Le Conseil de la monnaie et du crédit décide de doubler le capital minimum des banques    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Aïn Sefra, la source jaune
Publié dans Info Soir le 23 - 12 - 2012

Mystérieuse - La contrée est cachée par une colline éloignée de 3 à 4 km.
À l'origine, une source jaillissait au milieu des dunes.
Les teintes de ses eaux se confondaient avec les couleurs du sable doré. Ville située au sud-ouest de l'Algérie aux confins frontaliers du Maroc, jadis petite capitale de l'Oranie, elle demeure esseulée dans la vallée de sable entre l'immensité monotone des Hauts-Plateaux et la fournaise du Sud.
Considérée comme la porte du Sahara, elle est entourée de plusieurs oasis (Tiout, Hammam-Ouarka, Moghrar, Sfissifa).
En y pénétrant par la route du Sud, Aïn Sefra semble nonchalante sur les flancs verdoyants de gigantesques dunes, mais en arrivant par la route du Nord, elle surprend le voyageur, qui voit cette contrée pour la première fois. Elle est cachée par une colline éloignée de trois à quatre kilomètres.
Ce n'est qu'en accédant au sommet qu'apparaît, de manière inattendue, un paysage aussi beau que pittoresque.
À première vue, l'on embrasse l'arrière-plan constitué par le Djbel Mekter, montagne exposée par sa position au soleil, presque toute la journée et dont les lumières, à partir de l'après-midi, l'enveloppent d'une teinte mauve qui s'accentue au fur et à mesure que les luminosités s'éloignent. Au pied de cette montagne, d'immenses dunes s'étendent sur plusieurs kilomètres en longueur et en s'avançant également sur un grand espace sur sa largeur.
En parallèle à Mekter, c'est le Djebel Aïssa de plus de 1 000 m d'altitude.
Aïn Sefra (1 000 habitants en 1900) avec ses saints (Sidi Boutkhil, S. Boudjemaâ), cit. Isabelle Eberhardt, et ses jardins bleuâtres resplendissants, faisait la fierté de ses habitants car c'était le Petit-Paris. Aïn Sefra, qui a été un bastion de la résistance populaire au colonialisme dans le Sud oranais, avec l'insurrection de Cheikh Bouamama et pendant la Guerre de Libération nationale, en passant par Mohamed O. Ali et les glorieux combattants des djebels M'zi et Bouamoud, a connu toutes les vicissitudes du destin.
Hier, foyer d'importantes activités politiques PPA, MTLD, OS, FLN... d'activités culturelles, économiques, sportives, importante sous-préfecture, territoire militaire durant l'occupation française, aujourd'hui, toute activité s'est vue progressivement éteinte, elle est devenue une ville fantôme où déambule tristement le spectre du chômage pour des centaines de jeunes.
Elle subit brusquement une dégradation, voire une clochardisation, jamais connue ou égalée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.