Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



50 000 victimes de violences/an
Publié dans Info Soir le 31 - 05 - 2012

Carence - Plusieurs années après la ratification de la convention internationale des droits de l'enfant, l'Algérie accuse un immense retard sur le plan juridique.
Pour venir en aide aux milliers d'enfants victimes de violences chaque année, notre pays n'arrive pas à mettre en place un plan juridique de protection de l'enfance. C'est pour cette raison que l'Algérie a été convoquée pour répondre à son plan de protection de cette frange sensible de la société devant le Comité international des droits de l'Enfant lors de la tenue de la 60e session du Comité international des droits de l'enfant. Ce dernier qui pointe du doigt notre pays, lui reproche la non-conformité à la convention internationale aux lois nationales.
Malgré les efforts consentis depuis la ratification, l'aspect juridique pose toujours problème dans notre pays. 80 % des actes de violence et surtout d'abus sexuels sont enregistrés dans le milieu familial et demeurent malheureusement non condamnables en raison des tabous qui pèsent très lourd dans notre société, pis encore, pour ces tabous également, les chiffres demeurent sans aucun doute loin de la réalité puisque le nombre d'enfants qui arrivent à surmonter leur peur et dénoncer les leurs, reste minime.
Beaucoup d'associations plaident depuis des années pour aller vers une nouvelle loi de protection de l'enfant algérien, qui est, à ce jour, protégé par la loi 72 avec l'appui d'autres lois (code de la famille, code pénal), ce qui permettra de renforcer la protection judiciaire et sociale de l'enfant. D'autres proposent même d'aller vers un délégué de l'enfant, vers un instrument de surveillance et de suivi de la convention internationale par rapport à tous les programmes politiques et sectoriels, une coordination et un système qui organise tous les secteurs. Et sur le plan de la justice, aller vers des tribunaux spécialisés dans les affaires des enfants comme le recommande l'association pour la défense de l'enfant (NADA) qui avait exposé un rapport préliminaire sur la situation des enfants en Algérie devant les experts du Comité. Plus de 50 000 enfants sont victimes de maltraitance chaque année selon les derniers chiffres rendus publics par la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), près de 10 000 cas d'agression sexuelle sur des enfants ont été enregistrés en 2010. Il s'agit d'un vrai phénomène de société. Les enfants, victimes de ces agressions, souffrent dans le silence.
Les agressions sexuelles deviennent un véritable phénomène de société d'autant qu'elles restent souvent impunies car elles ont lieu dans le milieu familial. Le président de la Forem évoque également le dossier des enfants illégitimes, «ce problème fait toujours l'objet d'un traitement très discret de la part des pouvoirs publics, ce qui n'apporte aucune solution à ces situations dramatiques», a regretté M. Khiati. Les chiffres sur la déperdition scolaire ne sont pas moins alarmants, 350 000 enfants ont quitté le système scolaire pour travailler, parfois dans des conditions très difficiles. 20 000 sont dans les rues. Résultat ? Les plus âgés tombent dans la délinquance.
Ce que dit la loi
L'article 15 de la loi 90/11 du 21 avril 1990 relative aux relations de travail, stipule que l'âge minimum requis pour un recrutement ne peut, en aucun cas, être inférieur à 16 ans, sauf dans le cadre de contrats d'apprentissage. De plus, l'ordonnance n° 35-79 du 16 avril 1976 relative à l'enseignement et à la formation précise que l'enseignement est obligatoire et gratuit pour tous les enfants âgés de 6 à 16 ans révolus. Le gouvernement a également lancé en décembre 2008 «Le plan national pour l'enfance 2015». Malgré tous ces textes, la problématique de la protection de l'enfance reste posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.