Brèves    On vous le dit    Coupe d'Algérie : CSC–MCO, nouvelle programmation    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Brèves    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    Association Sirius : Grand concours Cirta science 11    Un show diplomatique raté    L'Intersyndicale renoue avec la protesta: Grève les 26 et 27 février à l‘Education    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le comité central tranchera prochainement la participation du parti ou non à la présidentielle    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés à Oran et des armes saisies à Skikda    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Une délégation d'hommes d'affaires américains visite les unités du groupe Condor    Réalisation de plus de 190 km de câble fibre optique en 2018    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Bourses : L'Europe a bon espoir d'une résolution du conflit Chine-US    Formation professionnelle à Alger: Plus de 17 500 nouvelles places pédagogiques pour la session de février 2019    Un policier décède à Constantine    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Europa League : Chelsea et Naples gagnent à l'extérieur en 16e aller    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Sellal dévoile les grandes lignes    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Lutte antiterroriste.. Deux caches d'armes détruites    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie
Liban, otage de la crise ?
Publié dans Info Soir le 23 - 05 - 2012

Inquiétudes - Les affrontements entre pros et anti-syriens au Liban suscitent de grandes inquiétudes dans ce pays multiconfessionnels longtemps sous l'emprise de la Syrie.
Le 12 mai dernier, l'arrestation d'un islamiste sympathisant de la révolte syrienne met le feu aux poudres à Tripoli, la grande ville du Nord libanais : des accrochages entre sunnites anti-Assad et alaouites prosyriens font ensuite dix morts.
Un dignitaire sunnite critique de Damas est également tué par l'armée, provoquant des heurts entre pro et antisyriens à Beyrouth qui font deux autres morts. L'agence officielle libanaise ANI a en outre annoncé hier mardi l'enlèvement en Syrie d'un groupe de pèlerins chiites libanais par les rebelles. Cette annonce a poussé des milliers de personnes à manifester dans la banlieue sud, à majorité chiite, de Beyrouth pour demander la libération des pèlerins, bloquant plusieurs axes, notamment l'ancienne route menant à l'aéroport, avec des pneus en feu et des ordures. Hassan Nasrallah, le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, qui domine le gouvernement et appuie le régime syrien, a immédiatement appelé ses compatriotes à la retenue après cet enlèvement et les manifestations qu'elle a provoquées. «Je vous appelle tous à la retenue, personne ne doit se livrer à des actes individuels en bloquant des routes ou en commettant des violences», a-t-il martelé sur la chaîne de ce parti. «Des contacts ont été pris avec les autorités syriennes et avec d'autres pays influents dans la région pour assurer leur libération. Nous travaillerons jour et nuit pour que nos bien-aimés reviennent parmi nous», a encore assuré M. Nasrallah. A la lumière de ces évènements, le Liban est devenu l'otage du conflit dans la Syrie voisine après cette série d'incidents meurtriers impliquant des adversaires et des sympathisants du régime du président Bachar al-Assad, selon des experts. «Ces incidents ont transmis un message très clair : on peut faire exploser le Liban à tout moment. Le message a été reçu», affirme un professeur de sciences politiques à l'Université libanaise. Selon lui, «divisé entre pro et antisyriens, le Liban est devenu l'otage de la crise» qui secoue le pays voisin depuis 14 mois.
Selon les analystes, il existe un lien direct entre les violences au Liban et les récentes accusations des autorités syriennes de plus en plus irritées par le soutien aux rebelles syriens dans le nord du Liban, frontalier de la province de Homs. «Damas voit désormais une partie du Liban comme son ennemi», estime un professeur de sciences politiques à l'Université américaine de Beyrouth. L'ambassadeur syrien auprès des Nations unies, Bachar Jaafari, a affirmé récemment que «certaines régions du Liban proches de la frontière sont devenues un nid de terroristes d'Al-Qaïda et des Frères musulmans». Même l'ONU a indiqué avoir reçu des informations sur l'existence de trafic d'armes entre les deux pays et plusieurs personnes impliquées ont été arrêtées au Liban.
Libération imminente des pèlerins libanais
Le groupe de pèlerins chiites composé de 13 Libanais chiite enlevé dans la province d'Alep (Syrie), dans le nord de la Syrie, alors qu'ils revenaient dans leur pays après un pèlerinage en Iran, va être libéré «dans les prochaines heures», a assuré dans la nuit de mardi à mercredi le ministre libanais des Affaires étrangères. «D'après les informations qui m'ont été fournies par un pays arabe, les kidnappés seront libérés dans les prochaines heures», a affirmé le ministre. L'auteur de l'enlèvement est «une des factions de l'opposition syrienne armée», a indiqué le ministre. «Nous étions 36 femmes parmi le groupe de pèlerins», a raconté l'une des femmes pèlerins qui faisait partie du groupe enlevé arrivée hier à l'aéroport international de Beyrouth. «Après avoir traversé la frontière turco-syrienne, on a vu une voiture blanche dans laquelle se trouvait des hommes armés avec des kalachnikovs. Ils nous dit qu'ils voulaient nous protéger des bombardements de l'armée syrienne», ajoute-t-elle. «Puis ils ont menotté les hommes et les ont alignés au mur», se souvient-elle. La plupart des femmes interrogées par la presse sur place ont assuré que les hommes armés s'étaient identifiés comme «des membres de l'ASL». «Ils nous ont terrorisées», a dit une autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.