Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



50 000 victimes de violences/an
Publié dans Info Soir le 31 - 05 - 2012

Carence - Plusieurs années après la ratification de la convention internationale des droits de l'enfant, l'Algérie accuse un immense retard sur le plan juridique.
Pour venir en aide aux milliers d'enfants victimes de violences chaque année, notre pays n'arrive pas à mettre en place un plan juridique de protection de l'enfance. C'est pour cette raison que l'Algérie a été convoquée pour répondre à son plan de protection de cette frange sensible de la société devant le Comité international des droits de l'Enfant lors de la tenue de la 60e session du Comité international des droits de l'enfant. Ce dernier qui pointe du doigt notre pays, lui reproche la non-conformité à la convention internationale aux lois nationales.
Malgré les efforts consentis depuis la ratification, l'aspect juridique pose toujours problème dans notre pays. 80 % des actes de violence et surtout d'abus sexuels sont enregistrés dans le milieu familial et demeurent malheureusement non condamnables en raison des tabous qui pèsent très lourd dans notre société, pis encore, pour ces tabous également, les chiffres demeurent sans aucun doute loin de la réalité puisque le nombre d'enfants qui arrivent à surmonter leur peur et dénoncer les leurs, reste minime.
Beaucoup d'associations plaident depuis des années pour aller vers une nouvelle loi de protection de l'enfant algérien, qui est, à ce jour, protégé par la loi 72 avec l'appui d'autres lois (code de la famille, code pénal), ce qui permettra de renforcer la protection judiciaire et sociale de l'enfant. D'autres proposent même d'aller vers un délégué de l'enfant, vers un instrument de surveillance et de suivi de la convention internationale par rapport à tous les programmes politiques et sectoriels, une coordination et un système qui organise tous les secteurs. Et sur le plan de la justice, aller vers des tribunaux spécialisés dans les affaires des enfants comme le recommande l'association pour la défense de l'enfant (NADA) qui avait exposé un rapport préliminaire sur la situation des enfants en Algérie devant les experts du Comité. Plus de 50 000 enfants sont victimes de maltraitance chaque année selon les derniers chiffres rendus publics par la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), près de 10 000 cas d'agression sexuelle sur des enfants ont été enregistrés en 2010. Il s'agit d'un vrai phénomène de société. Les enfants, victimes de ces agressions, souffrent dans le silence.
Les agressions sexuelles deviennent un véritable phénomène de société d'autant qu'elles restent souvent impunies car elles ont lieu dans le milieu familial. Le président de la Forem évoque également le dossier des enfants illégitimes, «ce problème fait toujours l'objet d'un traitement très discret de la part des pouvoirs publics, ce qui n'apporte aucune solution à ces situations dramatiques», a regretté M. Khiati. Les chiffres sur la déperdition scolaire ne sont pas moins alarmants, 350 000 enfants ont quitté le système scolaire pour travailler, parfois dans des conditions très difficiles. 20 000 sont dans les rues. Résultat ? Les plus âgés tombent dans la délinquance.
Ce que dit la loi
L'article 15 de la loi 90/11 du 21 avril 1990 relative aux relations de travail, stipule que l'âge minimum requis pour un recrutement ne peut, en aucun cas, être inférieur à 16 ans, sauf dans le cadre de contrats d'apprentissage. De plus, l'ordonnance n° 35-79 du 16 avril 1976 relative à l'enseignement et à la formation précise que l'enseignement est obligatoire et gratuit pour tous les enfants âgés de 6 à 16 ans révolus. Le gouvernement a également lancé en décembre 2008 «Le plan national pour l'enfance 2015». Malgré tous ces textes, la problématique de la protection de l'enfance reste posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.