dans les stades: Passivité et impunité envers les instigateurs    Où est le bout du tunnel ?    Tlemcen: Imams contre groupes radicaux    Bouteflika rappelle le droit des médias à l'accès à l'information    Les volets sécuritaire et économique sont à l'ordre du jour    Rixe et mort de Khashoggi au consulat : Trump juge les explications de Riyad "crédibles"    «Pas moins de 60.000 unités de logement seront distribuées cette semaine»    Commerce : Près de 170 000 infractions constatées durant les 9 premiers mois    Effondrement d'un mur d'une bâtisse menaçant ruine    L'idéologie du dumper    L'école, la famille et les clubs responsabilisés    La nuisance des fake news    Baisse de 2,6% de la production industrielle    Bourses : Les places européennes finissent la semaine en ordre dispersé    Des idées et des propositions de réflexion pour relancer le secteur    Du théâtre-cabaret avec un assaisonnement italien    Le WAT rejoint le MCEE à la deuxième place    Palais de la culture «Moufdi Zakaria»    Sahara occidental: Six plaintes contre des groupes français    FFS: Un «changement de système par une approche consensuelle et pacifique»    France : Massacres d'Octobre 1961, contexte et jeux politiques    Sale temps pour les Al Saoud    Elections législatives en Afghanistan : Sous la menace des talibans    Expulsion de l'ambassadrice vénézuélienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dr Amar Aib* à Infosoir
«Nous avons un important retard à rattraper»
Publié dans Info Soir le 04 - 04 - 2012

Peut-on se fier exclusivement à la demande du patient dans la chirurgie esthétique ?
Dés le moment que la personne souffre psychologiquement elle a le droit de retoucher pour améliorer son état physique. Les patients sont consentants et conscients des risques. L'intervention est pratiquée après concertation avec d'autres médecins et un bilan complet sur l'état de santé de l'intéressé. Je pars donc avec tous les arguments possibles pour se prémunir de toutes complications. Il n'y a pas d'improvisation dans les techniques. La chirurgie esthétique est une discipline médicale qui engage le médecin envers son patient. Chaque patient est unique et une recommandation pour un patient ne s'applique qu'à lui seul.
Comment évaluez- vous le niveau de la chirurgie esthétique en Algérie comparativement à nos voisins ?
Nous avons un important retard à rattraper par rapport à nos voisins. Ce retard est essentiellement lié aux événements qu'a connus l'Algérie dans les années 90 ou de nombreux chirurgiens ont été forcés de quitter le pays pour s'installer à l'étranger. Et puis nous n'avons pas de chirurgie esthétique excessive aujourd'hui en Algérie telle qu'elle se présente en Europe. Elle est beaucoup plus réparatrice qu'esthétique. Il n'en demeure pas moins que nous avons des demandes même de la part de la communauté algérienne vivant à l'étranger pour des raisons financières notamment. Il faut savoir que le prix d'une intervention ici en Algérie coûte trois fois à quatre fois moins cher que les prix pratiqués de l'autre côté de la méditerranée et voir même chez nos voisins.
Parlez nous de votre clientèle et quelles sont les interventions les plus demandées ?
Mes clients sont âgés entre 20 et 67 ans La gente féminine est beaucoup plus importante que les autres catégories. Nous sommes pour la plus part du temps sollicités pour des interventions réparatrices. Les femmes se présentent après plusieurs grossesses pour des lipo-aspiration ou des plasties abdominales. Les demandes restent toutefois variées bien que les moyens et les appareillages sont difficiles à acquérir. Je vous donne l'exemple des prothèses mammaires que nous sommes obligés de nous déplacer à l'étranger pour les importer faute d'organisme spécialisé. L'absence d'un tel organisme est un grand problème qui enfreint le développement de la chirurgie esthétique en Algérie. Pourtant, que ce soit pour ces prothèses ou autres produits nous avons besoin d'assurer la traçabilité en cas de défaut de fabrication ou de leur interruption. Aujourd'hui les mentalités ont évolué et nous sommes contraints d'adhérer aux normes universelles.
Les frais de ce genre d'intervention semblent être bien au dessus du pouvoir d'achat de la plupart des algériens. Un commentaire.
Une consultation est obligatoire afin de déterminer le type d'intervention s'il y a lieu et suite à cela, déterminer les honoraires. Mais elle reste une chirurgie d'aisance, sachant qu' une simple lypo aspitation coûte en moyenne 150.000 Dinars tous frais compris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.