Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Une convention pour booster le commerce électronique en Algérie    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    L'illicite défigure le site Aadl à Tamanrasset    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Delort forfait contre Reims    Medaouar répond aux Usmistes et à Messaoudène    Les fans boudent, Laoufi s'interroge    Statu quo pour l'Algérie    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    3 exos pour se lever du bon pied    Le lait est-il un aliment gras ?    Merguez aux haricots blancs    65 millions d'analphabètes recensés par le gouvernement    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain: Oran rend hommage aux réfugiés espagnols    145 postulants retirent les formulaires de souscription    L'Algérie domine l'Irlande 4-0    Un déficit de 4,68 mds dollars    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Grève générale le 29 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yamina Mechakra
Ultime hommage
Publié dans Info Soir le 21 - 05 - 2013

Une cérémonie de recueillement a été organisée, hier, au Palais de la culture, devant la dépouille de Yamina Mechakra, disparue dimanche à l'âge de 64 ans des suites d'une longue maladie. Plusieurs hommes de lettres et romanciers sont venus lui rendre un dernier hommage. Parmi eux, Amin Zaoui, Waciny Laâredj, Ibrahim Nawel, Ahmed Benaïssa...
«C'était une femme forte et exceptionnelle», a déclaré Z'hira Yahi, chef de cabinet de la ministre de la Culture et ancienne journaliste, mais aussi amie de la défunte, et d'ajouter : «Elle s'est battue longuement et avec férocité contre la maladie. Yamina est une immense écrivaine, mais aussi une psychologue née. Elle a été témoin de l'oppression coloniale et a même assisté de très près à la lutte nationale avec son père moudjahid. Sa douleur se reflète dans ses écrits. Elle est l'un des rares auteurs qui ont su traduire leur souffrance.» Elle l'a qualifiée, par ailleurs, de «femme intelligente, brillante et extrêmement sensible». Amin Zaoui a, de son côté, déclaré :
«Yamina Mechakra n'a pas laissé un grand nombre d'ouvrages. Toutefois, un écrivain ne se mesure pas au nombre de ses œuvres, mais par leur valeur. Et la valeur des écrits de Yamina Mechakra réside dans leur profondeur philosophique. Yamina Mechakra était une écrivaine de l'ombre qui, de tout temps, a préféré rester en marge pour traiter des questions d'ordre psychologique.»
Pour sa part, Waciny Laâredj, qui a qualifié sa disparition de «grande perte» pour la littérature algérienne, a dit : «Yamina Mechakra était une battante qui a fait de sa souffrance sa matière première, elle était aussi une grande psychiatre très appréciée.» Quant à Samia Zenadi, des éditions Apic, elle a déploré qu'une érivaine de la stature de Yamina Mechakra soit très peu connue, notamment de la jeune génération. «C'est une grande perte pour la scène culturelle algérienne mais ce que je trouve vraiment triste, c'est qu'une grande auteure soit méconnue chez la jeunesse.» Yamina Mechakra a deux romans, ‘La grotte éclatée' et ‘Arris'. Elle a écrit quelques nouvelles qui sont moins connues du grand lectorat. Mais malgré cela, elle a pu s'imposer comme romancière confirmée. Une référence de la littérature algérienne d'expression française.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.