Le revers de trop    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    La justice "accélère" la cadence    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Les chantiers de la refondation du collectif Nabni / Chantier 2 - Rendre les urnes au Peuple Bâtir un système électoral zéro-fraude en moins de ...    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    Session extraordinaire le 4 mai    La date fixée au 21 juin    Ouyahia, la chute d'un dinosaure    Feu vert officiel pour la mise en service    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Grandiose 20 Avril à Tizi Ouzou    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie
Liban, otage de la crise ?
Publié dans Info Soir le 23 - 05 - 2012

Inquiétudes - Les affrontements entre pros et anti-syriens au Liban suscitent de grandes inquiétudes dans ce pays multiconfessionnels longtemps sous l'emprise de la Syrie.
Le 12 mai dernier, l'arrestation d'un islamiste sympathisant de la révolte syrienne met le feu aux poudres à Tripoli, la grande ville du Nord libanais : des accrochages entre sunnites anti-Assad et alaouites prosyriens font ensuite dix morts.
Un dignitaire sunnite critique de Damas est également tué par l'armée, provoquant des heurts entre pro et antisyriens à Beyrouth qui font deux autres morts. L'agence officielle libanaise ANI a en outre annoncé hier mardi l'enlèvement en Syrie d'un groupe de pèlerins chiites libanais par les rebelles. Cette annonce a poussé des milliers de personnes à manifester dans la banlieue sud, à majorité chiite, de Beyrouth pour demander la libération des pèlerins, bloquant plusieurs axes, notamment l'ancienne route menant à l'aéroport, avec des pneus en feu et des ordures. Hassan Nasrallah, le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, qui domine le gouvernement et appuie le régime syrien, a immédiatement appelé ses compatriotes à la retenue après cet enlèvement et les manifestations qu'elle a provoquées. «Je vous appelle tous à la retenue, personne ne doit se livrer à des actes individuels en bloquant des routes ou en commettant des violences», a-t-il martelé sur la chaîne de ce parti. «Des contacts ont été pris avec les autorités syriennes et avec d'autres pays influents dans la région pour assurer leur libération. Nous travaillerons jour et nuit pour que nos bien-aimés reviennent parmi nous», a encore assuré M. Nasrallah. A la lumière de ces évènements, le Liban est devenu l'otage du conflit dans la Syrie voisine après cette série d'incidents meurtriers impliquant des adversaires et des sympathisants du régime du président Bachar al-Assad, selon des experts. «Ces incidents ont transmis un message très clair : on peut faire exploser le Liban à tout moment. Le message a été reçu», affirme un professeur de sciences politiques à l'Université libanaise. Selon lui, «divisé entre pro et antisyriens, le Liban est devenu l'otage de la crise» qui secoue le pays voisin depuis 14 mois.
Selon les analystes, il existe un lien direct entre les violences au Liban et les récentes accusations des autorités syriennes de plus en plus irritées par le soutien aux rebelles syriens dans le nord du Liban, frontalier de la province de Homs. «Damas voit désormais une partie du Liban comme son ennemi», estime un professeur de sciences politiques à l'Université américaine de Beyrouth. L'ambassadeur syrien auprès des Nations unies, Bachar Jaafari, a affirmé récemment que «certaines régions du Liban proches de la frontière sont devenues un nid de terroristes d'Al-Qaïda et des Frères musulmans». Même l'ONU a indiqué avoir reçu des informations sur l'existence de trafic d'armes entre les deux pays et plusieurs personnes impliquées ont été arrêtées au Liban.
Libération imminente des pèlerins libanais
Le groupe de pèlerins chiites composé de 13 Libanais chiite enlevé dans la province d'Alep (Syrie), dans le nord de la Syrie, alors qu'ils revenaient dans leur pays après un pèlerinage en Iran, va être libéré «dans les prochaines heures», a assuré dans la nuit de mardi à mercredi le ministre libanais des Affaires étrangères. «D'après les informations qui m'ont été fournies par un pays arabe, les kidnappés seront libérés dans les prochaines heures», a affirmé le ministre. L'auteur de l'enlèvement est «une des factions de l'opposition syrienne armée», a indiqué le ministre. «Nous étions 36 femmes parmi le groupe de pèlerins», a raconté l'une des femmes pèlerins qui faisait partie du groupe enlevé arrivée hier à l'aéroport international de Beyrouth. «Après avoir traversé la frontière turco-syrienne, on a vu une voiture blanche dans laquelle se trouvait des hommes armés avec des kalachnikovs. Ils nous dit qu'ils voulaient nous protéger des bombardements de l'armée syrienne», ajoute-t-elle. «Puis ils ont menotté les hommes et les ont alignés au mur», se souvient-elle. La plupart des femmes interrogées par la presse sur place ont assuré que les hommes armés s'étaient identifiés comme «des membres de l'ASL». «Ils nous ont terrorisées», a dit une autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.