«Oui, nous soutenons le candidat Bouteflika»    Le temps et la diversion    Boumerdès en effervescence pour un poste de sénateur    Pagaille dans les gares    Discussions pour une meilleure attractivité à l'investissement dans le bassin occidental de la Méditerranée    «L'Afrique doit prendre ses responsabilités»    Censure, autocensure et réserves...    Une éclatante résurrection    Médaille d'argent pour les Algériens Ould Kouider et Lamri    L'ASO Chlef reprend les commandes    Les pétards inondent le marché à Mostaganem    Arrestation de deux personnes pour avoir saccagé 20 véhicules    Un jour, la mer vous engloutira à votre tour!    L'énigme fascinante    Djemaâ Djoghlal, la mémoire de l'Aurès    Traitement du diabète : Pénurie d'hémoglobine glyquée    Sénatoriales : les candidats du FLN et du RND connus    El-Bayadh: Un dépôt de stockage de carburant avant la fin de l'année    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Alger: Libération d'enfants subsahariens prisonniers de réseaux de traite humaine    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La confrérie des Gnawa : entre les directives du culte et le folklore du spiritisme    La DGSN dément le décès d'un policier    «Sans la proclamation en Algérie de l'Etat de Palestine, nous ne saurions pas là aujourd'hui»    Athlétisme : collège technique national 2018-2019    Victoire du CRBDB devant l'OMSM    46 personnes de différentes nationalités arrêtés dans le sud du pays    Une atteinte à l'ordre public    Démantelèlement d'une bande de malfaiteurs    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Lenteur dans la régularisation des constructions    Un cours au-dessus de 50 dollars permet une réduction partielle du déficit budgétaire    Inauguration de la première unité de production d'accessoires de câbles    Triptyque décisif pour la stabilité et la relance économique de la Libye    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Ghardaïa : Valoriser les plantes aromatiques et médicinales et des agrumes    Préparation JO-2020 et JM-2021: "300 milliards de centimes déjà débloqués par le gouvernement"    Bourses : Les places européennes refroidies par le Brexit    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ratification d'accords de coopération avec plusieurs pays : Le Président Bouteflika signe plusieurs décrets    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    18ème Salon de l'automobile du 9 au 15 décembre à Oran : La production nationale à l'honneur    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    Le temps n'a pas d'âge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yamina Mechakra
Ultime hommage
Publié dans Info Soir le 21 - 05 - 2013

Une cérémonie de recueillement a été organisée, hier, au Palais de la culture, devant la dépouille de Yamina Mechakra, disparue dimanche à l'âge de 64 ans des suites d'une longue maladie. Plusieurs hommes de lettres et romanciers sont venus lui rendre un dernier hommage. Parmi eux, Amin Zaoui, Waciny Laâredj, Ibrahim Nawel, Ahmed Benaïssa...
«C'était une femme forte et exceptionnelle», a déclaré Z'hira Yahi, chef de cabinet de la ministre de la Culture et ancienne journaliste, mais aussi amie de la défunte, et d'ajouter : «Elle s'est battue longuement et avec férocité contre la maladie. Yamina est une immense écrivaine, mais aussi une psychologue née. Elle a été témoin de l'oppression coloniale et a même assisté de très près à la lutte nationale avec son père moudjahid. Sa douleur se reflète dans ses écrits. Elle est l'un des rares auteurs qui ont su traduire leur souffrance.» Elle l'a qualifiée, par ailleurs, de «femme intelligente, brillante et extrêmement sensible». Amin Zaoui a, de son côté, déclaré :
«Yamina Mechakra n'a pas laissé un grand nombre d'ouvrages. Toutefois, un écrivain ne se mesure pas au nombre de ses œuvres, mais par leur valeur. Et la valeur des écrits de Yamina Mechakra réside dans leur profondeur philosophique. Yamina Mechakra était une écrivaine de l'ombre qui, de tout temps, a préféré rester en marge pour traiter des questions d'ordre psychologique.»
Pour sa part, Waciny Laâredj, qui a qualifié sa disparition de «grande perte» pour la littérature algérienne, a dit : «Yamina Mechakra était une battante qui a fait de sa souffrance sa matière première, elle était aussi une grande psychiatre très appréciée.» Quant à Samia Zenadi, des éditions Apic, elle a déploré qu'une érivaine de la stature de Yamina Mechakra soit très peu connue, notamment de la jeune génération. «C'est une grande perte pour la scène culturelle algérienne mais ce que je trouve vraiment triste, c'est qu'une grande auteure soit méconnue chez la jeunesse.» Yamina Mechakra a deux romans, ‘La grotte éclatée' et ‘Arris'. Elle a écrit quelques nouvelles qui sont moins connues du grand lectorat. Mais malgré cela, elle a pu s'imposer comme romancière confirmée. Une référence de la littérature algérienne d'expression française.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.